26/3/2013
Communiqué de presse
Point de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

POINT DE PRESSE QUOTIDIEN DU BUREAU DU PORTE-PAROLE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU: 26MARS 2013


(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)


Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Martin Nesirky, Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:


Invité du Point de presse


L’invité du Point de presse pour aujourd’hui est le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Myanmar, M. Vijay Nambiar.


Nous avons au téléphone depuis la Thaïlande, le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Myanmar, M. Vijay Nambiar.  Il vient juste de conclure sa visite au Myanmar, où il a rencontré le Président et d’autres officiels, et nous pensions qu’il serait utile que M. Nambiar vous fasse un bref exposé sur la situation qui prévaut dans le pays.  Nous vous sommes très reconnaissants d’avoir pu être en ligne avec nous aujourd’hui, M. Nambiar.  Pourrions-nous vous demander de nous faire un bref exposé sur la situation et ensuite de répondre à quelques questions?  Je vous donne la parole en précisant aussi que le Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention du génocide et des atrocités massives, Adama Dieng, s’est inquiété de la situation qui règne à Meikhtila.  Le communiqué de M. Dieng, ainsi que certaines informations complémentaires sur le dernier voyage de M. Nambiar sont disponibles sur notre site Internet ou à mon bureau.


Mission d’établissement des faits


Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a nommé le professeur Ǻke Sellström, de la Suède, à la tête de la mission d’établissement des faits sur les allégations selon lesquelles des armes chimiques auraient été utilisées en Syrie.


Le professeur Sellström est actuellement chef de projets au Centre européen des hautes études sur la sécurité et la vulnérabilité des sociétés, en particulier les accidents graves impliquant des substances chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosives (NRBC).


Le professeur Sellström est un scientifique reconnu qui possède une solide expérience en matière de désarmement et de sécurité internationale.  Il a enseigné dans des universités aux États-Unis et a été Directeur de l’Institut de recherche suédois pour la défense et la sécurité.


Le professeur Sellström a été Inspecteur principal de la Commission spéciale des Nations Unies et Conseiller principal des Présidents de l’UNSCOM et de la Commission de contrôle, de vérification et d’inspection des Nations Unies (CCVINU) pour le désarmement de l’Iraq. 


Syrie


Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé toutes les parties à garantir la sécurité de tous les convois délivrant l’aide humanitaire aux civils à l’intérieur de la Syrie.  Les départs de plusieurs convois ont dû être annulés ou reportés récemment, et cette situation empêche de nombreux Syriens d’avoir accès à une aide vitale.


Selon les dernières estimations, au moins 3,6 millions de personnes sont déplacées internes en Syrie.  Le HCR travaille avec le Gouvernement et les parties non gouvernementales pour s’assurer que l’aide parvienne aux personnes dans le besoin.  Mais pour l’instant, l’aide ne parvient qu’à une fraction des réfugiés qui ont besoin d’assistance.


L’objectif du HCR est de délivrer des articles humanitaires à au moins un million de personnes d’ici au mois de juin cette année, et le Haut-Commissariat espère atteindre beaucoup plus de personnes au cours des mois suivants.  Au 20 mars, le HCR avait distribué des articles humanitaires à plus de 437 000 personnes dans certaines des provinces les plus affectées par le conflit.  Cette aide comprend des articles de literie, des tentes et des bâches, des articles ménagers et des vêtements.


Sommet de la Ligue des États arabes


Dans un message envoyé au Sommet de la Ligue des États arabes qui se tient à Doha, au Qatar, le Secrétaire général a dit qu’il fallait accorder une attention urgente à la recherche d’une solution politique, alors qu’il est encore temps de prévenir la destruction de la Syrie.  L’objectif à atteindre est difficile, mais clair: il faut mettre fin à la violence, obtenir une claire rupture avec le passé, et opérer une transition vers une nouvelle Syrie dans laquelle les droits de toutes les communautés seront protégés et les aspirations légitimes de tous les Syriens pour la liberté, la dignité et la justice respectées. 


Au sujet du Yémen, le Secrétaire général a dit que la voie du dialogue pacifique avait été choisie avec la Conférence de dialogue national, qui est le processus le plus inclusif et participatif de l’histoire du pays.  Le Secrétaire général a ajouté que la communauté internationale entre dans une période critique en ce qui concerne la question palestinienne.  Ce message est disponible en anglais et en arabe.


M. Jeffrey Feltman, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, participe au Sommet de Doha.


Conseil de sécurité


Le Conseil de sécurité a entendu un exposé, au cours de consultations tenues ce matin, sur la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD) au Golan.  L’exposé lui a été présenté par le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Hervé Ladsous.  M. Ladsous a fourni au Conseil une mise à jour des récentes interventions dans la zone d’opération de la Force.  Comme vous le savez, M. Ladsous s’est adressé à la presse à la sortie des consultations.


Le Conseil de sécurité a débuté ses travaux aujourd’hui avec l’adoption à l’unanimité d’une résolution prolongeant le mandat du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Sierra Leone (BINUCSIL) d’un an, c’est-à-dire jusqu’à la fin du mois de mars 2014.


République centrafricaine


Comme vous le savez, les membres du Conseil de sécurité ont entendu hier un exposé de M. Tayé-Brook Zerihoun, Sous-Secrétaire général aux affaires politiques, sur la situation en République centrafricaine.


Dans un communiqué de presse publié après cette réunion, les membres du Conseil de sécurité ont fortement condamné les récentes attaques et la prise de pouvoir par la force opérée en République centrafricaine le 24 mars par la coalition Seleka, ainsi que les violences et pillages qui s’en sont suivis.


Les membres du Conseil de sécurité ont appelé toutes les parties à s’abstenir de tout acte de violence contre des civils, y compris les communautés étrangères; à permettre un accès humanitaire sûr et ininterrompu, conformément au droit international, et à assurer le respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire.


S’agissant de la situation du personnel des Nations Unies en République centrafricaine, les Nations Unies ont temporairement relocalisé hier soir les membres du personnel non essentiel de la République centrafricaine vers Yaoundé, au Cameroun.  Un total de 40 membres du personnel, considérés comme personnel essentiel, restera afin de poursuivre les opérations des Nations Unies dans le pays.


République centrafricaine – situation humanitaire


Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires a indiqué aujourd’hui que de nombreuses personnes blessées lors des récents combats avaient été transportées dans les hôpitaux de Bangui.  Les installations médicales ont du mal à faire face à cet afflux alors que les coupures de courant affectent leur capacité à fournir des soins.


Les Nations Unies ont aidé à distribuer des médicaments afin de maintenir un service médical minimum, mais beaucoup plus d’efforts sont nécessaires.  Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires indique que le pillage à grande échelle se poursuit apparemment, y compris le pillage d’un hôpital pédiatrique.  Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial et d’autres personnels humanitaires à Bangui se préparent à réévaluer les besoins et à distribuer l’aide d’urgence dès que la sécurité le permettra.


Traité sur le commerce des armes


La Conférence finale pour un traité sur le commerce des armes est entrée dans sa seconde et dernière semaine.  Jeudi, le traité devra être adopté par consensus.


Le Secrétaire général a jugé honteux l’absence d’un instrument mondial réglementant les armes classiques.  Il a toujours dit qu’un traité fort et robuste sur le commerce des armes aura un réel impact sur les vies des millions de gens qui souffrent des conséquences des conflits armés, de la répression et de la violence armée.


Les négociations sont maintenant à un moment critique.  Il y a une gamme de points de vue sur la portée du traité, en particulier sur l’opportunité ou non d’y inclure les munitions; et les critères que les pays exportateurs d’armes devront utiliser pour déterminer si l’exportation de certains types d’armes particuliers est interdite.


Le Secrétaire général a pleinement confiance en la direction très avisée de l’Ambassadeur Woolcott, de l’Australie, qui guide la Conférence finale, afin de la mener vers un résultat substantiel.  Il appelle les États Membres à faire preuve d’une détermination partagée afin de faire face aux lacunes d’un commerce des armes insuffisamment réglementé en s’accordant sur un ensemble de normes mondiales juridiquement contraignantes qui feront la différence.  « Nous avons attendu depuis trop longtemps », a dit M. Ban Ki-moon, en ajoutant qu’il attend de toutes les parties qu’elles fassent preuve d’une volonté de compromis.


Le Secrétaire général a activement encouragé les États Membres à parvenir à un accord.  Il s’est adressé à certains des acteurs clefs en ce domaine.


Déclaration du Secrétaire général sur le Bangladesh


Le Secrétaire général a pris la parole ce matin à une réunion de l’Assemblée générale pour rendre hommage à la mémoire de Zillur Rahman, l’ancien Président du Bangladesh, décédé le 20 mars dernier.


Dans ses remarques, le Secrétaire général a dit que le Président Rahman croyait en l’indépendance du Bangladesh.


Conférence de presse aujourd’hui


Cet après-midi à 17 heures aura lieu une conférence de presse donnée par M. Héctor Marcos Timerman, Ministre des affaires étrangères de l’Argentine; M. Bruno Rodríguez Parrila, Ministre des affaires étrangères de Cuba, au nom de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC); M. Luis Almagro, Ministre des affaires étrangères de l’Uruguay, au nom du Marché commun du Sud (MERCOSUR); et M. José Beraún Araníbar, Vice-Ministre des affaires étrangères du Pérou, qui prendra la parole au nom de l’Union des nations de l’Amérique du Sud (UNASUR). 


Après cette conférence de presse, il y aura à 17 h 45, un exposé de M. Mark Lyall Grant, Représentant permanent du Royaume-Uni. 


Conférence de presse prévue demain


Demain a 13 h 15, aura lieu une conférence de presse sur le Forum de la jeunesse du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), avec pour thème « Façonner les innovateurs de demain: Égaliser les terrains de la science, de la technologie, de l’innovation et de la culture pour les jeunes aujourd’hui ».


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel