4/10/2013
Secrétaire général
SG/SM/15370
HAB/221
OBV/1264

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

« DE BONNES CONDITIONS DE MOBILITÉ DEVRAIENT PERMETTRE DE RÉGÉNÉRER LES CENTRES

URBAINS, DE STIMULER LA PRODUCTIVITÉ ET DE RENDRE LES VILLES PLUS SÉDUISANTES »


Vous trouverez ci-après le texte intégral du message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée mondiale de l’habitat, célébrée le 7 octobre:


Pendant plus d’un demi-siècle, on a observé dans la plupart des pays une croissance urbaine rapide et une utilisation accrue des véhicules à moteur.  Cette évolution s’est traduite par un étalement urbain, d’où une augmentation des besoins de déplacements motorisés et l’apparition de toutes sortes de problèmes d’ordre écologique, social et économique.


Les transports urbains sont une source importante d’émissions de gaz à effet de serre et la cause de problèmes de santé liés à la pollution de l’air et au bruit.  L’encombrement routier qui résulte de l’inadaptation des systèmes de transport a un coût économique élevé, notamment en termes de productivité, pour les habitants des banlieues et les transporteurs de marchandises.


C’est dans les villes des pays en développement que ces difficultés sont les plus prononcées.  Or ces villes, où l’on devrait observer 90% de la croissance de la population mondiale dans les prochaines décennies, ont déjà du mal à répondre à des besoins croissants en investissements dans les transports.  Elles se heurtent aussi au problème de la pauvreté comme obstacle à la mobilité.  En effet, des millions de gens ne peuvent pas bénéficier des transports publics ou privés à cause de leur coût; les personnes handicapées et les personnes âgées sont souvent exclues à cause du manque d’accessibilité des transports; et la sécurité n’est pas assurée pour un grand nombre de femmes, de jeunes et de représentants de minorités que leur foi ou leur appartenance ethnique rendent vulnérables.


La mobilité ne se résume pas à la nécessité de construire des routes plus larges ou plus longues.  Elle passe aussi par la mise en place de systèmes adaptés et efficaces qui bénéficient au plus grand nombre dans des conditions équitables.  Cela implique d’encourager le passage de la voiture au train, au bus et au vélo, et de permettre à plus de piétons de marcher sur des trottoirs bien éclairés.


Les gens ont besoin de pouvoir se rendre au travail, à l’école, à l’hôpital ou sur leurs lieux de loisirs en toute sécurité et rapidement.  De bonnes conditions de mobilité devraient permettre de régénérer les centres urbains, de stimuler la productivité et de rendre les villes séduisantes pour tous leurs usagers, des investisseurs aux visiteurs, en passant par les résidents.


Les transports urbains sont un facteur essentiel du développement durable.  Engageons-nous, en cette Journée mondiale de l’habitat, à rendre nos villes accessibles à tous.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel