17/9/2013
Secrétaire général
SG/SM/15287

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL AVANT L’OUVERTURE DE LA SOIXANTE-HUITIÈME SESSION

DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, OÙ IL COMPTE DEMANDER AUX ÉTATS MEMBRES D’AGIR EN SYRIE


La soixante-huitième session de l’Assemblée générale s’ouvre à une période cruciale pour ce qui est de la coopération mondiale, a déclaré aujourd’hui M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, au cours de sa conférence de presse traditionnelle donnée à cette occasion, au Siège de l’ONU, à New York.


« L’utilisation d’armes chimiques en Syrie ne représente que la pointe de l’iceberg », a indiqué d’emblée M. Ban Ki-moon en évoquant une question, qui, a-t-il estimé, promet de dominer le débat général.  « Les souffrances en Syrie doivent cesser », a-t-il préconisé.


Le Secrétaire général a annoncé qu’il lancera un appel ferme aux États Membres à l’Assemblée générale pour qu’ils agissent afin de résoudre la crise en Syrie.


Pas moins de 131 chefs d’État, chefs de gouvernements, et 60 ministres des affaires étrangères en provenance du monde entier participeront au débat général de l’Assemblée qui se déroulera du 24 septembre au 1er octobre 2013 sur le thème: « Le programme de développement pour l’après-2015: Plantons le décor », a annoncé le Secrétaire général.


Lors de ce débat, a poursuivi M. Ban, les États Membres mettront l’accent sur d’autres questions essentielles telles que le développement durable, la santé mondiale, la faim et les changements climatiques.


L’Assemblée générale demandera aux dirigeants de s’acquitter de leurs responsabilités politiques et morales pour garantir un monde libre et prospère, a-t-il insisté.


En ce qui concerne les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), leur date butoir de réalisation, fixée à l’année 2015, approche rapidement, a rappelé le Secrétaire général.  À cet effet, une manifestation spéciale en vue de faire le point de l’action menée pour réaliser les OMD aura lieu le mercredi 25 septembre, a-t-il indiqué.


À cette occasion, le Secrétaire général a annoncé qu’il lancera officiellement son rapport intitulé: « Une vie dans la dignité pour tous », ainsi qu’un rapport consacré à l’évaluation récente du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.


M. Ban a également souligné l’importance de la Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement et autres objectifs de développement adoptés au niveau international en faveur des personnes handicapées, qui se tiendra le 23 septembre.


Par ailleurs, l’Afghanistan, l’Égypte, le Mali et la République centrafricaine figureront en bonne place à l’ordre du jour de l’Assemblée, a ajouté le Secrétaire général.  Une réunion du Mécanisme de vérification des pays des Grands Lacs sur la crise qui affecte cette région est prévue pour le 23 septembre.  


En outre, le Quatuor sur le Moyen-Orient se réunira en marge de l’Assemblée générale pour appuyer la reprise des négociations pour un règlement du conflit israélo-palestinien, a dit M. Ban Ki-moon.


Le succès de cette nouvelle session de l’Assemblée dépendra du niveau accru de coopération dont pourront faire preuve les États Membres, a conclu M. Ban.


Il a invité les journalistes à participer, avec Stevie Wonder et d’autres artistes, dont Alicia Keys et John Mayer, au « festival mondial de la citoyenneté », qui aura lieu le 29 septembre prochain à Central Park, à New York.


Le Secrétaire général a ensuite répondu à une série de questions qui portaient essentiellement sur la Syrie et les conclusions du rapport de la mission des Nations Unies chargée d’enquêter sur les allégations d’emploi d’armes chimiques dans ce pays.


Il s’est dit encouragé par l’accord conclu par le secrétaire d’État des États-Unis, M. John Kerry, et le Ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie, M. Sergey Lavrov, sur le contrôle et la destruction des stocks d’armes chimiques de la Syrie.  Il a émis l’espoir que « l’esprit amical des négociations aidera à créer davantage d’unité au Conseil de sécurité », avec l’adoption d’une résolution « qui pourra être appliquée » pour contraindre la Syrie à tenir ses engagements.


L’accord conclu entre les États-Unis et la Fédération de Russie est partagé en principe par tous les États Membres, dont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, a fait valoir Ban Ki-moon.  Il a indiqué qu’il rencontrera, en marge du débat général de l’Assemblée, les ministres des affaires étrangères des cinq membres permanents du Conseil de sécurité (P5) pour promouvoir un règlement politique du conflit en Syrie.


Après avoir réitéré que le mandat de la mission d’enquête n’était pas de savoir à qui l’on pouvait attribuer la responsabilité de l’emploi d’armes chimiques le 21 août à Ghouta en Syrie, M. Ban a dit qu’il faut maintenant « prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher la poursuite de l’utilisation d’armes chimiques et d’autres armes de destruction massive ».


Le Conseil de sécurité doit prendre une décision ferme pour que le processus de contrôle et de destruction des armes chimiques de la Syrie puisse commencer rapidement, a-t-il estimé.  Ceux qui emploient des armes chimiques doivent être traduits en justice, a souligné avec force le Secrétaire général.  « Il n’y a pas d’impunité pour qui que ce soit », a-t-il estimé. 


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel