22/03/2013
Secrétaire général
SG/SM/14898
DH/5126
OBV/1201

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL APPELLE À AIDER LES VICTIMES DES VIOLATIONS

DES DROITS DE L’HOMME À EXERCER LEUR DROIT À LA VÉRITÉ


On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, publié à l’occasion de la Journée internationale pour le droit à la vérité en ce qui concerne les violations flagrantes des droits de l’homme et pour la dignité des victimes, le 24 mars 2013:


En cette Journée internationale pour le droit à la vérité, le monde entier rend hommage à la mémoire de Monseigneur Óscar Arnulfo Romero, qui a été assassiné en El Salvador le 24 mars 1980 après avoir consacré sa vie à défendre les droits de l’homme et à promouvoir la dignité humaine.


Cette Journée est également l’occasion de préserver le souvenir de toutes les personnes dont les droits fondamentaux ont été bafoués de manière flagrante, et de mettre à l’honneur celles et ceux qui se démènent pour défendre, promouvoir et protéger les droits de l’homme pour tous.


Le droit à la vérité est un droit à la fois individuel et collectif.  En effet, chaque victime a le droit de connaître la vérité sur les violations qu’elle a subies, mais la vérité doit également être diffusée à plus grande échelle afin que celles-ci ne se reproduisent pas.


L’Organisation des Nations Unies prête son appui aux mécanismes de recherche de la vérité, tels que les commissions de la vérité, qui promeuvent la justice, proposent des mesures de réparation et recommandent des réformes visant à mettre fin aux pratiques abusives de certaines institutions.  La création, l’an dernier, du poste de rapporteur spécial sur la promotion de la vérité, de la justice, de la réparation et des garanties de non-répétition par le Conseil des droits de l’homme a contribué aux efforts déployés pour servir la justice, offrir réparation aux victimes et promouvoir l’état de droit.


En cette Journée internationale, engageons-nous à aider les victimes, leur famille et la société à exercer leur droit à la vérité, et à protéger celles et ceux qui se battent pour que la vérité triomphe.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel