23/12/2013
Secrétaire général
SG/A/1448
ENV/DEV/1405

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL NOMME DEUX ENVOYÉS SPÉCIAUX SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CHARGÉS DE MOBILISER LES DIRIGEANTS DU MONDE ENTIER EN VUE DU SOMMET DE 2014


Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a annoncé aujourd’hui la nomination de deux Envoyés spéciaux sur les changements climatiques.


Les deux personnalités nommées sont l’ancien Président du Ghana, M. John A. Kufuor, et l’ancien Premier Ministre de la Norvège, M. Jens Stoltenberg.


Le Secrétaire général a demandé aux deux Envoyés spéciaux d’apporter leur aide à la mobilisation des chefs d’État et de gouvernement du monde entier afin de renforcer la volonté politique, la prise d’action, et de favoriser la prise d’initiatives ambitieuses en vue du bon déroulement du Sommet de 2014 sur le climat, qu’il accueillera à New York le 23 septembre 2014.


Lors de sa déclaration à l’Assemblée générale, faite lors de l’ouverture du débat général de la soixante-huitième session, M. Ban Ki-moon avait exhorté les leaders gouvernementaux et les responsables du monde des affaires et de la société civile à faire, lors du Sommet de 2014, des annonces audacieuses et proposer des mesures concrètes afin d’élever le niveau des ambitions en lançant une initiative nouvelle et robuste contre les changements climatiques.


Le Sommet de 2014 marquera un jalon important dans la mobilisation de la volonté politique afin qu’un accord universel soit conclu en 2015 et que des mesures renforcées soient avancées afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’ériger des communautés humaines plus résilientes face aux changements climatiques.


Les Envoyés spéciaux assisteront le Secrétaire général lors des consultations qu’il tiendra avec les responsables politiques et lui fourniront des conseils stratégiques sur la base des pourparlers qu’ils auront eux-mêmes eus avec les dirigeants du monde.


Le Secrétaire général attend de travailler avec les deux personnalités qu’il a nommées aujourd’hui, qui sont très respectées sur la scène internationale sur un sujet qui est, de surcroît, de la plus haute importance pour l’avenir de la planète.  Il apprécie en outre l’appui fourni aux deux Envoyés spéciaux par le Groupe de la Banque mondiale dans le cadre des efforts accrus consentis pour aider les pays à prendre les mesures permettant de lutter contre les changements climatiques.


Le Président John Agyekum Kufuor a été le Président du Ghana de 2001 à 2009.  Il a également occupé le poste de Président de l’Union africaine de 2007 à 2008.  Reconnu pour l’engagement personnel et le leadership visionnaire dont il a fait montre en tant que Président du Ghana, en particulier dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de réduction de la faim et de la pauvreté, M. Kufuor a reçu le « World Food Prize » en 2011.  Ce prix récompensait, entre autres, le fait que le Ghana soit devenu le premier pays d’Afrique subsaharienne à avoir réduit de moitié la part de sa population souffrant de la faim, ainsi que le nombre de gens vivant avec moins d’un dollar par jour.  Le Ghana est en bonne voie pour atteindre le premier des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) avant la date butoir de 2015.  Le Président Kufuor a également dirigé le Partenariat pour l’assainissement et l’eau courante pour tous, et il a occupé le poste d’Envoyé spécial pour l’Alliance pour les maladies tropicales négligées.


M. Jens Stoltenberg a été le Premier Ministre de la Norvège de 2000 à 2001 et, de nouveau, de 2005 à 2013. Il dirige le Parti travailliste norvégien depuis 2002.  M. Stoltenberg avait auparavant collaboré avec le Secrétaire général sur la question des changements climatiques et a, dans ce cadre, dirigé, aux côtés du Premier Ministre de l’Éthiopie, M. Meles Zenawi, le Groupe consultatif de haut niveau sur le financement de la lutte contre les changements climatiques, composé de 21 personnalités.


Ce Groupe consultatif a estimé que la mobilisation de 100 milliards de dollars par an, d’ici à 2020, afin de financer la lutte contre les changements climatiques, serait un défi de taille, mais qui, néanmoins pourrait être relevé. Le rapport du Groupe consultatif indiquait en outre que de nouvelles ressources publiques, jointes à une augmentation de celles déjà existantes, et des financements privés, étaient nécessaires pour atteindre cet objectif.  En 2010, M. Stoltenberg avait réuni un groupe réunissant les pays forestiers les plus importants, afin de coordonner les mesures de lutte contre la déforestation et de faire en sorte que les forêts soient un élément central d’un nouvel accord sur les changements climatiques.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel