13/9/2013
Conseil de sécurité
SC/11122
AFG/402

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE FAITE PAR LE CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT

L’ATTENTAT COMMIS LE 13 SEPTEMBRE EN AFGHANISTAN


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de septembre, M. Gary Quinlan (Australie):


Les membres du Conseil de sécurité ont condamné avec la dernière fermeté l’attentat commis le 13 septembre contre le consulat des États-Unis à Hérat (Afghanistan), dont les Taliban ont revendiqué la responsabilité.


Ils ont exprimé leur profonde sympathie et leurs sincères condoléances aux familles des victimes de cet acte abominable, ainsi qu’au Gouvernement et au peuple afghans.


Les membres du Conseil ont condamné les actes de violence dirigés contre des représentants diplomatiques et consulaires, qui mettent en danger ou tuent des innocents et entravent gravement le déroulement normal des activités de ces représentants et fonctionnaires.


Les membres du Conseil se déclarent une nouvelle fois gravement préoccupés par les menaces que les Taliban, Al-Qaida et des groupes armés illégaux font peser sur la population locale, les forces de sécurité nationales, les installations diplomatiques, les forces militaires internationales et les groupes fournissant une assistance internationale en Afghanistan, compte tenu en particulier du nombre d’attentats terroristes perpétrés récemment à Kaboul et dans d’autres localités.


Les membres du Conseil ont souligné qu’il fallait traduire en justice les auteurs, organisateurs, commanditaires et promoteurs de ces actes de terrorisme répréhensibles, et ont exhorté tous les États à coopérer activement avec les autorités afghanes à cet égard, conformément aux obligations que leur imposent le droit international et les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.


Les membres du Conseil ont réaffirmé que le terrorisme, sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations est un crime injustifiable, quels qu’en soient les mobiles et les auteurs, quels que soient le lieu et le moment où de tels actes sont commis, et ne saurait être associé à une religion, nationalité ou civilisation ni à un groupe ethnique, quels qu’ils soient.


Les membres du Conseil ont également réaffirmé qu’il fallait combattre par tous les moyens les menaces contre la paix et la sécurité internationales résultant d’actes de terrorisme, dans le respect de la Charte des Nations Unies et conformément à toutes les obligations découlant du droit international, en particulier du droit international des droits de l’homme, du droit international des réfugiés et du droit international humanitaire.


Les membres du Conseil ont réaffirmé qu’aucun acte de terrorisme ne saurait retenir l’Afghanistan sur la voie de la paix, de la démocratie et de la stabilité, choisie par le peuple et le Gouvernement afghans, et par la communauté internationale.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel