14/03/2013
Conseil de sécurité
SC/10941

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LE LIBAN


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de mars, M. Vitaly Churkin (Fédération de Russie):


Les membres du Conseil de sécurité ont entendu des exposés du Coordonnateur spécial pour le Liban et de la Directrice de la Division Asie et Moyen-Orient du Département des opérations de maintien de la paix après que le Secrétaire général a présenté son rapport sur la mise en œuvre de la résolution 1701 (2006) du Conseil.


Les membres du Conseil estiment encourageant le fait que le calme continue de régner au niveau de la Ligne bleu et dans la zone d’opérations de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).  Ils ont exhorté toutes les parties à tout faire pour que les hostilités ne reprennent pas et leur ont rappelé qu’il fallait qu’elles continuent à collaborer avec le Coordonnateur spécial et avec la FINUL, notamment dans le cadre du mécanisme tripartite, pour pouvoir progresser sur toutes les questions non résolues concernant la mise en œuvre des résolutions 1701 (2006) et 1559 (2004) ainsi que d’autres résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.  Ils ont également insisté sur le fait que toutes les parties devaient veiller à ce que la liberté de circulation de la FINUL soit pleinement respectée et exempte d’entraves.


Les membres du Conseil se sont dits vivement préoccupés par les tirs transfrontaliers répétés qui ont fait des morts et des blessés dans la population libanaise, par les incursions, les enlèvements et le trafic d’armes à la frontière entre le Liban et la Syrie, ainsi que par d’autres violations de la frontière.  Ils ont souligné qu’il importait de respecter pleinement la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale du Liban ainsi que l’autorité de l’État libanais, comme le prescrivent les résolutions du Conseil de sécurité.


Les membres du Conseil se sont également dits profondément inquiets des répercussions de la crise syrienne sur la stabilité du Liban.  Ils ont engagé le peuple libanais à préserver l’unité nationale malgré les tentatives de déstabilisation et souligné que toutes les parties nationales devaient respecter la politique de dissociation adoptée par le Liban et ne pas prendre part à la crise syrienne, ainsi qu’elles s’y sont engagées dans la Déclaration de Baabda.


Les membres du Conseil ont salué les efforts que le Président Sleiman a continué de déployer pour préserver l’unité et la stabilité du Liban.  Ils ont encouragé toutes les parties au Liban à prendre rapidement les mesures voulues pour que les élections législatives se déroulent sur une base consensuelle et dans le respect du droit et de la Constitution.  Ils ont également rappelé qu’il fallait mettre un terme à l’impunité au Liban et réaffirmé leur soutien sans réserve aux travaux du Tribunal spécial pour le Liban.


Les membres du Conseil ont également salué le rôle important joué par les Forces de sécurité et l’armée libanaises au service du maintien de l’unité et de la souveraineté nationales, ainsi que les mesures qui sont prises pour améliorer encore leurs capacités, notamment dans le cadre du dialogue stratégique avec la FINUL, et ont encouragé la communauté internationale à renforcer son assistance à cette fin.


Les membres du Conseil, s’inquiétant vivement des conséquences de l’afflux croissant de réfugiés fuyant les violences en Syrie, qui sont désormais plus de 360 000 au Liban, ont demandé à la communauté internationale d’honorer les promesses de contribution en matière d’aide humanitaire faites à l’occasion de la conférence tenue au Koweït le 30 janvier 2013.  Ils ont salué la générosité du Liban, qui accueille et aide les réfugiés syriens.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel