9/10/2013
Communiqué de presse
PAL/2166
PI/2070

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SÉMINAIRE INTERNATIONAL DES MÉDIAS SUR LA PAIX AU MOYEN-ORIENT 2013

S’EST TENU À ISTANBUL, LES 8 ET 9 OCTOBRE


(Adapté de l’anglais)


ISTANBUL (Turquie), 8-9 octobre 2013 -- Le Séminaire international des médias sur la paix au Moyen-Orient 2013 s’est tenu, les 8 et 9 octobre à Istanbul, en Turquie.  Organisé par le Département de l’information des Nations Unies en coopération avec le Ministère des affaires étrangères de la Turquie, cet événement a porté sur l’évolution des dynamiques liées aux médias au Moyen-Orient et a permis d’explorer la façon dont les médias traitent le conflit israélo-palestinien.


Dans un message lu en son nom, le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, a estimé que la reprise des pourparlers directs était une étape bienvenue dans la perspective d’un accord portant sur la création d’un État palestinien indépendant et viable vivant en paix aux côtés de l’État d’Israël dont la sécurité sera assurée.  Le statu quo dans les territoires palestiniens occupés n’est pas viable et l’occupation israélienne est profondément préjudiciable tant aux Israéliens qu’aux Palestiniens.  Il est plus urgent que jamais de construire un environnement propice aux progrès économiques.  Les peuples israélien et palestinien sont confrontés à des choix difficiles.  Les deux parties doivent agir de façon responsable et avec retenue et s’abstenir de toute action susceptible de saper le processus de négociation.  La stabilité est essentielle et le maximum d’efforts doit être fait pour éviter la violence.


Le Secrétaire général a rappelé que, pour la première fois depuis plus d’un an, le Quatuor pour le Moyen-Orient s’était réuni en marge du débat général de la soixante-huitième session de l’Assemblée générale pour soutenir la relance du processus de paix.  Le Quatuor a entendu un exposé conjoint des principaux négociateurs israéliens et palestiniens et le Secrétaire général s’est dit encouragé par leur engagement à parvenir à un accord global sur toutes les questions essentielles.  La communauté internationale doit prendre des mesures concertées et collaborer avec le Quatuor afin de continuer à faire progresser la paix et de renforcer la compréhension mutuelle entre les communautés israélienne et palestinienne.


Dans son allocution d’ouverture, le Secrétaire général adjoint à la communication et à l’information et Coordonnateur pour le multilinguisme de l’ONU, M. Peter Launsky-Tieffenthal, a remercié la Turquie d’avoir accueilli la session 2013 du Séminaire et rappelé qu’Istanbul était, depuis des siècles, un carrefour international des civilisations.  Il a précisé que le Séminaire avait pour double objectif de sensibiliser le public à la question palestinienne et la recherche de la paix au Moyen-Orient, et d’examiner l’évolution des dynamiques liées aux médias dans la région.  La communauté internationale a un rôle important à jouer pour aider à résoudre le conflit israélo-palestinien, et c’est pourquoi, a-t-il dit, l’ONU doit faire tout son possible pour s’assurer de la reprise du processus de paix.


M. Launsky-Tieffenthal a par ailleurs rappelé que les Palestiniens, qui avaient cherché refuge en Syrie après avoir été déplacés de Palestine, se trouvaient déracinés une fois de plus en raison de la crise syrienne.  L’Organisation des Nations Unies travaille sur plusieurs fronts pour tenter de résoudre la crise en Syrie, en apportant une aide humanitaire aux personnes touchées par la crise, en déployant des efforts, sur les plans politique et diplomatique, pour parvenir à un règlement durable et en faisant cesser l’impunité de ceux qui ont commis des crimes graves.


Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient et Représentant personnel du Secrétaire général auprès de l’Organisation de libération de la Palestine et de l’Autorité palestinienne, M. Robert Serry, a rappelé que, face au conflit sanglant qui se poursuit en Syrie, les pays voisins comme la Turquie portent l’essentiel du fardeau de centaines de milliers de réfugiés syriens.


Pour sa part, le Directeur général des affaires politiques bilatérales au Ministère des affaires étrangères de la Turquie, M. Ümit Yalçin, a estimé que la perception des événements avait une grande importance dans le monde globalisé d’aujourd’hui et que les médias avaient un rôle particulier à jouer pour encourager la tolérance mutuelle et la compréhension entre les communautés israélienne et palestinienne.


Au cours des deux jours de réunion, quatre tables rondes ont été organisées.


La première, animée par la Présidente du Comité de l’information et Représentante permanente d’Oman auprès des Nations Unies, Mme Lyutha Al-Mughairy, a porté sur les modifications survenues dans la couverture médiatique des efforts de paix au Moyen-Orient et la question palestinienne.


Une deuxième table ronde, animée par le Directeur de recherche en politique étrangère à la Fondation SETA pour la recherche politique, économique et sociale, M. Ufuk Ulutas, a été consacrée au sort, souvent oublié, de quelque sept millions de réfugiés palestiniens.


La troisième table ronde du séminaire était axée sur l’activisme des jeunes, le journalisme numérique et les médias sociaux au Moyen-Orient.  Sous la direction du producteur et animateur au Huffington Post, M. Ahmed Shihab Eldin, les panélistes ont examiné les conséquences de l’accélération des technologies numériques et des médias sociaux sur l’activisme des jeunes et comment l’utilisation des médias sociaux par les jeunes militants aide ou au contraire entrave leur cause.


Enfin, une quatrième table ronde, animée par la Directrice de la Division de la communication stratégique au Département de l’information des Nations Unies, Mme Deborah Seward, a examiné le rôle et l’impact du cinéma et des médias visuels sur la couverture de la question de Palestine et le conflit israélo–palestinien.


À la fin du séminaire, les participants ont pu visionner « Cinq caméras brisées », film documentaire franco-israélo-palestinien écrit et réalisé par Emad Burnat et Guy Davidi en 2011.


Dans ses remarques de clôture, M. Levent Gümrükçü, porte-parole du Ministère des affaires étrangères de la Turquie, a constaté que l’objectif d’une paix durable au Moyen-Orient nous avait échappé pendant de nombreuses décennies et que les négociations, si elles ont constitué une étape positive, n’ont pas suffi à régler les questions en suspens.  Les médias pourraient donner un nouvel élan aux négociations et devraient faire prendre conscience que le conflit israélo-palestinien reste la principale source d’instabilité au Moyen-Orient.  Une couverture objective, crédible et informative du conflit par les médias pourrait apporter une contribution importante au processus de paix, notamment en soulignant l’aspect humain du conflit, essentiel.


M. Launsky-Tieffenthal, a estimé qu’en permettant aux participants de partager des histoires et des expériences personnelles, le séminaire avait permis d’attirer l’attention sur le conflit et, plus important encore, souligné la nécessité de résoudre le problème.  Il a conclu en émettant l’espoir que des progrès importants seront réalisés dans le cadre du processus de paix au Moyen-Orient d’ici à la tenue du prochain séminaire, à la fin du printemps 2014.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel