04/03/2013
Conseil économique et social
FEM/1938

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Communiqué de base                                         


L’ÉLIMINATION DE LA VIOLENCE À L’ÉGARD DES FEMMES AU COEUR DE LA CINQUANTE-SEPTIÈME SESSION

DE LA COMMISSION DE LA CONDITION DE LA FEMME, À NEW YORK DU 4 AU 15 MARS 2013


(Adapté de l’anglais)


La cinquante-septième session de la Commission de la condition de la femme s’ouvre, ce matin, au Siège des Nations Unies, à New York, sur le thème prioritaire de l’élimination et la prévention de toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles.  Jusqu’au 15 mars, les États Membres devront débattre des mesures urgentes à prendre pour lutter contre ces souffrances.


Près de 7 femmes sur 10 dans le monde disent avoir été battues, violées, maltraitées ou avoir subi une mutilation au moins une fois dans leur vie.  La violence contre les femmes est un problème universel, qui existe dans tous les pays, parmi toutes les couches sociales.  


Il s’agit d’une violation flagrante des droits de l’homme, qui anéantit les familles et les communautés et qui fait obstacle aux efforts de développement.


Les femmes et les filles représentent 98% des personnes victimes de l’exploitation forcée, dont la moitié par le biais de la traite des êtres humains, selon l’Organisation internationale du Travail (OIT). 


Dans certains pays, 40 à 70% des meurtres de femmes sont commis par leur partenaire, selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime.


En outre, entre 100 et 140 millions de filles ont subi des mutilations génitales, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).


Ces violences ont un coût et des répercussions pour les pays sur leurs dépenses en matière de santé, ainsi que sur leur productivité.  Ce coût est estimé à plusieurs milliards de dollars chaque année.


L’analyse des coûts de la violence à l’encontre des femmes réalisée, par exemple, dans des pays comme l’Australie, le Canada, le Royaume-Uni ou les États-Unis révèle que le montant annuel de l’impact de cette violence peut varier entre 1,16 à 32,9 milliards de dollars.


À ce jour, 187 pays ont ratifié la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaît désormais la violence sexuelle comme tactique de guerre délibérée.


Plus de 125 pays, soit un nombre sans précédent, ont promulgué des lois qui pénalisent la violence domestique.  Toutefois, 603 millions de femmes vivent encore dans des pays où la violence domestique ne constitue pas un crime.


Lancée en 2008, la campagne du Secrétaire général des Nations Unies intitulée « Tous unis pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes », mise en œuvre par l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU-Femmes), est l’une des initiatives qui vise à sensibiliser le public à l’échelle internationale et à accroître la volonté politique et les ressources pour prévenir et répondre à la violence faite aux femmes et aux filles.


La cinquante-septième session de la Commission de la condition de la femme devra se mettre d’accord sur des mesures urgentes destinées à apporter sur le terrain une réponse concrète au sort des femmes et des jeunes filles victimes de violences.


Des représentants des États Membres, des entités des Nations Unies et des organisations non gouvernementales accréditées à l’ECOSOC de toutes les régions du monde participent à la session.  Cette année, la session pourra d’ailleurs compter sur un nombre record de 6 000 représentants de la société civile inscrits aux travaux de la session.


La session de deux semaines sera articulée autour d’un débat général, de tables rondes de haut niveau et de cinq dialogues interactifs.  Le programme détaillé de la session peut être consulté sur le site Internet à l’adresse suivante:

http://www.un.org/womenwatch/daw/csw/57sess.htm#org.


Au cours de cette cinquante-septième session, 119 manifestations parallèles sont organisées par les États Membres et les entités du système des Nations Unies dans le bâtiment de la pelouse Nord: http://www.un.org/womenwatch/daw/csw/csw57/events.htm.


Les organisations non gouvernementales organisent également près de 300 événements parallèles, principalement au centre situé face au Siège des Nations Unies http://www.unwomen.org/fr/news-events/in-focus/csw57/side-events/.


Pour les accréditions de presse aux Nations Unies, prière de consulter le site suivant: www.un.org/media/accreditation.


Pour suivre les séances par Webcast, prière d’utiliser le lien suivant:

www.un.org/webcast.


Contacts pour les médias:

-        Oisika Chakrabarti, oisika.chakrabarti@unwomen.org, +1 646.781.4522;

-        Hadrien Bonnaud, hadrien.bonnaud@unwomen.org, +1 646.781.4751;

-        Sharon Grobeisen, sharon.grobeisen@unwomen.org, +1 646.781.4753.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel