19/09/2013
Communiqué de presse
ENV/DEV/1376

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LA COMMISSION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE CONCLUT SA 20E ET DERNIÈRE SESSION

ET LAISSE LA PLACE AU NOUVEAU FORUM POLITIQUE DE HAUT NIVEAU


(Adapté de l’anglais)


La Commission du développement durable des Nations Unies a achevé deux décennies de travaux pendant lesquelles elle a promu la durabilité, en concluant aujourd’hui, vendredi 20 septembre, sa vingtième et dernière session.  La séance de clôture se tenait juste avant la session inaugurale du Forum politique de haut niveau sur le développement durable qui aura lieu mardi, le 24 septembre.


La Commission du développement durable (CDD), qui est née après le Sommet de la Terre de Rio, en 1992, a été la première instance de l’ONU chargée de promouvoir le développement durable.  Elle a innové en ouvrant la porte à la participation de toute une gamme de participants de la société civile à ses travaux.


La CDD a aussi constitué une plateforme pour le lancement d’une série de nouvelles initiatives, traités et organisations travaillant sur des aspects particuliers du développement durable.  Des questions ont cependant été posées au fil du temps par des participants concernant la lenteur des progrès en matière de promotion du développement durable, des parties à la CDD estimant que le sujet mérite d’être examiné à un niveau plus élevé que celui de la Commission.


Le Président de la dernière session de la CDD, M. Bektas Mukhamedzhanov, Vice-Ministre de la protection de l’environnement du Kazakhstan, a déclaré que la Commission avait joué un rôle crucial pour conserver l’élan donné à la promotion du développement durable.


Dans le Document final de Rio+20, « L’Avenir que nous voulons », les États Membres ont demandé la création d’un Forum politique de haut niveau pour s’assurer que les gouvernements placent le développement durable au plus haut niveau de leurs priorités et ils ont préconisé que cette question soit le cheval de bataille de tous les acteurs concernés.


Rio+20 a procédé à une refonte des institutions de l’ONU chargées du développement durable, a expliqué, M. Mukhamedzhanov en soulignant la nécessité d’utiliser le Forum politique de haut niveau en vue de mettre en œuvre et d’intégrer le développement durable dans le programme de développement de l’après-2015.


Le Forum fixera la direction raisonnable à suivre pour atteindre concrètement le développement durable, a-t-il dit, avant de rappeler les leçons apprises, négativement ou positivement, avec la Commission du développement durable. 


« Nous entrons dans une nouvelle période de l’histoire », a déclaré le Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales de l’ONU, M. Wu Hongbo, tout en saluant les réalisations de la CDD.  Il a invité la communauté internationale à identifier au plus vite les mesures urgentes à adopter, mission dont est précisément chargé le Forum politique de haut niveau.


La Commission du développement durable a aidé les pays à partager leurs meilleures idées, expériences et pratiques.  Elle a ainsi mis en place un cadre permettant de lancer des mesures utiles dans ce domaine.  Ses travaux ont conduit notamment à la création du Forum des Nations Unies sur les forêts qui a été à l’origine d’un instrument juridique contraignant sur la foresterie durable, en 2007.


Les recommandations de la CDD ont aussi entraîné l’élaboration de la Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause, applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux qui font l'objet d’un commerce international, ainsi que celle de la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants.


La Commission a également fait avancer les questions relatives aux océans, à l’eau et à l’énergie.  Elle s’est attelée à promouvoir le développement durable dans les petits États insulaires en développement.


Dans un rapport sur les leçons apprises de la Commission, le Secrétaire général reconnaît les insuffisances dont elle a souffert et certains de ses échecs, notamment son incapacité à intégrer complètement les dimensions économique, sociale et environnementale du développement durable.  L’impact de la Commission sur la mise en œuvre du développement durable s’est en outre révélé faible, est-il noté dans ce rapport.


Pour obtenir davantage d’information, veuillez visiter le site Internet dont l’adresse suit: http://bit.ly/18Xad1m


Pour obtenir des interviews et avoir davantage d’information, prière de contacter M. Dan Shepard, du Département de l’information de l’ONU (DPI), au numéro de téléphone : 1(212)963-9495, ou par courriel à l’adresse suivante: shepard@un.org.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel