12/2/2013
Conseil économique et social
ECOSOC/6560

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Comité des organisations non gouvernementales

Session ordinaire de 2013

2e séance - matin                                          


L’ECOSOC ADOPTE SON PROGRAMME DE TRAVAIL DE BASE POUR 2013 ET 2014, ET POURSUIT

DES CONSULTATIONS SUR LES DATES DE TENUE DE SES DIFFÉRENTES ACTIVITÉS


Le Conseil économique et social (ECOSOC) a repris ce mardi matin sa session d’organisation de 2013.  L’examen ministériel annuel de sa session de fond qui aura lieu à Genève, en Suisse, sera placé sur le thème de « La science, la technologie et l’innovation, ainsi que les perspectives ouvertes par la culture, au service de la promotion du développement durable et de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ».


Le Conseil a adopté les différentes articulations de son programme pour l’année 2013.  Parmi celles-ci figurent notamment le Dialogue annuel de haut niveau avec les institutions de Bretton Woods, l’Organisation mondiale du commerce et la Conférence des Nations Unies sur le commerce, qui a lieu au printemps au Siège de l’ONU à New York; et l’examen ministériel annuel, le débat consacré aux activités opérationnelles, le débat consacré aux questions de coordination, et le débat consacré aux affaires humanitaires, qui s’inscrivent dans l’agenda de la session de fond prévue cet été à Genève.


Les délégations des États membres de l’ECOSOC en 2013 ont demandé que plus de temps leur soit accordé afin de leur permettre de poursuivre les consultations pour déterminer des dates adéquates pour la tenue de chacune des activités inscrites à l’agenda du Conseil économique et social cette année.


Dans son discours d’ouverture, le Président de l’ECOSOC, M. Néstor Osorio, de la Colombie, a déclaré que de nombreuses opportunités s’offrent cette année au Conseil.  Trois d’entre elles, a-t-il précisé, sont uniques et stratégiques.  Cette année offre en effet l’occasion de travailler sur le suivi à donner à la Conférence Rio+20, d’œuvrer à définir et à élaborer le programme de développement post-2015, et de poursuivre le processus de renforcement du Conseil économique et social lui-même.  Ces tâches, qui seront menées à l’échelle du système des Nations Unies, tiendront le Conseil plus occupé en 2013 que par le passé, a indiqué M. Osorio.


La planification et l’élaboration du programme de développement post-2015 seront abordées au cours de l’examen ministériel annuel de la session de fond du Conseil.  L’ECOSOC mérite en effet de jouer un rôle de chef de file dans le suivi des objectifs de développement de l’ONU post-2015, a noté le Président.


Quant au suivi de la Conférence Rio+20, M. Osorio a relevé que l’expérience acquise par l’ECOSOC sur tout ce qui touche aux problématiques de développement devrait permettre au Conseil de pouvoir garantir un équilibre entre les trois piliers du développement durable, et de veiller à la prise en compte de l’éradication de la pauvreté dans les perspectives du développement durable.  Il a ensuite souligné l’importance des activités préparatoires du Forum de coopération pour le développement, qui devraient ouvrir le débat sur l’avenir de la coopération pour le développement, au moment où des changements voient le jour en ce qui concerne les paradigmes du développement.


Un des buts que nous nous assignons cette année sera d’améliorer la coordination entre l’ECOSOC, l’Assemblée générale, la Commission de consolidation de la paix et le Conseil de sécurité, a souligné M. Osorio en estimant que c’est en travaillant mieux ensemble que ces différents organes parviendront à atteindre les objectifs communs qu’ils se donnent en tant que système intergouvernemental de l’ONU.  « En tant qu’ancien Président du Conseil de sécurité, je suis conscient de la relation qui existe entre la paix, la sécurité et le développement », a déclaré M. Osorio.  Par exemple, à la fin de cette semaine, nous aurons une réunion conjointe avec la Deuxième Commission de l’Assemblée générale pour examiner la question de la sécurité alimentaire et de la nutrition.  C’est une réponse aux problèmes posés en ce moment à travers le monde par la sécheresse et la faim qu’elle entraîne.    


« Il est important que le Conseil économique et social de l’ONU soit plus proche du public, afin de renforcer son rôle », a ajouté M. Osorio.  Comment pouvons-nous lui donner la parole au cours de nos délibérations?  Le Forum de la jeunesse, que l’ECOSOC tiendra au mois de mars est destiné à ouvrir la porte aux jeunes et à leurs donner la parole dans le processus de prise de décisions à l’ONU, a indiqué le Président de l’ECOSOC en concluant son intervention.


Au cours de la réunion de ce matin, le Conseil a élu l’Éthiopie et la République dominicaine comme membres du Comité d’organisation de la Commission de la consolidation de la paix des Nations Unies, respectivement comme représentants des États d’Afrique et des États d’Amérique latine et des Caraïbes.  Il a aussi élu la République-Unie de Tanzanie et le Qatar, respectivement aux noms des États d’Afrique et des États d’Asie-Pacifique, comme membres du Comité d’attribution du Prix des Nations Unies en matière de population.


Cette semaine, comme annoncé par son Président, le Conseil économique et social tiendra une séance commune spéciale avec la Deuxième Commission sur le thème: « Sécurité alimentaire et nutrition: Intensifier les efforts au niveau mondial ».  Cette réunion aura lieu le jeudi 14 février 2013 de 10 à 13 heures dans la salle du Conseil économique et social (NLB).  La séance commune sera coprésidée par le Président de l’ECOSOC, M. Néstor Osorio, de la Colombie, et le Président de la Deuxième Commission, M. Wilfred Talbot, du Guyana.


Vendredi 15 février dans l’après-midi, l’ECOSOC entendra un exposé présenté par le Secrétaire général adjoint pour les politiques de coordination, M. Thomas Seltzer sur le travail du Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination.


Concernant l’examen ministériel annuel de sa session de fond de 2013, le Président de l’ECOSOC s’occupera de l’organisation et du déroulement du segment de haut niveau, tandis que les quatre Vice-présidents auront des attributions précises.  M. Masood Khan, du Pakistan, sera chargé des questions de coordination; M. Ferit Hoxha, de l’Albanie, sera en charge du segment des activités opérationnelles; M. Daffa-Alla Elhag Ali Osman, du Soudan, sera en charge du segment des questions opérationnelles et des affaires humanitaires relatives à la transition de la phase des secours à celle du développement dans les pays sortant de conflits.  M. Martin Sadjik, de l’Autriche, aura quant à lui la responsabilité du segment de la session de fond relatif au débat général.


Le Conseil économique et social (ECOSOC) est l’organe principal de coordination des activités économiques, sociales et apparentées des 14 institutions spécialisées de l’ONU, des commissions techniques et des cinq commissions régionales.  Composé de 54 États membres élus par l’Assemblée générale pour des mandats de trois ans, l’ECOSOC est doté d’un mandat qui couvre plus de 70% des ressources humaines et financières de l’ensemble du système de l’ONU.  La session de fond annuelle de l’ECOSOC, qui se tient alternativement d’une année à l’autre à Genève et à New York, aura lieu cette année à Genève.  Elle comprend un débat de haut niveau, un débat consacré aux activités opérationnelles, un débat consacré aux questions de coordination, un débat consacré aux affaires humanitaires, et un débat consacré aux questions diverses. 


La prochaine réunion de l’ECOSOC sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel