4/12/2013
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DE LA SOUS-SECRÉTAIRE GÉNÉRALE AUX AFFAIRES HUMANITAIRES, COORDONNATRICE ADJOINTE DES SECOURS D’URGENCE,

SUR SA VISITE AU SOUDAN DU SUD


La Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires et Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence du système de l’ONU, Mme Kyung-wha Kang, a fait le point, au cours d’une conférence de presse tenue aujourd’hui au Siège de l’ONU à New York, sur la visite qu’elle vient d’effectuer au Soudan du Sud, en Éthiopie et au Kenya, et dont le but consistait, a-t-elle indiqué, « à maintenir l’attention de la communauté internationale sur la situation au Soudan du Sud ».


La Sous-Secrétaire générale, qui s’est rendue dans les comtés de Bhor et Pibhor, dans l’État de Jonglei, pour y rencontrer des personnes affectées par le conflit et les inondations, a rappelé que le Soudan du Sud était le plus jeune État au monde et qu’il traversait une période délicate qui exige qu’on lui apporte un appui humanitaire.


À l’heure actuelle, 4,5 millions de personnes auraient besoin d’une assistance humanitaire, et plus d’un million d’entre elles ont besoin d’une aide alimentaire, alors qu’un nombre important de gens ont perdu leurs foyers et leurs moyens agricoles de subsistance, a indiqué Mme Kyung-wha Kang.


Les agences humanitaires sont également confrontées à des difficultés sur le terrain, et il est urgent de trouver des solutions de longue durée aux problèmes qui se posent si l’on veut garantir une paix et une sécurité durables dans le pays, a-t-elle ajouté.  Elle a annoncé, à cet égard, que les Nations Unies venaient de lancer un plan pluriannuel prévoyant la mise en place de mesures à long terme, en particulier pour ce qui a trait au renforcement des capacités et de l’infrastructure nationales, choses cruciales pour la survie des communautés.


La Sous-Secrétaire générale a répondu aux questions posées par des journalistes sur l’utilisation d’enfants soldats en indiquant que cette question n’avait pas été soulevée durant sa visite au Soudan du Sud et qu’il ne semblait pas que les forces gouvernementales avaient recours à ce genre de méthodes.  Elle a en revanche estimé que le problème le plus pressant était la présence d’un « nombre incalculable d’orphelins » vivant dans la rue, faute d’installations scolaires et de capacités gouvernementales pour leur venir en aide.


Concernant les personnes déplacées, Mme Kyung-wha Kang a indiqué que 1,9 million d’entre elles cherchaient à retourner au Soudan du Sud et que la communauté internationale humanitaire s’organisait pour faciliter leur transfert depuis le Soudan.  Dans ce contexte, des discussions ont lieu avec les groupes armés, notamment avec celui de David Yau Yau, a indiqué la Sous-Secrétaire générale tout en soulignant que ces pourparlers allaient être poursuivis.


Mme Kyung-wha Kang a qualifié de « tragédie » les entraves posées à l’accès humanitaire au Kordofan du Sud, qui bloquent la campagne de vaccination contre la poliomyélite lancée dans cet état, et elle a rappelé que le Conseil de sécurité avait clairement manifesté la volonté de trouver une issue à la question, tant auprès du Gouvernement du Soudan à Khartoum, qu’auprès de tous ceux qui ont un certain contrôle des évènements dans la région.


La Sous-Secrétaire générale a ensuite prévenu qu’avec le retour de la saison sèche et le risque d’une recrudescence des affrontements, il est impératif d’aider le lancement ou la conduite d’initiatives de paix entre les communautés dans l’État de Jonglei et, à ce sujet, de faire pression sur les autorités.


En Éthiopie, où elle a effectué une visite de deux jours, la Sous-Secrétaire générale a indiqué qu’elle avait pris part à la quatorzième session du Mécanisme ONU-Union africaine de coordination régionale, une session dont les travaux ont été axés sur le renforcement des capacités.  « La coopération avec l’Union africaine est critique pour l’ONU », a-t-elle souligné.


Mme Kyung-wha Kang a déclaré qu’elle-même et Mme Mary Robinson, Envoyée spéciale du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs, avaient présidé de manière conjointe, à Nairobi, au Kenya, une réunion de consultation sur les Grands Lacs tenue avec les agences humanitaires.  La réunion était centrée sur les répercussions du conflit en République démocratique du Congo sur les pays voisins, a-t-elle précisé.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel