2/4/2013
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ POUR

LE MOIS D’AVRIL 2013, M. EUGÈNE-RICHARD GASANA, DU RWANDA


Le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, M. Eugène-Richard Gasana, du Rwanda, a présenté cet après-midi devant la presse, le programme de travail mensuel adopté ce matin par les membres du Conseil, qui sera marqué par deux débats publics au niveau ministériel sur les causes profondes, en matière de prévention des conflits en Afrique, et sur la question « Femmes, paix et sécurité ».


Avril est un mois de deuil, de réflexion et de souvenir pour le peuple rwandais, a fait remarquer M. Gasana, en se disant honoré d’exercer la présidence du Conseil en cette période de l’année.  Il a rappelé l’engagement de son pays à prévenir des atrocités comme qu’a vécues le Rwanda il y a 19 ans, qui avaient fait en 100 jours près d’un million de morts.


La période du génocide rwandais, qui avait commencé le 7 avril 1994, correspond à la dernière fois où le Rwanda a siégé au Conseil de sécurité, a souligné le Représentant permanent en relevant que son pays est devenu une nouvelle fois membre non permanent du Conseil de sécurité le 1er  janvier 2013, pour un mandat de deux ans.


M. Gasana a ensuite passé en revue le programme de travail du mois d’avril qui comprendra 9 séances publiques, 2 débats ouverts, 11 séances de consultations et une réunion avec les pays fournisseurs de contingents aux opérations de maintien de la paix.  Deux projets de résolutions seront soumis au vote des États membres du Conseil, a-t-il ajouté.  Les membres du Conseil se retrouveront en outre dans le cadre de la retraite annuelle organisée par le Secrétaire général, du 22 au 23 avril.


Une séance d’information se tiendra lundi 15 avril au niveau ministériel sur le thème « Paix et sécurité en Afrique » et le sous-thème « Prévention des conflits en Afrique: s’attaquer aux causes profondes ».  Elle sera présidée par Mme Louise Mushikiwabo, Ministre des affaires étrangères du Rwanda.  Le Président de l’Union africaine a été invité à y participer, et sa présence sera confirmée ultérieurement, a indiqué M. Gasana.


Une autre séance de niveau ministériel aura lieu le 17 avril à l’occasion du débat ouvert sur le thème « Femmes, paix et sécurité », a annoncé M. Gasana, précisant qu’elle porterait notamment sur les violences sexuelles faites aux femmes dans les conflits.  Ce débat sera basé sur le rapport du Secrétaire général sur la « Violence sexuelle liée aux conflits », publié le 12 mars 2013, et donnera lieu à une déclaration présidentielle.


Le 24 avril sera la journée de débat ouvert sur le Moyen-Orient, qui interviendra juste après la retraite annuelle avec le Secrétaire général.  Auparavant, le 4 avril, les membres du Conseil auront tenu des consultations sur cette question, en particulier sur le Yémen.


La situation au Mali sera examinée demain, le 3 avril, après l’exposé du Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. Jeffrey Feltman, sur la base du rapport du Secrétaire général sur la question, paru le 26 mars dernier.


Le Conseil tiendra le 9 avril une séance de consultations sur le Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA) à laquelle participera Mme Margaret Vogt, Représentante spéciale et Chef du BINUCA à Bangui.


M. Gasana a également annoncé, le 11 avril, la tenue d’une réunion du Conseil, avec les pays contributeurs de troupes, sur la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO), suivie de consultations sur la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA), d’une part, et sur le Soudan et le Soudan du Sud, d’autre part.  M. Edmond Mulet, Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, fera un exposé devant les pays fournisseurs de contingents, tandis que M. Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, présentera la situation dans les deux Soudan.


Une séance d’information avec M. Mulet se tiendra le 16 avril sur l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), suivie de consultations sur la même question, avec comme base le rapport du Secrétaire général paru le 28 mars 2013.  Le Président du Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1572 (2004) concernant la Côte d’Ivoire, M. Gert Rosenthal, du Guatemala, présentera le rapport de ce Comité.


Après des consultations sur la MINURSO le 22 avril, une résolution portant sur cette question sera soumise au vote le 25 avril.  Le même jour, un autre projet de résolution sera soumis au Conseil en ce qui concerne le régime de sanctions imposées à la Côte d’Ivoire.  Les membres du Conseil entendront ensuite un exposé de M. Abdulkalam Abdul Momen, du Bangladesh, Président de la Commission de consolidation de la paix, qui présentera le rapport du Comité chargé des sanctions en Côte d’Ivoire.


Pour ce qui est de l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD), le Conseil aura une séance d’information et des consultations sur ce sujet le 29 avril.  Le même jour, des consultations seront organisées sur le Soudan et le Soudan du Sud.


Tout au long du mois d’avril, a ajouté le nouveau Président du Conseil de sécurité, les membres continueront d’être saisis de la question de la non-prolifération, du Moyen-Orient et en particulier de la Syrie, de la situation en République démocratique du Congo et de celle en République centrafricaine, ainsi que de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).


Répondant aux questions des correspondants sur les relations entre le Conseil de sécurité et les organisations régionales, l’Ambassadeur Gasana a assuré qu’il accordait beaucoup d’importance à la coopération avec ces organisations, dont l’Union européenne et l’Union africaine.  Nous avons invité M. Thabo Mbeki, Président de l’Union africaine, a-t-il rappelé.


M. Gasana a aussi été amené à commenter la résolution adoptée la semaine dernière sur la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), qui a décidé le déploiement, à titre exceptionnel, d’une « brigade d’intervention » chargée de neutraliser et de désarmer les groupes armés menaçant l’autorité de l’État et la sécurité des civils dans l’est de la RDC.  Le Rwanda a voté en faveur de ce texte, a-t-il rappelé, estimant que c’était une victoire, non pas seulement pour la RDC ou un autre pays, mais pour tous ceux qui veulent la paix.


Sur la situation en République populaire démocratique de Corée, M. Gasana a dit que le Conseil de sécurité surveillait de près l’évolution des évènements.  Enfin, il n’a pas voulu commenter la décision de la Ligue des États arabes de soutenir un changement de régime en Syrie.  Le Conseil de sécurité n’a rien décidé à ce sujet, a-t-il souligné.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel