15/03/2013
Assemblée générale
AG/PKO/214

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Comité spécial des opérations

de maintien de la paix

Session de fond de 2013                                    

231e séance – après-midi


LE COMITÉ DES OPÉRATIONS DE MAINTIEN DE LA PAIX AJOURNE LA CONCLUSION DE SA SESSION JUSQU’AU

28 MARS AU PLUS TARD POUR PERMETTRE UN ACCORD SUR LE PROJET DE RAPPORT DE SES TRAVAUX


Le Comité spécial des opérations de maintien de la paix ou « Comité des 34 » a décidé d’ajourner, cet après-midi, et jusqu’au 28 mars au plus tard, la conclusion de sa session de fond de 2013, les délégations n’ayant pas été en mesure de s’entendre sur le projet de rapport de ses travaux.    


Le Comité des 34 devait théoriquement clôturer, ce vendredi, les travaux de sa session de fond de 2013, entamée le 19 février dernier, en adoptant le projet de rapport préparé par le Groupe de travail plénier, et qui contient les propositions, recommandations et conclusions du Comité en ce qui concerne le maintien de la paix.


« J’ai le sentiment qu’il nous faut un peu plus de temps pour pouvoir dégager une solution, ainsi qu’une marche à suivre par le biais de négociations », a conclu la Présidente du Comité, Mme Joy Ogwu, du Nigéria. 


Mme Ogwu a proposé de suspendre les travaux de la session afin qu’elle puisse, au cours des prochains jours, et en sa qualité de Présidente, organiser des consultations élargies avec les délégations, ainsi qu’avec d’autres parties prenantes.  Sa proposition ayant été acceptée par les délégations, Mme Ogwu rendra compte de l’issue de ces négociations au Comité au plus tard le jeudi 28 mars. 


Appuyant cette proposition, le représentant de l’Égypte, qui s’exprimait au nom du Mouvement des pays non alignés, a estimé que la décision qui avait été prise, au cours de la session de fond, de procéder « unilatéralement » à la levée des travaux a mené à l’impasse actuelle.  Il a souligné qu’une telle décision, conformément aux règles de procédure, aurait dû être examinée par l’ensemble des membres du Comité en séance plénière.  « Ce qui ne fut pas le cas », a-t-il souligné.


En début d’après-midi, la Présidente du Comité des 34 avait ouvert ce qui aurait dû être la dernière séance de cette session de fond en annonçant d’emblée que le Groupe de travail plénier, chargé d’élaborer le projet de rapport des travaux, n’avait pas été en mesure de conclure ses travaux.


Mme Ogwu avait rappelé la nécessité pour le Comité des 34 d’adopter un rapport de fond et de fournir au Secrétariat des orientations sur les questions relatives au maintien de la paix.  Elle avait ensuite décidé de suspendre la séance, durant deux heures, afin de permettre aux différents groupes de poursuivre leurs consultations et de suggérer une marche à suivre pour parvenir à la conclusion des travaux. 


« Nous ne pouvons pas rester dans l’impasse actuelle », a-t-elle ajouté, appelant les délégations à poursuivre le dialogue et à se mettre d’accord sur la marche à suivre.   


Cette décision avait suscité la perplexité de la part de la représentante de l’Union européenne.  « Je ne pense pas que des négociations soient encore possibles.  Sur quelles questions se tiendraient-elles?  Avec quel objectif? Et qui va les faciliter? » a-t-elle demandé.


Le Comité des 34 devrait à nouveau se réunir le jeudi 28 mars.  La tenue de cette réunion sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel