4/9/2013
Assemblée générale
AG/11404

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante-septième session

98e séance plénière – matin


L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DEMANDE UNE RÉFLEXION SUR LA PROPOSITION

DE CRÉER « L’ALLIANCE EURASIENNE POUR LA CONNECTIVITÉ »


Ce matin, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté à l’unanimité une résolution*, telle qu’oralement amendée, sur la création de l’alliance eurasienne pour la connectivité.  Elle a invité les États Membres à réfléchir aux moyens d’appuyer la proposition visant à créer l’alliance eurasienne pour la connectivité, en partenariat avec l’Union internationale des télécommunications.


Le but est de renforcer la coopération entre les gouvernements, le secteur privé, la société civile, les milieux universitaires et les institutions internationales de développement.  L’Assemblée invite aussi le système des Nations Unies et ses organismes compétents ainsi que les autres organisations concernées, à appuyer et faciliter ce processus de réflexion.


En présentant ce texte, le représentant de l’Azerbaïdjan a rappelé la résolution** précédente et expliqué que l’objet de ces textes est de « souligner les effets de synergie » qui peuvent exister entre différentes parties prenantes, pour améliorer les voies de transit de télécommunication, au niveau régional, sans recourir à des ressources supplémentaires.


Le représentant a estimé que la future alliance permettrait de renforcer la coopération transrégionale dans le domaine des technologies de l’information et des communications (TIC), d’aider les gouvernements à mieux répondre aux besoins de ce secteur et d’attirer davantage les investissements du secteur privé.  Cette structure régionale, a-t-il ajouté, devrait aussi permettre un plus grand partage d’expériences et de connaissances.


Son homologue de l’Arménie s’est dit prêt à discuter des options, reconnaissant que l’amélioration de la connectivité devrait permettre aux pays de réaliser des économies d’échelle.  Il a cependant demandé que ce projet régional soit ouvert à tous les États intéressés, sans conditions spéciales pour certains pays.


Tout en soutenant l’amélioration de la connectivité dans cette région, la représentante des États-Unis a regretté l’examen tardif de cette question qui intervient bien après la fin des travaux de la Deuxième Commission chargée des questions économiques et financières, privant ainsi les délégations de l’avis de leurs experts. 


Cette nouvelle résolution, a ajouté son homologue de l’Union européenne, n’apporte pas de valeur ajoutée à la première qui avait déjà lancé un « bon message ».  Par souci d’efficacité, il s’est étonné que l’Assemblée adopte deux résolutions sur un même sujet au cours d’une même session.


Il a tout de même rappelé l’engagement de l’Union européenne en faveur des pays eurasiens.  L’Union, a-t-il souligné, est en train de financer plusieurs projets TIC en Europe orientale et en Asie centrale, dont un million d’euros pour l’harmonisation des systèmes de communications électroniques.


La prochaine réunion plénière de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.


*     A/67/L.78

**    A/RES/67/294


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel