10/10/2012
Communiqué de presse
Point de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

POINT DE PRESSE QUOTIDIEN DU BUREAU DU PORTE-PAROLE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU: 10 OCTOBRE 2012


(La version française du Point de presse quotidien nest pas un document officiel des Nations Unies)


Ci-dessous, les principaux points évoqués par Martin Nesirky, Porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon:


Invité du Point de presse


Aujourd’hui, l’invité du Point de presse est M. Ivan Šimonović, Sous-Secrétaire général aux droits de l’homme et Chef du Bureau de New York du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, qui rend compte de sa mission récente de quatre jours au Mali.


Syrie


Dans une déclaration publiée hier soir, le Secrétaire général condamne fermement la série coordonnée d’attentats terroristes, lundi soir à Damas, en Syrie, qui a coûté la vie à de nombreuses personnes et blessé beaucoup d’autres. 


Le Secrétaire général est également préoccupé par le sort des détenus dans l’établissement où les attentats à la bombe ont eu lieu.  Le Secrétaire général réaffirme qu’aucune cause ne peut justifier les attaques terroristes, quels que soient le lieu, le moment ou les auteurs qui les ont commises.


Dans cette déclaration, le Secrétaire général se dit extrêmement préoccupé par la spirale de violence en Syrie qui crée un terrain fertile pour le terrorisme et les actions criminelles de toutes sortes.  Toutes les violences doivent cesser.  Le Secrétaire général réitère sa ferme conviction que le recours à des moyens militaires et à la violence ne fera que conduire à davantage de souffrances et de destructions, et que la seule façon d’en sortir passe par une solution politique. 


Le Secrétaire général exhorte toutes les parties à s’engager vers une transition politique et le dialogue et à travailler étroitement avec le Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes, M. Lakhdar Brahimi.


Une note aux correspondants a également été publiée dans laquelle l’ONU réaffirme son extrême préoccupation concernant des informations faisant état de l’utilisation d’installations et de véhicules médicaux pour propager la violence liée au conflit en Syrie.  Elle exhorte toutes les parties impliquées dans le conflit à respecter le droit international humanitaire et à s’assurer que les civils ne soient pas pris pour cibles.


Pakistan


La Représentante spéciale du Secrétaire général pour le sort des enfants en temps de conflit armé, Mme Leila Zerrougui, a condamné dans les termes les plus sévères l’attaque perpétrée hier par des Taliban armés contre des écolières pakistanaises, dans la vallée de Swat, au nord-ouest d’Islamabad.


Elle a estimé que l’éducation est un droit fondamental pour tous les enfants et que le Mouvement des Taliban du Pakistan(TTP), qui a revendiqué la responsabilité de l’attaque, doit respecter le droit à l’éducation de tous les enfants, y compris des filles, à se rendre à l’école et à vivre en paix.


Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a également condamné la fusillade et a appelé toutes les parties à respecter les droits de tous les enfants, y compris le droit à l’éducation dans un environnement sûr et protecteur.  Avec 20 millions d’enfants déjà scolarisés au Pakistan, il est essentiel que tous les enfants reçoivent une éducation de qualité, en particulier les plus vulnérables et les plus défavorisés, précise l’UNICEF.


Le Porte-parole du Secrétaire général a précisé que lorsqu’il avait informé le Secrétaire général, ce matin, ce dernier, comme beaucoup d’autres personnes au Pakistan et dans le monde, s’était montré véritablement indigné par cette attaque.


Il a manifesté son soutien en envoyant une lettre à la famille de Malala Yousufzai, la jeune fille de 14 ans, grièvement blessée dans l’attaque qui la visait particulièrement en raison de sa campagne en faveur de l’éducation.


Conseil de sécurité


Le Conseil de sécurité tient des consultations à huis clos, cet après-midi, à 15 heures, pour discuter de la situation en République démocratique du Congo (RDC).


État de droit


Le Vice-Secrétaire général s’est exprimé, ce matin, devant la Sixième Commission de l’Assemblée générale sur la question relative à l’état de droit.  Il a affirmé que le Secrétaire général et lui-même avaient été très impressionnés par la forte participation et l’engagement des États Membres lors de la Réunion de haut niveau qui s’est tenue le mois dernier sur ce sujet, ainsi que sur la déclaration complète mais concise, adoptée par consensus.


Le Vice-Secrétaire général s’est dit confiant dans la mise en place du processus pour la mise en œuvre de l’état de droit selon les trois piliers des Nations Unies, à savoir la paix et la sécurité, le développement ainsi que les droits de l’homme.



Sahara occidental


Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Hervé Ladsous, est arrivé aujourd’hui à Laâyoune pour visiter la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO).


M. Ladsous passera en revue les opérations et rencontrera les responsables de la Mission.  Il prévoit également de se rendre sur deux sites où se trouvent les équipes, ainsi qu’à Tindouf et à Rabat, où il rencontrera les représentants des deux parties.


Conférence de presse demain


Demain, à 11 heures, dans l’auditorium de la Bibliothèque Dag Hammarskjöld, se tiendra une conférence de presse pour le lancement du nouveau rapport sur le mariage des enfants, en présence du Directeur du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), M. Babatunde Osotimehin, et de l’Archevêque Desmond Tutu. 


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel