15/10/2012
Secrétaire général
SG/SM/14586
OBV/1152

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

C’EST PRÉCISEMENT AU MOMENT OÙ ILS ONT DU MAL À ÉQUILIBRER LEURS BUDGETS QUE LES GOUVERNEMENTS

DOIVENT RENFORCER LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ, ESTIME BAN KI-MOON


On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, le 17 octobre:


S’il est facile de dénoncer la pauvreté, il est plus ardu de la combattre.  Les personnes qui souffrent de la faim, vivent dans le dénuement et sont atteintes dans leur dignité, ont besoin de plus que de l’expression de notre compassion; elles ont besoin d’un soutien concret.


Cette année, alors que nous marquons la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, beaucoup de pays sont en situation d’austérité économique.  Dans une période où les gouvernements ont le plus grand mal à équilibrer leurs budgets, le financement des mesures de lutte contre la pauvreté se trouve menacé.  Or, c’est précisément le moment où il faut garantir aux pauvres l’accès aux services sociaux, à la sécurité financière, à un emploi décent et à une protection sociale.  Il n’y a qu’ainsi que nous pourrons bâtir des sociétés plus fortes et plus prospères – pas en équilibrant les budgets aux dépens des plus démunis.


Les Objectifs du Millénaire pour le développement ont permis une mobilisation mondiale qui a donné lieu à des progrès considérables.  Nous avons réduit de moitié l’extrême pauvreté et résorbé l’inégalité entre les sexes devant l’enseignement élémentaire, en sorte qu’à présent il y a autant de filles que de garçons qui vont à l’école primaire.  Les groupes humains qui ont accès à l’eau salubre et potable sont aujourd’hui de plus en plus nombreux.  Les investissements dans la santé ont sauvé, et continuent de sauver, des millions de vies.


Ces réalisations constituent une avancée majeure vers l’avènement d’un monde plus équitable, prospère et durable.  Toutefois, plus d’un milliard de personnes vivent encore dans la pauvreté, privées de leurs droits à l’alimentation, à l’éducation et à la santé.  Nous devons leur donner les moyens de nous aider à trouver des solutions viables.  Nous devons tout faire pour que tous les pays puissent atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement d’ici à 2015.


À la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, qui s’est tenue en juin de cette année, les dirigeants du monde entier ont déclaré que l’élimination de la pauvreté représentait le plus grand défi auquel le monde devait faire face aujourd’hui.


Nous travaillons à présent à l’élaboration du programme de développement des Nations Unies pour la période de l’après-2015, en nous inspirant des Objectifs du Millénaire pour le développement, tout en luttant contre les inégalités persistantes et en cherchant à remédier aux nouvelles difficultés qui pèsent sur les populations et la planète.  Nous avons pour objectif d’établir un cadre de travail audacieux, ambitieux et propice à une transformation qui profite aux générations actuelles et futures.


La pauvreté, qui sévit incontrôlée depuis trop longtemps, est liée aux troubles sociaux et aux dangers qui menacent la paix et la sécurité.  À l’occasion de cette Journée internationale, investissons dans notre avenir commun en aidant les pauvres à échapper à leur condition, pour qu’à leur tour, ils puissent contribuer à changer le monde.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel