12/06/2012
Secrétaire général
SG/SM/14347
PAL/2152
PI/2037

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DEVANT LES MÉDIAS DU MOYEN-ORIENT, LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SOULIGNE QUE LE « RÉVEIL RÉGIONAL »

NE SERA PAS COMPLET SANS LE RÈGLÈMENT DU CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN


On trouvera ci-dessous le texte du message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, dont M. Maher Nasser, Chef par intérim du Département de l’information, a donné lecture au Séminaire international des médias sur la paix dans le Moyen-Orient, ce 12 juin à Genève, en Suisse:


Je tiens à saluer tous les participants à ce Séminaire international des médias sur la paix dans le Moyen-Orient.  Je remercie le Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse pour le soutien qu’il a apporté à cette réunion.


Vous vous réunissez à un moment critique pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.  Au cours des 18 derniers mois, la région a connu des changements profonds grâce à l’action de citoyens courageux et déterminés, souvent entraînés par des femmes et des jeunes.


En votre qualité de journalistes, de militants, de dirigeants et de représentants de la société civile, beaucoup d’entre vous qui aspirent au changement ont joué un rôle important dans ces mouvements d’importance historique.  Je salue le dévouement et le courage de votre action pour la transparence, la responsabilisation et la démocratie.  Je vous engage instamment à continuer à vouloir l’avènement de la paix et de la compréhension mutuelle entre les communautés, en particulier les Palestiniens et les Israéliens.


Beaucoup a été fait dans la région, mais trop nombreux sont ceux qui continuent à souffrir.  Les tueries, en Syrie, ne cessent pas, malgré les engagements solennels pris à plusieurs reprises par toutes les parties.  Les dangers d’une escalade conduisant à la guerre civile sont imminents et bien réels.  Toutes les violences doivent cesser – celles imputables au régime et celles imputables à l’opposition armée.  Le moment est venu pour la communauté internationale de prendre des mesures audacieuses et concertées.


Le réveil régional, inspiré par les idéaux de liberté, de dignité et de non-violence, ne sera pas complet sans le règlement du conflit israélo-palestinien.  De trop nombreux Palestiniens et de trop nombreux Israéliens souffrent depuis trop longtemps.


Avec les autres membres du Quatuor, je vois avec inquiétude la précarité de la situation sur le terrain et j’engage instamment les parties à surmonter les obstacles existants et à reprendre les négociations directes sans retard et sans conditions.


Je me réjouis de ce qu’a pu faire l’Autorité palestinienne pour se doter des institutions de gouvernement nécessaires, et je note en particulier des progrès notables sur le plan de la sécurité dans la Cisjordanie.  Je réitère l’appel du Quatuor invitant l’Autorité palestinienne à poursuivre les efforts qu’elle fait pour améliorer l’ordre public, lutter contre l’extrémisme et mettre un terme aux incitations à la violence.


En même temps, les parties doivent éviter les décisions unilatérales qui compromettraient la confiance mutuelle.  L’expansion des implantations en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, est contraire au droit international et aux engagements pris par Israël dans la Feuille de route.  Je rappelle la préoccupation du Quatuor face à la violence et aux incitations à la violence de la part des colons en Cisjordanie, et réitère ses appels exhortant Israël à prendre des mesures efficaces, et notamment à traduire en justice les auteurs d’actes de cette nature.


La situation à Gaza n’est pas viable à terme.  Je continue à rappeler qu’il faut assurer la liberté de circulation des personnes et de transport des matériaux de construction et des autres marchandises et l’application de tous les aspects de la résolution 1860 (2009) du Conseil de sécurité.  Israël a certes fait certains efforts dans ce sens, mais il lui faut faire plus.


L’Organisation des Nations Unies demeure soucieuse d’aider les parties à progresser.


Nous devons mettre en place les conditions d’un succès des négociations de façon à résoudre la question du statut permanent –et notamment de Jérusalem, des frontières, des réfugiés et de la sécurité– et mettre un terme à l’occupation qui a commencé en 1967.  Cela devrait aboutir à la création d’un État palestinien souverain, indépendant, à un seul tenant et viable vivant côte à côte avec Israël dans la paix et la sécurité.


Ce n’est alors seulement que l’on pourra se rapprocher de l’objectif plus général d’un règlement régional global dans le Moyen-Orient.


Je vous remercie de soutenir cette cause.  Je souhaite le succès de votre réunion.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel