13/07/2012
Secrétaire général
SG/A/1356*
SIDA/180
BIO/4383*

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Notice biographique


LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL NOMME MME ASHA-ROSE MIGIRO, DE LA RÉPUBLIQUE-UNIE DE TANZANIE, COMME ENVOYÉE SPÉCIALE POUR LE VIH/SIDA EN AFRIQUE


Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a nommé l’ancienne Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Mme Asha-Rose Migiro, de la République-Unie de Tanzanie, Envoyée spéciale pour le VIH/sida en Afrique.  Mme Migiro remplace Mme Elizabeth Mataka, que le Secrétaire général a remerciée pour les services remarquables et le dévouement dont elle a fait preuve à ce poste depuis 2007.


Mme Migiro apporte à cette fonction une expérience unique et précieuse dans la promotion de la réponse face au VIH/sida à la fois au niveau mondial et en Afrique à l’issue de son mandat de Vice-Secrétaire générale, fonction qu’elle a occupée de 2007 à 2012.


Au cours des diverses missions qu’elle a accomplies sur le terrain dans certains des pays les plus touchés au monde par la pandémie, en compagnie du  Directeur exécutif de l’ONUSIDA, M. Michel Sidibé, Mme Migiro a défendu ardemment l’établissement d’un meilleur équilibre entre les hommes et les femmes dans la répartition des responsabilités en matière de prestations de soins contre le VIH/sida sur le continent africain.


Comme Vice-Secrétaire générale, Mme Migiro a également contribué à établir une dynamique en vue de mettre fin aux infections de la mère à l’enfant chez les nouveau-nés d’ici à 2015.  Elle a lancé des actions de plaidoyer auprès des leaders religieux et des chefs spirituels pour qu’ils aident à mettre fin à la marginalisation des personnes touchées par le VIH/sida, et a prêté sa voix aux efforts du Secrétaire général visant à ce qu’il soit mis fin à la stigmatisation liée au VIH/sida et à la discrimination dont souffrent les gens affectés par la maladie à travers le monde.


De 2006 à 2007, Mme Asha-Rose Migiro fut Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale de la République-Unie de la Tanzanie, devenant ainsi la première femme à occuper ce poste depuis l’indépendance de ce pays en 1961.


En tant que Ministre des affaires étrangères, Mme Migiro a illustré l’engagement de son pays en faveur de la paix, de la sécurité et du développement dans la région des Grands Lacs.


Avant cela, elle avait assumé, pendant cinq ans, les fonctions de Ministre du développement communautaire, de l’égalité entre les sexes et du bien-être des enfants.


Avant d’entrer au Gouvernement tanzanien, Mme Migiro a eu une brillante carrière universitaire.  Elle fut membre de la faculté de droit de l’Université de Dar es-Salaam, où elle a été élevée au rang de maître de conférences.  Elle a aussi dirigé le Département de droit constitutionnel et de droit administratif, de 1992 à 1994, avant de diriger celui du droit civil et du droit pénal, de 1994 à 1997.  Ses travaux ont été largement publiés dans les revues locales et internationales.


En 1997, Mme Migiro a été membre de la Commission nationale de réforme juridique et, en 2000, membre du Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes.


Mme Migiro a obtenu sa maîtrise en droit à l’Université de Dar es-Salaam, en 1984, avant de recevoir, en 1992, un doctorat en droit de l’Université de Constance, en Allemagne.


Née le 9 juillet 1956, à Songea, en Tanzanie, elle est mariée à M. Cleophas Migiro et a deux enfants.  Elle parle couramment l’anglais et le kiswahili et a de bonnes notions de français et d’allemand.


__________


* Ce communiqué remplace celui du 9 février 2007, publié sous la cote SG/A/1039


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel