27/12/2012
Conseil de sécurité
SC/10874
AFR/2496

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre, M. Mohammed Loulichki (Maroc):


Les membres du Conseil de sécurité font part de la vive préoccupation que leur inspire la situation en République centrafricaine.  Ils condamnent les attaques incessantes menées contre plusieurs villes par la coalition de groupes armés Séléka, bafouant l’Accord de paix global de Libreville et menaçant la population civile et la stabilité du pays. 


Les membres du Conseil exigent à nouveau que les groupes armés mettent fin aux hostilités immédiatement, se retirent des villes qu’ils ont prises et cessent leur marche sur Bangui.  Ils engagent l’ensemble des parties à s’abstenir de toute violence envers les civils et à respecter les droits de l’homme, soulignant à cet égard que les auteurs de violations devraient répondre de leurs agissements.  Une nouvelle fois, ils invitent toutes les parties à rechercher une solution pacifique en participant dans un esprit constructif à un dialogue politique adapté aux circonstances.


Les membres du Conseil soutiennent les efforts entrepris par la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) pour régler la crise et se félicitent du communiqué adopté par les chefs d’État et de gouvernement de celle-ci à l’issue de leur sommet extraordinaire tenu à N’Djamena le 21 décembre 2012.  Ils notent avec satisfaction que le Président de la Commission de l’Union africaine a manifesté son soutien plein et entier aux mesures prises par la CEEAC.  Ils demandent à toutes les parties de se conformer aux décisions arrêtées au Sommet de la CEEAC et de s’engager de bonne foi dans les négociations qui doivent se tenir à Libreville.


Les membres du Conseil insistent sur le fait qu’il incombe au Gouvernement centrafricain de maintenir l’ordre public et de veiller à la sûreté et à la sécurité de la population civile.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel