16/07/2012
Conseil de sécurité
SC/10709
AFR/2419

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juillet, M. Néstor Osorio (Colombie):


Les membres du Conseil de sécurité condamnent fermement les attaques commises par les mutins du Mouvement du 23 mars (M23), exigent à nouveau que le M23 et tous les groupes armés, y compris les Forces démocratiques de libération du Rwanda, mettent fin immédiatement à toute progression et à toutes formes de violence dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), et demandent instamment que les commandants du M23, notamment Bosco Ntaganda, qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt délivré par la Cour pénale internationale, soient arrêtés et traduits en justice.  En outre, ils s’inquiètent vivement de la forte dégradation de la situation dans la province du Nord-Kivu de la République démocratique du Congo et de l’aggravation de la situation humanitaire dans l’est du pays, du nombre croissant de personnes déplacées et de réfugiés, ainsi que des violences sexuelles et de l’utilisation d’enfants soldats qui ont été signalées.


Les membres du Conseil de sécurité condamnent à nouveau tout soutien extérieur apporté aux groupes armés en République démocratique du Congo et exigent une nouvelle fois qu’il soit mis fin immédiatement à tout appui que ceux-ci reçoivent.  Ils exhortent tous les pays de la région à coopérer activement avec les autorités congolaises aux fins de la démobilisation du M23.


Les membres du Conseil de sécurité réaffirment leur appui sans réserve à la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et à ses opérations dans l’est de la RDC, notamment aux efforts qu’elle déploie pour aider le Gouvernement congolais à protéger les civils déplacés ou menacés du fait de la violence des groupes armés.  Ils rappellent que tous ceux qui sont responsables d’attaques contre des civils ou le personnel de la MONUSCO doivent rendre compte de leurs actes et être traduits en justice.


Les membres du Conseil de sécurité prennent acte avec intérêt du rapport issu de la réunion extraordinaire interministérielle du Comité régional de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs sur la situation en matière de sécurité dans l’est de la RDC, qui s’est tenue le 11 juillet à Addis-Abeba, et prient instamment les Gouvernements congolais et rwandais de pleinement mettre en œuvre les mécanismes bilatéraux et régionaux existants pour remédier à l’insécurité dans l’est de la RDC.  Ils se félicitent des consultations récentes entre le Président Kagame et le Président Kabila pour résoudre la crise et encouragent la poursuite du dialogue de haut niveau aux échelons bilatéral et régional.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel