15/06/2012
Conseil de sécurité
SC/10675
AFR/2406

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite le 15 juin par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, M. Li Baodong (Chine):


Les membres du Conseil de sécurité se sont déclarés vivement préoccupés par les événements qui se sont produits récemment dans les Kivus et par la détérioration des conditions de sécurité et de la situation humanitaire, qui ont provoqué des flux importants de déplacés et de réfugiés.  Ils ont vigoureusement condamné la mutinerie des anciens officiers et soldats des Forces armées de la République démocratique du Congo, qui se sont constitués en un groupe armé baptisé M23 dans la province du Nord-Kivu.  Ils ont également condamné fermement les massacres et les violences commis à l’encontre de civils, des femmes et des enfants pour la plupart, par des groupes armés, dont les Forces démocratiques de libération du Rwanda.  Ils ont en outre condamné tous les actes de violence sexuelle et appelé à ce que tous les auteurs soient traduits en justice.  Ils se sont félicités de la rapidité avec laquelle tant le Gouvernement de la République démocratique du Congo que la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) ont réagi à ces graves attaques dirigées contre la population civile.


Les membres du Conseil de sécurité ont apporté leur soutien à l’action menée par le Gouvernement congolais pour démobiliser les groupes armés, décourager les nouvelles défections, arrêter et poursuivre les personnes accusées de violations des droits de l’homme, notamment Bosco Ntaganda.  Ils ont rappelé que ces mesures étaient indispensables à la création d’une armée congolaise disciplinée, unifiée et aux antécédents vérifiés et à l’instauration d’une paix durable en République démocratique du Congo.


Les membres du Conseil de sécurité ont demandé à tous les pays de la région de coopérer activement avec les autorités congolaises en vue de démobiliser le groupe M23 et tous les autres groupes armés et de les empêcher d’obtenir une aide extérieure en violation du régime de sanctions adopté par le Conseil de sécurité, notamment l’embargo sur les armes imposé aux personnes et aux entités non gouvernementales opérant en République démocratique du Congo.  Ils ont demandé que toutes les informations dignes de foi faisant état d’une telle aide extérieure fassent l’objet d’une enquête circonstanciée.  Ils ont rappelé les risques liés au trafic d’armes et à l’exploitation illégale des ressources naturelles, qui font peser une menace grave sur la paix et la sécurité régionales.


Les membres du Conseil de sécurité ont également apporté leur appui sans réserve à la MONUSCO, en particulier à l’action résolue que la mission mène pour aider le Gouvernement congolais à protéger les civils déplacés ou menacés du fait des violences commises par les groupes armés.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel