10/04/2012
Conseil de sécurité
SC/10603
AFR/2370

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT LE MALI


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite le 9 avril par le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, Mme Susan Rice (États-Unis):


Les membres du Conseil de sécurité notent que, le 6 avril 2012, les responsables du coup d’État au Mali et la médiation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont signé un accord-cadre qui prévoit une série d’étapes devant mener au rétablissement de l’ordre constitutionnel au Mali.  Ils exhortent toutes les parties maliennes concernées à appliquer cet accord immédiatement.


Les membres du Conseil réaffirment que la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale du Mali doivent être sauvegardées et respectées, et rejettent catégoriquement toute déclaration affirmant le contraire.  Ils exigent l’arrêt immédiat des actes d’hostilité perpétrés dans le nord du Mali par des groupes rebelles et prennent note que la CEDEAO étudie les moyens qui permettraient de rétablir la paix et la sécurité au Mali.  Ils rappellent leur déclaration à la presse datée du 22 mars 2012, ainsi que les déclarations présidentielles S/PRST/2012/7 et S/PRST/2012/9, datées des 26 mars 2012 et 4 avril 2012.


Les membres du Conseil expriment leur profonde préoccupation face à l’accentuation de la menace terroriste dans le nord du Mali, due à la présence parmi les rebelles de membres d’Al-Qaida au Maghreb islamique et d’éléments extrémistes.  À cet égard, ils condamnent toutes les violences et tous les pillages, notamment ceux qui sont dirigés contre le personnel humanitaire, ainsi que l’enlèvement de diplomates algériens à Gao.  Ils demandent la libération immédiate de toutes les personnes enlevées et la cessation immédiate de toute violence, et demandent à nouveau à toutes les parties de s’employer à trouver une solution pacifique à la faveur d’un dialogue politique.


Les membres du Conseil redisent la vive préoccupation que leur inspire l’aggravation rapide de la situation humanitaire.


Les membres du Conseil réaffirment qu’ils soutiennent sans réserve les efforts que déploient la CEDEAO et son médiateur, le Président Blaise Compaoré, ainsi le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest et l’Union africaine, en vue de favoriser le rétablissement de l’ordre constitutionnel au Mali et de protéger, par des mesures concrètes, la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale du Mali.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel