02/10/2012
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU MAIRE DE NEW YORK, DU PRÉSIDENT TANZANIEN ET DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

DE L’ONU SUR LA SANTÉ MATERNELLE EN TANZANIE


Le maire de la ville de New York, M. Michael Bloomberg, a annoncé aujourd’hui à la presse qu’il portait à 15,5 millions de dollars le financement de son programme de santé maternelle en République-Unie de Tanzanie.  Bloomberg Philanthropies, en partenariat avec la Fondation H&B Agerup, s’engage à améliorer la santé de 50 000 mères et enfants dans ce pays d’ici à 2016.


M. Bloomberg, M. Jakaya Mrisho Kikwete, Président de la Tanzanie, et Mme Helen Agerup, Présidente de la Fondation H&B Agerup, trois alliés dans la défense de la santé maternelle et infantile, ont été accueillis au Siège de l’ONU à New York, par M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies. 


L’amélioration de la santé maternelle est le cinquième des huit Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), adoptés en 2005.  Or aujourd’hui, près de 300 000 femmes par an meurent pendant leur grossesse ou leur accouchement et 99% d’entre elles dans les pays en développement, dont plus de la moitié en Afrique subsaharienne.  La Tanzanie est le cinquième des pays de la sous-région où la mortalité est la plus élevée.


M. Ban a cité son ancienne Vice-Secrétaire générale, Mme Asha-Rose Migiro, elle-même tanzanienne, qui disait: « où qu’ils soient, les femmes et les enfants devraient pouvoir jouir de la meilleure santé possible ».


Le maire de New York et la Présidente de la Fondation H&B Agerup défendent une question chère à leur cœur, a salué le Président de la Tanzanie.  Même si les statistiques de la mortalité maternelle en Tanzanie, soit 454 morts pour 100 000 naissances, sont meilleures que dans le reste de l’Afrique subsaharienne, elles sont bien au-dessous de la moyenne mondiale.


« Il n’est ni juste ni acceptable qu’une femme meurt en donnant la vie », s’est révolté le Président tanzanien.  Grâce à l’action combinée de Bloomberg Philanthropies et de la Fondation H&B Agerup, la mortalité maternelle a baissé de 32% en deux ans dans un des districts de la Tanzanie.


Après avoir fait de M. Ban Ki-moon et de son épouse des « citoyens honoraires de la ville de New York », le maire a dit voir dans le Secrétaire général « un champion infatigable » qui cherche à sauver la vie de 16 millions de femmes et d’enfants d’ici à 2015.


En dépit des progrès réalisés en Afrique, il reste beaucoup à faire pour réduire de trois quarts le taux de mortalité maternelle.  C’est la raison pour laquelle Bloomberg Philanthropies a lancé, en 2006, un programme novateur pour améliorer la santé maternelle en Tanzanie. 


Dans les régions les plus reculées de ce pays, Bloomberg Philanthropies a modernisé les centres de santé reproductive et formé plus d’une centaine de praticiens et de sages-femmes capables désormais d’accomplir des procédures vitales et des césariennes.  « Tout cela n’aurait pas été possible sans le leadership du Président Kikwete », a résumé le maire de New York.


Femme d’entreprise et professionnelle de la santé, la Présidente de la Fondation H&B Agerup a lancé son initiative en 2012.  Impressionnée par le travail de Bloomberg Philanthropies, elle a décidé d’associer ses efforts à ceux du maire de New York dans un partenariat de trois ans.


« Quand vous montrez qu’il est possible de lancer un modèle qui marche dans des régions isolées où le nombre de médecins par habitant est de 1 pour 30 000, vous attirez d’autres capitaux », a fait valoir le Maire de New York.


« Il y a beaucoup de problèmes dans ce monde dont nous sommes tous conscients, mais auxquels personne n’a le courage de s’attaquer », a conclu M. Bloomberg.  « Cette année, plus de personnes sont mortes d’avoir trop mangé que de la faim », a-t-il asséné.



À l’intention des organes d’information • Document non officiel