05/07/2012
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DE LA REPRÉSENTANTE SPÉCIALE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

POUR LES ENFANTS ET LES CONFLITS ARMÉS, MME RADHIKA COOMARASWAMY


La Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Mme Radhika Coomaraswamy, a présenté devant la presse, cet après-midi, les plans d’action pour la libération et la réinsertion des enfants soldats signés au Myanmar, la semaine dernière, et il y a 15 jours en Somalie.


Mme Coomaraswamy, qui effectuait sa dernière conférence de presse à ce poste, au Siège des Nations Unies, à New York, s’est réjouie d’avoir été le témoin de la signature du Plan d’action pour la libération et la réinsertion des enfants soldats pour le Myanmar. 


Ce Plan, a-t-elle dit, suit les recommandations du Conseil de sécurité qui a dressé la liste des personnes et des groupes impliqués dans l’enrôlement d’enfants soldats. 


Le Plan d’action pour la libération et la réinsertion des enfants soldats est le fruit de cinq ans de travail entre le Gouvernement du Myanmar, l’Organisation internationale du Travail (OIT), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Comité pour la prévention et la réinsertion des enfants soldats.


Il prévoit, dans les 16 mois à venir, des poursuites contre les auteurs des violences contre les enfants, l’indentification et l’inscription des enfants, l’accès aux bases militaires et autres camps qui doivent être vérifiés régulièrement, des interactions entre l’équipe des Nations Unies dans le pays et les acteurs non étatiques. 


Il constitue également un cadre futur pour la signature d’un cessez-le-feu et d’un accord de paix global et de la manière de réintégrer les enfants dans leurs communautés d’origine.


Un calendrier de « stricte mise en œuvre » a aussi été signé en même temps que le Plan d’action dont une partie du financement reste à trouver.  Cet argent servira à financer des programmes éducatifs et de prises en charge psychologique des enfants ainsi qu’à leur créer des moyens d’existence.


Par ailleurs, Mme Coomaraswamy a commenté la signature, 15 jours plus tôt, du Plan d’action pour la libération et la réintégration des enfants soldats en Somalie par les forces gouvernementales.  « Le plus gros du travail est fini et il reste sa mise en œuvre dont l’identification et la réintégration des enfants qui doivent commencer rapidement », a-t-elle expliqué.


De même, Mme Coomaraswamy a souhaité intégrer dans ce Plan les enfants qui ont quitté les rangs du groupe rebelle Al-Chabab et qui ont rejoint les forces gouvernementales.  « Ce Plan doit couvrir les cas de ces enfants », a-t-elle dit.


Sur la Syrie, elle a confirmé les informations selon lesquelles le Gouvernement syrien recruterait des enfants soldats.  Ce qui l’a amenée à demander à tous les gouvernements du monde de ne plus recourir à cette méthode, y compris en République démocratique du Congo (RDC) et au Yémen. 


La Représentante spéciale a dit en outre détenir des témoignages laissant entendre qu’au Mali, les groupes armés rebelles touaregs et Ansar Eddine avaient enrôlé des enfants dans leurs rangs.


En conclusion de sa conférence de presse, Mme Coomaraswamy a déclaré: « J’ai fait tout ce travail pendant 10 ans pour les enfants, pour que le monde soit meilleur ».


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel