06/06/2012
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU CHEF DU GROUPE DU PROJET SUR L’AVENIR DE L’ENVIRONNEMENT MONDIAL

DU PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L’ENVIRONNEMENT (PNUE), M. MATTHEW BILLOT


Le rapport d’évaluation de la cinquième édition de l’Avenir de l’environnement mondial (Geo-5) a été présenté, ce matin, au Siège de l’ONU à New York, par le Chef du Groupe chargé de ce projet au Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), M. Matthew Billot.  Celui-ci a déclaré que le monde continuait de suivre la mauvaise voie en matière de durabilité, en dépit des 500 objectifs internationalement convenus.


Le rapport, divisé en trois parties, fait dans un premier temps une évaluation de l’état et des tendances de l’environnement mondial au regard des principaux objectifs internationalement convenus comme les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) approuvés en 2000 et les objectifs de divers accords multilatéraux sur l’environnement, sur la base des analyses et de données établies aux niveaux national, régional et mondial.


Puis, il énumère un nombre variable de thèmes environnementaux par région en choisissant, dans le cadre d’un processus de consultation, des objectifs internationalement convenus pour chaque thème.  Les évaluations régionales ont été axées sur la détermination des politiques qui aideraient à accélérer la réalisation des objectifs internationalement convenus.  De nombreuses politiques, indique le rapport, se sont révélées efficaces dans plus d’un pays.  Ces politiques doivent, cependant, être appuyées, adoptées et mises en œuvre plus largement en fonction des conditions nationales pour accélérer la réalisation des objectifs internationalement convenus.


M. Billot a ajouté que le rapport recense les possibilités d’action pour la transition vers un développement durable grâce, notamment, au renforcement de la coordination, de la participation et de la coopération requises pour favoriser la réalisation des objectifs internationalement convenus et œuvrer en vue d’un développement durable au niveau mondial.  En tout cas, l’élaboration de GEO-5 a donné lieu à une collaboration étendue entre le PNUE et un réseau multidisciplinaire d’experts, qui en compte actuellement 300.


Les défis principaux face aux changements subis par l’environnement sont au nombre de six, a rappelé M. Billot, qui a souligné que le premier de ces défis, qui est le plus critique, reste le défi pour la planète d’accueillir 9 milliards de personnes à l’horizon 2050.  Ensuite, vient celui de nourrir ces 9 milliards de personnes alors que la dégradation des forêts et des sols se poursuit à un rythme effrayant, a-t-il ajouté.  À l’horizon 2015, un homme sur 10 n’aura pas accès à de l’eau potable, a prévenu M. Billot.  La gestion des ordures et des déchets chimiques, la menace sur la biodiversité et l’augmentation des températures et le rejet de C02 dans l’atmosphère complètent ce tableau, a-t-il dit.


Le rapport avance des solutions, a poursuivi le Chef du Groupe du projet sur L’Avenir de l’environnement mondial. Il a cependant mis l’accent sur l’importance de travailler sérieusement à des réponses régionales, car, a-t-il dit, tous les continents sont concernés.  « Les solutions sont à portée de main, mais il est impératif de s’engager en faveur d’une action urgente, ambitieuse par le biais de la coopération pour atteindre les objectifs et les cibles convenus au niveau international afin de prévenir des changements irréversibles pour la planète et limiter les conséquences sur la situation économique, l’environnement et les populations.»


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel