14/05/2012
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE SUR LE LANCEMENT DE B’AKTUN, DÉBUT D’UNE NOUVELLE ÈRE DANS LA CULTURE MAYA


Le Ministre de la culture du Guatemala, M. Carlos Batzín, a présenté à la presse, ce matin, les opportunités offertes à son pays et au monde entier par le lancement de B’aktun, qui marquera, le 21 décembre 2012, la fin d’un cycle du calendrier maya et le début d’une ère nouvelle.


« 2012 est une année très importante pour le Guatemala et le monde entier », a déclaré M. Batzín, lors d’une conférence de presse conjointe au Siège des Nations Unies, à New York, animée par le Représentant permanent du Guatemala auprès des Nations Unies, M. Gert Rosenthal.


Le Ministre a expliqué que la date du 21 décembre 2012 correspondait à la fin du B’aktun 13, dans le système de datation de la civilisation maya.


Les Mayas s’appuyaient en effet sur un cycle de 13 B’aktuns d’environ 5 125 années solaires, cycle qui aurait débuté en 3 114 avant Jésus Christ, et s’achèverait ainsi à la fin de l’année.


« En décembre 2012, le soleil aura accompli son voyage autour de la voie lactée et sera au centre de la galaxie », a-t-il affirmé, en précisant que débutera alors un cycle de « régénération naturelle » pour la Terre nourricière.


« L’ère du B’aktun inspire une nouvelle donne », a-t-il ajouté, en soulignant la nécessité de trouver les moyens de « mettre au service de notre bien-être et de la Terre nourricière nos technologies et nos connaissances ».


Cette ère nouvelle, a-t-il poursuivi, présentera des « opportunités pour la civilisation humaine » qui permettront de « mettre de l’ordre dans nos vies » et de « revenir à nos racines originelles ».


Le Ministre guatémaltèque de la culture a également rappelé qu’en 2014, l’Assemblée générale des Nations Unies convoquerait une réunion plénière de haut niveau qui sera consacrée à la Conférence mondiale sur les peuples autochtones.


Premier événement de la sorte, la Conférence mondiale vise à partager les perspectives et les meilleures pratiques de la réalisation des droits des peuples autochtones et à poursuivre les objectifs de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.


Elle représente ainsi une opportunité unique d’attirer l’attention sur la situation des peuples autochtones et sur les défis historiques et actuels auxquels ils font face.


M. Batzín a par ailleurs mis l’accent sur l’importance du tourisme, y compris du tourisme domestique qui, a-t-il dit, est de nature à bénéficier aux communautés autochtones du pays.


Le Directeur de la Commission guatémaltèque du tourisme (INGUAT), M. Pedro Duchez, a ainsi évoqué les manifestations importantes qui auront lieu en 2012 à travers le pays en vue de célébrer le passage à la nouvelle ère, en qualifiant l’ensemble de ces événements festifs de « fiesta ». 


« Nous invitons le monde entier à participer à cette fête et à cette renaissance », a-t-il dit, en ajoutant: « Ce n’est pas seulement un changement pour nous au Guatemala, mais c’est aussi un changement pour le monde entier et l’humanité ».


Selon M. Duchez, la situation sécuritaire du pays n’est pas celle décrite parfois.  Environ deux millions de touristes visitent chaque année le Guatemala et moins d’1% d’entre eux rencontrent des problèmes, a-t-il déclaré.


M. Rene Maurice Valdez, représentant du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a mis l’accent sur les trois mandats de l’ONU spécifiques pour les peuples autochtones que constituent l’Instance permanente sur les questions autochtones, le Mécanisme d’experts sur les droits des peuples autochtones et le Rapporteur spécial sur les droits des peuples autochtones, lesquels déterminent les discussions initiales de la Conférence mondiale sur les peuples autochtones.


M. Valdez a également salué, en présence de M. Álvaro Pop, membre de l’Instance permanente sur les questions autochtones, qui participait également à la conférence de presse, certaines mesures prises par le Gouvernement du Guatemala dont bénéficient les communautés autochtones, en particulier l’initiative « extrêmement importante » que représente le programme de sécurité alimentaire « Faim zéro », et qui vise à combattre la malnutrition dans le pays.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel