14/05/2012
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE SUR LES PRÉPARATIFS DE LA CONFÉRENCE MONDIALE SUR LES PEUPLES AUTOCHTONES, QUI AURA LIEU EN 2014


La Conférence mondiale sur les peuples autochtones, qui aura lieu en 2014, devra pouvoir compter sur la participation inclusive des peuples autochtones, ainsi que sur celle de tous les États Membres, ont souligné, ce matin, plusieurs intervenants au cours d’une conférence de presse tenue au Siège de l’ONU, à New York.   


« Il est très important d’obtenir la participation de tous les États Membres au processus de préparation de la Conférence mondiale sur les peuples autochtones de 2014, car la prochaine étape sera d’adopter une résolution qui en déterminera les modalités, la forme et les caractéristiques », a expliqué, ce matin face à la presse, le Représentant permanent de la Bolivie auprès des Nations Unies, M. Rafael Archondo.


M. Archondo a rappelé que la Bolivie avait été l’un des principaux coauteurs de la résolution qui avait appelé à la tenue de cette conférence*, et il s’est félicité des négociations qui ont démarré au sujet de la préparation de cet évènement et qui devront se poursuivre tout au long de l’année 2012 et 2013.


En 2014, l’Assemblée générale convoquera une réunion plénière de haut niveau qui sera dédiée à la Conférence mondiale sur les peuples autochtones. « Ses objectifs sont de procéder à un partage des perspectives et des meilleures pratiques en vue de la réalisation des droits des peuples autochtones », a rappelé, ce matin, le cofacilitateur du processus préparatoire de la Conférence, M. John Henriksen, de la communauté saami, peuple autochtone de la Norvège.


Depuis le mois d’avril, M. Henriksen et le Représentant permanent du Mexique auprès des Nations Unies, M. Luis Alfonso de Alba, sont chargés par le Président de l’Assemblée générale de mener des consultations auprès des gouvernements et des peuples autochtones sur le format, l’organisation et les résultats à attendre de la Conférence mondiale sur les peuples autochtones.


« L’enjeu, en termes de format et d’organisation, est la participation des peuples autochtones tant à la Conférence qu’à ses réunions préparatoires », a expliqué John Henriksen.  « Nous espérons que cette participation sera aussi inclusive que le processus qui a mené, au bout de 20 années de négociations entre les États Membres et les autochtones, à l’adoption de la Déclaration sur les droits des peuples autochtones en 2007 », a précisé le cofacilitateur.


L’Instance permanente sur les questions autochtones, qui a entamé la deuxième semaine de travaux de sa session de 2012 au Siège de l’ONU, à New York, consacre cet après-midi une demi-journée de débats à la Conférence mondiale sur les peuples autochtones de 2014.  « Cet échange offre l’occasion d’entendre les vues et les recommandations des États Membres et des peuples autochtones sur ce sujet », a ajouté M. Henriksen,


Il a cité plusieurs questions auxquelles les réunions préparatoires à la Conférence devront répondre.  Quand la Conférence doit-elle avoir lieu?  Où et dans quelle région?  Qui devra s’exprimer à l’ouverture des travaux?  Et, quels arrangements faudra-t-il mettre en place pour permettre la participation des peuples autochtones?


Les travaux de la Conférence mondiale sur les peuples autochtones devront également aboutir à un document final « concis et orienté vers les actions en faveur de la réalisation de la Déclaration sur les droits des peuples autochtones », a estimé M. Henriksen.


« La Déclaration sur les droits des peuples autochtones est l’armature qui soutient la préparation des travaux de la Conférence, et nous attendons un document final qui aborde la manière dont elle peut davantage être mise en œuvre pour faire face aux défis auxquels sont confrontés les peuples autochtones partout dans le monde », a souligné Mme Myrna Cunningham Kain, du Nicaragua, membre de l’Instance permanente sur les questions autochtones. 


Mme Cunningham Kain a rappelé que la résolution par laquelle l’Assemblée générale avait décidé d’organiser une conférence mondiale dédiée aux peuples autochtones mentionnait l’Instance et le rôle clef que celle-ci doit jouer, aux côtés des États Membres, dans la mobilisation et la participation aux travaux de cette rencontre.  Elle a lancé un appel en faveur de l’organisation de réunions nationales, régionales et internationales de préparation.


« En Afrique, la prochaine réunion régionale devrait avoir lieu au mois d’octobre 2012 », a indiqué M. Joseph Ole Simel, membre de l’ONG « Mainyoito Pastoralists Integrated Development Organization », établie au Kenya. 


Notant que la Conférence mondiale sur les peuples autochtones constituera une première depuis l’adoption de la Déclaration sur les droits des peuples autochtones, il a souligné « l’occasion unique qu’elle représente pour les peuples, les États Membres ainsi que pour les fonds et organismes des Nations Unies, qui pourront examiner où nous en sommes en ce qui concerne la mise en œuvre des termes et des engagements de ce texte ».


*A/C.3/65/L.22/Rev.1


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel