02/02/2012
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ POUR LE MOIS DE FÉVRIER

SUR LE PROGRAMME DE TRAVAIL MENSUEL DU CONSEIL


Le Président du Conseil de sécurité pour le mois de février et Représentant permanent du Togo auprès des Nations Unies a présenté, aujourd’hui, à la presse, le programme de travail mensuel du Conseil qui sera marqué par une mission en Haïti, du 13 au 16 février, et une série de réunions sur l’Afrique. 


M. Kodjo Menan a d’abord répondu aux nombreuses questions sur la suite qu’il compte réserver à la réunion ministérielle que le Conseil a tenue, mardi dernier, sur la Syrie.  Le Représentant permanent a espéré que sa présidence sera l’occasion, peut-être dès lundi, de s’entendre sur un nouveau projet de résolution prenant en compte les inquiétudes des délégations russes et chinoises, qui s’opposent à la proposition de la Ligue des États arabes de promouvoir un transfert du pouvoir.


Le nouveau Président du Conseil de sécurité a indiqué que les réunions « informelles, informelles » tenues hier au niveau des Ambassadeurs avaient abouti à un nouveau texte examiné aujourd’hui même.  Il a laissé entendre que ce projet de résolution laissait 21 jours au Gouvernement syrien, au lieu de 15 dans le projet précédent, pour mettre fin aux violences et entamer un dialogue ouvert et inclusif avec l’opposition.


L’Union africaine a-t-elle fait le bilan des conséquences de son soutien au régime du colonel Qadhafi?  L’Afrique est en mouvement, a répondu le Représentant permanent du Togo à propos d’un continent qui est « de plus en plus conscient de la nécessité d’accorder plus d’espaces de liberté à ses citoyens ».  Il a rappelé que dès 1975, la création de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’appuyait sur la nécessité de promouvoir le développement, mais que cette préoccupation a été reléguée au second plan par la réalité des conflits et la priorité accordée à la paix et à la stabilité.     


Avant de tenir une réunion d’information et des consultations sur la Libye, le 29 février, le Conseil aura, dès ce lundi 6 février, des discussions sur la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM).  Il entendra le lendemain, un exposé sur la Mission de l’ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO).


Le nouveau Président du Conseil s’est particulièrement attardé sur les débats publics sur l’impact de la criminalité transnationale organisée sur la paix, la sécurité et la stabilité en Afrique de l’Ouest et au Sahel le 21 février; et les femmes, la paix et la sécurité en Afrique, le 23 février.


Il a espéré que la présidence togolaise sera l’occasion de trouver les moyens d’appuyer les pays de l’Afrique de l’Ouest et de répondre de manière plus holistique à la palette de défis auxquels elle est confrontée, en particulier la piraterie, la circulation illicite des armes, le trafic de stupéfiants ou encore le terrorisme, dont les menaces persistantes des groupes Boko Haram et Al Aqmi.


Quant aux tensions politiques au Sénégal, M. Menan s’est dit persuadé que la sagesse allait prévaloir dans ce pays et que la classe politique sénégalaise parviendrait à un accord.  


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel