16/01/2012
Conseil de sécurité
CS/10522

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

6703e séance – matin


CONSEIL DE SÉCURITÉ: LE REPRÉSENTANT SPÉCIAL POUR L’AFRIQUE DE L’OUEST DÉCRIT UNE ÉVOLUTION RÉGIONALE

« POSITIVE » MAIS MENACÉE PAR LE TERRORISME, LA CRISE LIBYENNE ET LE TRAFIC DE DROGUES


« La situation en Afrique de l’Ouest a continué à évoluer de façon positive » depuis juillet 2011*, a déclaré Saïd Djinnit, Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest, au cours d’une séance d’information ce matin au Conseil de sécurité.  Le Représentant spécial a néanmoins rappelé les diverses menaces sécuritaires qui pèsent sur la sous-région, parmi lesquelles les activités du groupe Boko Haram au Nigéria, la piraterie dans le golfe de Guinée, les conséquences de la crise libyenne, le trafic de drogues et l’instabilité liée aux élections.


M. Djinnit a expliqué que la sous-région n’a pas connu de récurrence de conflit ouvert et que les tensions liées aux crises institutionnelles ou politiques internes aux États ont diminué tant en nombre qu’en intensité.  De plus, « certains pays de la sous-région ont organisé des élections jugées crédibles par la communauté internationale ». 


Le Représentant spécial a cependant appelé à rester vigilant.  Comme l’ont montré les évènements en Guinée-Bissau, « les pays de la sous-région ne sont pas à l’abri d’incidents susceptibles de remettre en cause les progrès réalisés dans la consolidation de la paix, de la démocratie et de la stabilité », a-t-il dit.  Il a aussi craint la montée en puissance des activités du groupe Boko Haram au Nigéria.


Pour M. Djinnit, la conduite à bonne fin des processus en cours de dialogue politique et de réconciliation nationale dans les pays de la sous-région, notamment au Togo, en Guinée et en Côte d’Ivoire, est déterminante dans la pérennisation des avancées réalisées par l’Afrique de l’Ouest.  Il s’est félicité du lancement du processus de dialogue entre les principaux acteurs politiques en Guinée, le 27 décembre dernier, après que le Gouvernement ait accepté de suspendre provisoirement les activités de la Commission électorale indépendante, tel que demandé par l’opposition.


« Si les pays de l’Afrique de l’Ouest ont été épargnés par les conflits et les crises violents ces derniers mois, ils ont dû faire face en revanche à la recrudescence des menaces transfrontalières », a souligné Saïd Djinnit.


Il a d’abord cité l’accroissement notable des actes de piraterie dans le golfe de Guinée qui exige de faciliter la coopération régionale à travers l’implication de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), celle des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la Commission du golfe de Guinée, l’ONU et la communauté internationale.


Autre grande préoccupation actuelle, les conséquences sécuritaires de la crise libyenne qui aggrave l’instabilité chronique de la sous-région, en particulier dans les pays du Sahel.  En visite sur le terrain en octobre 2011, M. Djinnit a rencontré notamment les Présidents du Mali et du Niger.  Ceux-ci ont souligné que leurs pays, déjà confrontés à la sécheresse cyclique, l’insécurité alimentaire, le chômage des jeunes et l’insécurité dans les régions septentrionales, se voient imposer des problèmes engendrés par la crise libyenne, ce qui requiert une plus grande aide de la part de l’ONU.  C’est dans ce contexte que le Secrétaire général a envoyé dans la région une mission d’évaluation interagence en décembre dernier.


Le Représentant spécial a également souligné les conséquences du trafic de drogues et de la criminalité organisée sur la stabilité sous-régionale et les institutions étatiques.  Il a appelé à une plus grande mobilisation politique et à une coopération sincère entre les pays de production, les pays de transit et les pays de destination.


« L’instabilité liée aux élections constitue un autre défi majeur pour les pays de la sous-région », a poursuivi M. Djinnit.  Il a invité à accorder une attention particulière aux processus électoraux et à leurs ramifications politiques pour la période 2012-2013.  Outre les élections législatives en Guinée, il a mentionné les scrutins présidentiels prévus au Ghana, en Guinée-Bissau, au Mali, au Sénégal et en Sierra Leone.  Il s’est réjoui à cet égard de l’appropriation des recommandations de la Déclaration sur les élections et la stabilité en Afrique de l’Ouest, adoptée à l’issue de la Conférence régionale de Praia organisée par le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA) en mai 2011.


Le Représentant spécial a aussi fait référence à la Déclaration de Bamako et à son cadre stratégique, adoptés le 4 décembre dernier lors de la Conférence régionale sur l’impunité, la justice et les droits de l’homme.  Au vu du succès de ces deux dernières conférences, le Bureau des Nations Unies entend organiser, chaque fois que de besoin, en collaboration avec la CEDEAO, le système des Nations Unies et d’autres partenaires, des conférences régionales sur des thématiques transversales, afin de tirer profit des expériences et des bonnes pratiques dans les États de l’Afrique de l’Ouest.


*     S/2011/811


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel