25/09/2012
Assemblée générale
CCP/88

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Commission de consolidation de la paix                    

Sixième session                                            

Réunion de haut niveau - après-midi


APPROPRIATION NATIONALE ET PARTENARIATS DOIVENT ÊTRE AU CŒUR DES STRATÉGIES ET DES EFFORTS

DE LA COMMISSION DE CONSOLIDATION DE LA PAIX


Aujourd’hui, au cours d’une Réunion de haut niveau, la Commission adopte

une Déclaration prônant une paix et une sécurité durables dans les pays sortant de conflit


Lors de la Réunion de haut niveau tenue par la Commission de la consolidation de la paix (CCP) sur le thème « La consolidation de la paix: Les moyens d’instaurer une paix et une sécurité durables », que présidait cet après-midi Sheikh Hasina, Premier Ministre du Bangladesh, dont le pays assure la présidence de la Commission en 2012, les États membres de la CCP ont adopté par consensus une Déclaration politique* par laquelle ils décident notamment que le 23 juin devienne « Journée internationale de la consolidation de la paix ».


Par cette Déclaration, les États membres de la CCP réaffirment leur volonté de consolider le processus d’appropriation nationale et reconnaissent qu’il incombe au premier chef aux gouvernements des pays sortant d’un conflit et à tous les acteurs nationaux intéressés de fixer les priorités en matière de consolidation de la paix.  Ils s’engagent à soutenir les processus définis et pilotés par les pays et à répondre aux besoins à court, moyen et long termes recensés à l’échelle nationale dans ce domaine.  Les États membres sont conscients qu’il importe d’appuyer la mise en place de processus nationaux ouverts qui tiennent compte des besoins de tous les secteurs de la société. 


La Déclaration met par ailleurs l’accent sur le rôle central des femmes dans la prévention et le règlement des conflits, et appelle à une plus grande participation des femmes, sur un pied d’égalité, à tous les efforts visant à maintenir et à promouvoir la paix et la sécurité.  Elle engage, en outre, la communauté internationale à répondre de manière durable, coordonnée et cohérente aux besoins en matière de consolidation de la paix par le biais de mécanismes multilatéraux, régionaux et bilatéraux qui cadrent avec les stratégies et priorités définies à l’échelle nationale dans ce domaine, et, à cet égard, à respecter davantage les engagements pris avec les pays sortant d’un conflit.


Le texte reconnait aussi que les expériences de pays présentant des similarités sur les plans géographique, social, économique et culturel, notamment ceux qui ont une expérience de consolidation de la paix après un conflit et de la transition démocratique, constituent de précieux atouts pour les pays qui doivent relever les défis que pose la consolidation de la paix.  Par conséquent, les États membres s’engagent, aux termes de la Déclaration, à favoriser l’apprentissage mutuel et la mise en commun des expériences en mettant en place les conditions et les systèmes nécessaires à une coopération régionale, une coopération Sud-Sud et une coopération triangulaire efficace.


RÉUNION DE HAUT NIVEAU SUR LE THÈME « LA CONSOLIDATION DE LA PAIX: LES MOYENS D’INSTAURER UNE PAIX ET UNE SÉCURITÉ DURABLES »


Déclarations liminaires


Dans ses remarques d’introduction, SHEIKH HASINA, Premier Ministre du Bangladesh, a rappelé que près d’1,5 milliard de personnes vivaient dans un pays affecté par un conflit, ajoutant qu’aucun pays en développement émergeant d’une situation de conflit ou encore affecté par lui, n’avait atteint un seul des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).  Relever ces défis nécessite un engagement plus robuste de toutes les parties prenantes, a affirmé le Premier Ministre du Bangladesh.


Sheikh Hasina a ensuite affirmé que « le Bangladesh se tenait à la disposition du maintien de la paix au niveau mondial et à celle des initiatives de consolidation de la paix ».  Depuis 1988 jusqu’à aujourd’hui, nous avons participé à 37 opérations de maintien de la paix de l’ONU.  Nous avons mis à leur disposition 113 181 soldats de la paix, dont 118 sont morts en accomplissant leur mission, a-t-elle rappelé.  Sheikh Hasina a déploré que les succès des Nations Unies dans la médiation des conflits ne se soient pas accompagnés d’efforts comparables dans la consolidation de la paix.


Le Bangladesh est l’un des membres fondateurs de la Commission de consolidation de la paix, et a toujours fait montre d’un engagement robuste en sa faveur en étant partie prenante de son évolution, a-t-elle déclaré, rappelant que cette Commission avait été mise en place en 2005.  Le Premier Ministre du Bangladesh a, en conclusion, indiqué qu’il était nécessaire de soutenir l’appropriation nationale des efforts de consolidation de la paix et de revigorer les engagements politiques et financiers pour la consolidation de la paix.


Dans son intervention cet après-midi, M. BAN KI-MOON, Secrétaire général des Nations Unies, a déclaré que la définition de stratégies, la mise en place de partenariats ainsi que la patience étaient les éléments clefs de la consolidation de la paix.  Il a indiqué que la Commission pouvait aider à mettre l’accent sur les priorités nationales de la consolidation de la paix, à établir des partenariats et à permettre un échange des bonnes pratiques entre pays faisant face aux mêmes défis.


« Nous savons que le renforcement des capacités des institutions nationales est le meilleur moyen de prévenir une récurrence des conflits », a poursuivi M. Ban, soulignant la difficulté des choix que doivent faire les responsables des pays émergeant d’une situation de conflit.  Le Secrétaire général a indiqué que la« Nouvelle donne pour l’engagement dans les États fragiles », adoptée lors du Quatrième Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide, qui a eu lieu à Busan, République de Corée, en 2011, fournissait un modèle de coopération entre les pays affectés par un conflit et leurs partenaires de développement.


Le Fonds pour la consolidation de la paix a prouvé son efficacité dans le financement d’actions précoces, a poursuivi M. Ban.  Il a encouragé les États membres et les institutions financières internationales à augmenter leurs contributions au financement des priorités nationales et internationales de consolidation de la paix.  Il s’est ensuite réjoui que le Fonds ait décidé de consacrer 5 millions de dollars en appui de son initiative pour l’égalité des genres, le rôle des femmes étant « crucial » pour le relèvement des sociétés émergeant d’une situation de conflit.  En conclusion, le Secrétaire général a rappelé que les efforts de consolidation de la paix étaient ce pont qui permettait de passer « de la dévastation à la prospérité, de la peur à l’optimisme, et de l’instabilité à la sécurité ».


Interventions des États membres de la CCP


Pour le Président de la Zambie, M. MICHAEL CHILUFYA SATA, qui est également Vice-Président de la Commission de consolidation de la paix (CCP), la participation de la Zambie à cette Commission se fonde sur la conviction que la CCP est un instrument unique pour faire avancer la cause de la consolidation de la paix.  Il a cependant mis l’accent sur la nécessité de donner à cette Commission les ressources nécessaires à la réalisation de son mandat et a remercié les États membres qui y contribuent.


De son côté, le Premier Ministre croate, M. ZORAN MILANOVIĆ, également Vice-Président de la CCP, a proposé certains domaines qui nécessitent selon lui une réflexion approfondie en vue d’améliorer l’efficacité de l’architecture du maintien de la paix des Nations Unies, lancée depuis 2010.  Pour cela, il faudrait, a-t-il estimé, redéfinir la répartition du travail entre les différentes parties prenantes afin d’éviter les chevauchements; mettre l’accent sur un financement sûr, rapide et durable, et envisager de nouvelles voies de mobilisation des ressources.  Il faut aussi garantir un financement rapide des activités de la CCP, sans oublier une clarification de la relation entre la CCP et les principaux organes de l’ONU, en particulier avec le Conseil de sécurité, a préconisé M. Milanović.  Il a également souligné que la responsabilité première en matière de consolidation de la paix incombe aux gouvernements, et que, par conséquent, il fallait forger des partenariats plus efficaces et plus cohérents qui placent les gouvernements concernés aux commandes des actions à mener.


Fort de l’expérience de l’Australie en matière de consolidation de la paix dans sa région, notamment au Timor-Leste et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Premier Ministre de l’Australie, Mme JULIA EILEEN GILLARD, a mis l’accent sur la notion d’appropriation nationale du processus de consolidation de la paix qui doit impérativement tenir compte des besoins locaux.  Elle a également prôné les mérites des processus inclusifs, avec la participation de la société civile, ainsi que de la coopération Sud-Sud et de la coopération triangulaire en matière de consolidation de la paix.  Avant de conclure, Mme Gillard a annoncé que l’Australie allait verser 12 millions de dollars supplémentaires au cours des quatre prochaines années au Fonds pour la consolidation de la paix.


Se ralliant à ce propos, le Premier Ministre du Timor-Leste, M. XANANA GUSMAO, dont le pays a bénéficié de l’action des missions de consolidation de la paix, a fait part de l’expérience du Timor-Leste dans ce domaine.  Au bout de 24 années semées d’embuches, le Timor-Leste a réussi son pari pour la paix et le développement à partir du moment où il a compris que la consolidation de la paix et la consolidation de l’État vont ensemble, a-t-il expliqué.  Cela signifie que tous les membres de la société timoraise sont associés aux efforts à faire et qu’il y a une véritable appropriation nationale du processus de consolidation de la paix, a dit M. Gusmao.


Le Vice-Premier Ministre du Luxembourg, M. JEAN ASSELBORN, a plaidé pour que les efforts de consolidation de la paix soient inclusifs, ajoutant qu’aucun segment de la société ne devait se sentir exclu du processus de développement de l’État.  Il s’est dit convaincu que la principale force de la Commission réside dans sa nature intergouvernementale et dans son potentiel de mobilisation d’acteurs nationaux, internationaux, et régionaux autour d’une stratégie politique répondant aux priorités nationales.


La consolidation de la paix est la création d’un environnement propice au développement économique, a pour sa part affirmé le Ministre des affaires étrangères du Népal, M. NARAYAN KAJI SHRESHTA « PRAKASH », qui a indiqué qu’il fallait promouvoir une coordination des efforts de consolidation de la paix pour qu’ils soient couronnés de succès, avant de mettre en garde contre l’adoption d’une approche unique pour tous les pays sortant de conflit.  Il a indiqué en conclusion qu’il incombait aux États émergeant d’une situation de conflit de définir au premier chef les priorités des activités de consolidation de la paix.


M. AMARA KONNEH, Ministre des finances du Libéria, a rappelé la nature politique des activités de consolidation de la paix puis a plaidé pour l’adoption en la matière d’une approche intégrée, afin d’éviter une récurrence des conflits.  Une telle approche intégrée a pu manquer dans les efforts menés par les Nations Unies pour la consolidation de la paix au Libéria, a-t-il poursuivi.  Puis, il a détaillé les priorités de la stratégie suivie par son gouvernement pour le relèvement du pays, avant de rappeler que le Libéria avait récemment été inscrit à l’ordre du jour de la Commission.  Seule la bonne coopération entre toutes les parties prenantes permet la réussite des stratégies de consolidation de la paix, a-t-il conclu.


Le Ministre des affaires étrangères du Japon, M. KOICHIRO GEMBA, a rappelé que les efforts de consolidation de la paix devaient être flexibles et s’adapter aux particularités des pays.  Ces efforts devraient aussi s’attaquer aux causes profondes des conflits, a-t-il poursuivi, ajoutant que les pays sortant d’une situation de conflit et leurs partenaires internationaux devaient trouver un terrain d’entente en ce qui concerne les priorités de la consolidation de la paix.  Il a indiqué que la Commission était l’élément clef d’une stratégie de consolidation de la paix qui soit à la fois souple et efficace.  En conclusion, il a détaillé l’engagement du Japon en faveur des activités de consolidation de la paix, et notamment rappelé l’annonce faite par son gouvernement lors de la Conférence de Tokyo sur l’Afghanistan, en juillet dernier, de fournir 5 milliards de dollars d’assistance à ce pays pour les cinq prochaines années. 


Pour le Ministre des affaires étrangères de la Guinée, M. NIANKOYE EDOUARD LAMA, la création de la CCP en 2005 a marqué une étape importante dans l’approche du maintien de la paix.  À ce stade, il préconise une approche plus coordonnée dans les travaux de la CCP, à commencer par une réflexion qui doit se faire sous un angle sous-régional et porter sur les nombreux défis de la consolidation de la paix dans la région des Grands Lacs.  Cette approche permettrait de prendre en compte toutes les questions transversales en vue de préserver les progrès accomplis dans les formations individuelles de la Commission, a-t-il recommandé.


De son côté, le Vice-Ministre des affaires étrangères de l’Égypte, M. HISHAM BADR, a rappelé la vigueur de l’engagement de son pays en faveur de l’agenda de consolidation de la paix des Nations Unies.  Il a indiqué que cet engagement visait notamment à accroître la coopération entre tous les acteurs onusiens dans leur soutien aux priorités nationales des pays qui ont besoin de la CCP, et à renforcer le rôle de la Commission dans son accompagnement des pays afin que ces derniers deviennent eux-mêmes les chefs de file des efforts de consolidation de la paix.


« Un soutien international aux pays sortant d’un conflit n’est pas un acte de charité.  Au contraire, la paix durable dans les pays émergeant d’un conflit est un élément clef pour maintenir la stabilité régionale », a déclaré la Ministre d’État et Ministre de la défense du Nigéria, Mme OLUSOLA AGBEJA OBADA.  Pour elle, le dispositif de consolidation de la paix des Nations Unies, créé en 2005, reste très prometteur en dépit des difficultés de mobilisation des ressources qu’il connait.  Afin de rationaliser l’utilisation de ces ressources limitées, la Ministre a invité la CCP à définir des domaines prioritaires pour son engagement.


Partageant cette opinion, le Ministre du développement du Danemark, M. CHRISTIAN FRIIS BACH, a estimé que le nouveau dispositif de consolidation de la paix des Nations Unies commence tout juste à porter ses fruits et qu’il faut lui garantir davantage de complémentarité au niveau des sources de financement et éviter toute tentation de définition d’une recette unique.  « La CCP peut répondre à ces attentes à travers les efforts concertés de ses membres », a-t-il estimé.  Après avoir annoncé une nouvelle contribution de 9 millions de dollars du Danemark au Fonds pour la consolidation de la paix pour la période 2012-2014, il a invité la CCP à mettre l’accent sur le nouvel Accord de Busan qui prévoit toute une série d’éléments qui représentent une contribution intéressante aux travaux de la CCP. 


Pour la Ministre auprès des affaires étrangères et du Bureau du Commonwealth du Royaume-Uni, Ministre des cultes et des communautés, Mme SAYEEDA WARSI, la consolidation de la paix est un objectif partagé par tous les États, et la seule manière d’y arriver, c’est de travailler en partenariat avec les pays concernés.  Elle a estimé que la seule façon, pour les parties impliquées, de pouvoir réussir ce pari est d’accorder la priorité à l’appropriation du processus de consolidation de la paix et accepter le principe de la responsabilité mutuelle concernant les résultats obtenus dans le cadre d’une approche globale, holistique et coordonnée.


Prenant également la parole, le Secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), M. EKMELEDDIN IHSANOGLU, a affirmé que l’OCI reste attachée à combattre les troubles inhérents aux conflits, y compris l’incitation à la haine et le sous-développement économique.  Il a cité à titre d’exemple le rôle que l’OCI a joué en Somalie et en Guinée en termes de consolidation de la paix. 


M. SAAD-EDDINE AL-OTHMANI, Ministre des affaires étrangères du Maroc, a indiqué que sept ans après sa création, la Commission avait prouvé son efficacité.  Il a plaidé pour un renforcement du soutien apporté à la Commission, notamment par un accroissement des ressources humaines mises à sa disposition et l’apport d’un financement pérenne et flexible capable de répondre à ses besoins.  Il a enfin souligné la nécessité de renforcer la coopération entre les parties prenantes œuvrant à la consolidation de la paix et de mettre l’accent sur la dimension économique des stratégies suivies en ce domaine.


M. HEIKKI HOLMAS, Ministre du développement international de la Norvège, a indiqué que la Commission avait encore des difficultés à définir les contours de son rôle.  « Les efforts de consolidation de la paix des Nations Unies ont-ils une réelle incidence sur le terrain? », s’est-il interrogé, notant que plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest étaient retombés dans la violence.  Il a ensuite fait part de sa conviction que les configurations spécifiques à un pays ne devaient pas constituer une couche administrative supplémentaire pour cet État aux ressources déjà limitées.  Enfin, il a déclaré que son pays ferait en 2012 la même contribution de 5 millions de dollars au Fonds pour la consolidation de la paix qu’il a faite l’année dernière.


M. MATHIAS CHIKAWE, Ministre de la justice de la République-Unie de Tanzanie, a invité les membres de la CCP à respecter les engagements pris pour la bonne mise en œuvre des stratégies de consolidation de la paix.  Il a ensuite souligné les bons résultats obtenus par la configuration de la CCP au Burundi, configuration au sein de laquelle siège la Tanzanie, avant d’affirmer en conclusion que la Commission était aussi pertinente et utile aujourd’hui qu’elle l’était à sa création en 2005.


Quant à M. BAKO-ARIFAN, du Bénin, il a souligné l’efficacité de la Commission dans son soutien à l’instauration d’une paix durable dans les pays émergeant d’une situation de conflit.  Il a ensuite rappelé que les réformes des secteurs de la sécurité étaient au cœur des efforts de la consolidation de paix, lesquels, pour être couronnés de succès, doivent faire l’objet d’une appropriation nationale robuste.


* PBC/6/OC/L.1


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel