06/06/2012
Assemblée générale
CCP/86

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Commission de consolidation de la paix

Sixième session

Formation Guinée                                           

1e séance – matin


LA COMMISSION DE CONSOLIDATION DE LA PAIX ADOPTE LES RECOMMANDATIONS

DU PREMIER EXAMEN DE SES ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES AVEC LA GUINÉE


La Commission de consolidation de la paix a adopté, ce matin, les conclusions et les recommandations du premier examen périodique de la déclaration d’engagements mutuels avec la Guinée, en mettant l’accent sur la nécessité de tenir rapidement des élections législatives libres, transparentes et acceptées par tous.


La Commission de consolidation de la paix (CCP), qui s’était réunie en présence du Ministre guinéen du Contrôle économique et financier, M. Aboubacar Sidiki Coulibaly, et qui était suivie depuis Conakry par d’autres responsables guinéens et de l’ONU, a également salué les progrès réalisés par la République de Guinée dans la réforme du secteur de la sécurité, ainsi qu’en matière d’emploi des jeunes et des femmes. 


En ce qui concerne la promotion de la réconciliation nationale et l’organisation d’élections législatives, la Sous-Secrétaire générale à l’appui à la consolidation de la paix, Mme Judy Cheng-Hopkins s’est félicitée des activités menées à ce jour dans ces domaines, se disant convaincue que des élections pourraient avoir lieu avant la fin de l’année 2012. 


Elle s’est cependant inquiétée de la méfiance persistante entre le Gouvernement guinéen et l’opposition, des tentatives de manipulations ethniques et des risques de fraude électorale.  Dans ses recommandations*, elle a souligné que ce premier examen des engagements réciproques insistait sur la tenue rapide d’élections législatives qui soient libres, transparentes, crédibles et qui se déroulent dans un climat de sécurité. 


« Les résultats obtenus dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité sont, en revanche, impressionnants, a estimé Mme Cheng-Hopkins, qui a rappelé qu’il s’agissait pourtant d’une étape critique et d’une question politiquement sensible et dangereuse. »  Elle a précisé qu’en un temps record, la Commission de consolidation de la paix avait pu approuver un plan d’environ 10 millions de dollars et que, deux mois après cette approbation, des mesures étaient prises pour assurer la mise à la retraite et le départ volontaire de 4 000 militaires.


En matière d’emploi, Mme Cheng-Hopkins a précisé que la formation Guinée de la Commission de consolidation de la paix et le Gouvernement guinéen discutaient actuellement avec la Banque mondiale et l’Union européenne au sujet de la création d’un programme d’emploi pour les jeunes et les femmes.  Une cartographie des possibilités d’emploi dans le secteur agricole et l’extraction minière est également en projet.  Dans ces différents domaines, Mme Cheng-Hopkins a lancé un appel aux membres de la formation Guinée pour qu’ils s’acquittent de leur rôle de mobilisation des ressources et afin de multiplier davantage ces activités.


Le Ministre guinéen du contrôle économique et financier et point focal politique de la formation Guinée de la CCP, M. Aboubacar Coulibaly, a ensuite exprimé la satisfaction du Président de la Guinée, M. Alpha Condé, et de son gouvernement, pour cet exercice, en estimant qu’il avait aidé la Guinée à sortir de la turbulence.  « Sortir de la turbulence est une chose, consolider la démocratie est une œuvre permanente et c’est pourquoi, elle doit bénéficier du soutien continu des Nations Unies », a-t-il dit.


M. Coulibaly a également expliqué que la Guinée était passée d’une situation de non-droit à une situation « où la justice est, à présent, capable d’interpeller de hauts gradés de l’armée au sujet des droits de l’homme ».  C’est la raison pour laquelle, dans cette dynamique de l’édification de l’état de droit, son gouvernement a suggéré quelques modifications aux paragraphes de ce premier examen de révision, a-t-il précisé.


Rappelant que son pays doit faire face au contexte de la situation au Mali et dans le Sahel, ainsi qu’aux demandes de démocratie et de gouvernance de sa population, M. Coulibaly a aussi estimé que les Nations Unies devraient maintenir leur appui aux trois piliers que sont la réconciliation nationale, la réforme du secteur de la sécurité et la promotion de l’emploi des jeunes et des femmes. 


« Aujourd’hui, 35% des recettes intérieures de la Guinée sont consacrées au paiement de la dette et il importe que la formation Guinée permette d’atteindre rapidement le point d’achèvement qui allègera la dette et fera face aux attentes sociales de la population », a-t-il ajouté.


Le Ministre guinéen du Contrôle économique et financier a aussi rappelé aux membres de la Commission de consolidation de la paix que son gouvernement et d’autres responsables guinéens avaient plaidé pour la tenue d’élections législatives transparentes.  Il a souligné qu’il existait un espace d’opportunités pour que celles-ci aient lieu « d’ici à la fin de l’année et dans la meilleure entente ».


Avant d’adopter les conclusions et recommandations, telles que modifiées en cours de séance, Mme Sylvie Lucas (Luxembourg), Présidente de la formation Guinée de la Commission de consolidation de la paix, avait brièvement retracé le processus d’élaboration de ce premier examen périodique.


S’exprimant au cours de la séance, le représentant du Pakistan a expliqué que sa délégation appuyait les propositions d’amendement, tandis que celui de l’Union européenne a souhaité une formulation moins exhaustive des domaines d’opportunités de formation professionnelle et d’emploi en y ajoutant, notamment, les deux secteurs prioritaires pour le Gouvernement guinéen, à savoir l’agriculture et l’extraction minière.


Cette formulation plus large a été acceptée par le Ministre guinéen, qui a noté qu’il existait aussi des potentiels d’emplois et des perspectives futures dans le développement de la fibre optique en Guinée.


Avant de poursuivre les travaux dans le cadre de consultations officieuses, la Présidente de la formation Guinée a rappelé aux membres de la Commission de consolidation de la paix que plus d’une dizaine de recommandations s’adressaient directement à eux.  Elle a souscrit à l’appel lancé par la Sous-Secrétaire générale à l’appui à la consolidation de la paix en faveur de la mobilisation de ressources.


La Déclaration d’engagements réciproques, adoptée entre le Gouvernement guinéen et la Commission de consolidation de la paix, le 23 septembre 2011, prévoit une révision périodique tous les six mois.


La prochaine réunion de la Commission de consolidation de la paix sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.


*PBC/6/GUI/1


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel