8/11/2011
Conseil de sécurité
SC/10441
AFR/2283

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de novembre, M. José Filipe Moraes Cabral (Portugal), sur la République démocratique du Congo.


Les membres du Conseil de sécurité ont entendu des exposés sur la situation en République démocratique du Congo, présentés par Roger Meece, Représentant spécial du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo, et Margot Wallström, Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit.


Les membres du Conseil ont appelé de nouveau à la tenue d’élections crédibles et pacifiques, dont la responsabilité incombe au premier chef au Gouvernement de la République démocratique du Congo.  Ils ont réaffirmé qu’ils étaient profondément préoccupés par les informations faisant état de violences liées aux élections survenues dans le pays et ont demandé aux parties de faire campagne dans un climat de paix.


Les membres du Conseil ont rappelé à tous les dirigeants politiques la responsabilité qui leur incombe d’assurer un processus pacifique et ont demandé à toutes les parties prenantes de faire preuve de retenue, d’appuyer les travaux de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et de régler leurs différends par des voies pacifiques.  Ils ont exhorté tous les candidats et leurs partisans à s’abstenir de tout acte de provocation ou de recourir à la violence pendant le processus électoral.


Les membres du Conseil ont en outre souligné et appuyé le rôle décisif que joue la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) en fournissant une assistance technique et logistique en vue des élections et en favorisant le dialogue, comme le préconise la résolution 1991 (2011).  Ils ont rappelé qu’ils avaient demandé d’être informés régulièrement et en temps voulu des faits marquants qui surviennent pendant le processus électoral et de l’appui apporté au processus par la MONUSCO.


Les membres du Conseil se sont déclarés déterminés à continuer de suivre étroitement la situation en République démocratique du Congo, en particulier les conditions de sécurité sur le terrain et les efforts entrepris pour mener à bon terme le processus électoral.


Les membres du Conseil ont réaffirmé la profonde préoccupation que leur inspirait la persistance des taux élevés de violence, notamment sexuelle, de violations des droits de l’homme et d’exactions dont sont victimes les civils.  Ils ont réitéré qu’il fallait d’urgence poursuivre avec diligence tous les auteurs de violations des droits de l’homme et d’exactions et ont demandé instamment aux autorités congolaises de prendre, avec l’appui de la MONUSCO, les mesures qui s’imposent à cette fin.  Ils ont salué les efforts que la MONUSCO continue de déployer pour mettre en œuvre sa stratégie en matière de protection.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel