8/07/2011
Conseil de sécurité
SC/10316
AFR/2208

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR L’AFRIQUE DE L’OUEST


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juillet, M. Peter Wittig (Allemagne), sur l’Afrique de l’Ouest:


Les membres du Conseil de sécurité ont pris note du rapport du Secrétaire général sur les activités du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest en date du 24 juin 2011 (S/2011/388).


Ils ont noté avec satisfaction les progrès sensibles réalisés en vue d’un renforcement de la stabilité et de la paix en Afrique de l’Ouest.  Ils se sont félicités des faits nouveaux positifs en matière de redressement après un conflit et de consolidation de la paix, notamment de la fin des processus de transition en Guinée et au Niger ainsi que de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire, et des progrès en matière de gouvernance et d’état de droit.


Les membres du Conseil ont accueilli avec satisfaction les efforts notables de l’Union africaine et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) face aux changements de gouvernement en dehors du cadre constitutionnel et pour consolider les pratiques et institutions démocratiques, notamment par le biais de la réforme du secteur de la sécurité, de la promotion des droits de l’homme et du renforcement de la contribution des femmes à la prévention et à la résolution des conflits, conformément à ses résolutions et décisions pertinentes.


Les membres du Conseil ont pris acte des contributions importantes du Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest, Said Djinnit, et du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest à l’appui des efforts régionaux et sous-régionaux de prévention des conflits et de consolidation de la paix, et les en félicitent.  Ils ont accueilli avec satisfaction les résultats des efforts de médiation et de bons offices du Bureau, qui ont permis de sensibiliser davantage aux menaces transfrontières à la sécurité, d’établir des partenariats avec des organisations régionales et sous-régionales et de mobiliser, de façon complémentaire, les différentes initiatives des Nations Unies face à ces menaces, notamment par le biais de l’Initiative Côte de l’Afrique de l’Ouest.


Les membres du Conseil se sont déclarés préoccupés par la fragilité des progrès réalisés étant donné la persistance des menaces à la paix et à la sécurité dans la sous-région, notamment du terrorisme et de la criminalité transnationale organisée, y compris le trafic illicite de drogue, et des violences liées aux élections.


Le Conseil a insisté sur l’importance d’un renforcement de la coopération transrégionale et internationale fondée sur une responsabilité commune et partagée afin de lutter contre le problème de la drogue au niveau mondial et les activités criminelles connexes, et à l’appui des organisations et mécanismes nationaux, sous-régionaux et régionaux concernés, notamment en vue de renforcer l’état de droit.


Les membres du Conseil ont encouragé la communauté internationale à continuer de veiller à ce que les progrès réalisés en matière de prévention des conflits et de consolidation de la démocratie en Afrique de l’Ouest soient durables.  Ils ont encouragé le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest à continuer à promouvoir et à renforcer une approche régionale intégrée des questions qui se posent dans la région, notamment des questions qui ont une dimension transfrontière, en particulier les menaces terroristes dans le Sahel, la réforme du secteur de la sécurité, la criminalité transnationale organisée y compris le trafic illicite de drogue, la promotion de la bonne gouvernance, les élections et la stabilité, les droits de l’homme et l’application de la résolution 1325 du Conseil.  Ils ont également réaffirmé leur soutien au Bureau dans la limite des ressources existantes.  Ils ont en outre appuyé un renforcement de la coopération entre la Commission de la consolidation de la paix et le Bureau, et ont notamment insisté sur le rôle que celui-ci peut jouer aussi bien en complément des efforts de la Commission en Guinée, en Guinée-Bissau, au Libéria et en Sierra Leone comme pour y donner suite.


À cet égard, les membres du Conseil se sont félicités de l’adoption, lors de la Conférence régionale tenue à Praia (Cap-Vert) du 18 au 20 mai, de la Déclaration de Praia sur les élections et la stabilité en Afrique de l’Ouest, et ont encouragé tous les acteurs concernés de la sous-région, en particulier la CEDEAO, ses États membres et la société civile, à en appliquer les recommandations.


Les membres du Conseil ont rappelé le rôle joué par le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest s’agissant de faciliter l’application de l’arrêt de la Cour internationale de Justice en date du 10 octobre 2002 ainsi que de l’Accord de Greentree de juin 2006 relatifs au différend frontalier terrestre et maritime entre le Cameroun et le Nigéria, et ont encouragé le Bureau à poursuivre ses efforts à cet égard, notamment au sujet de la mise en œuvre de mesures de confiance.  Ils ont félicité le Cameroun et le Nigéria des progrès importants déjà accomplis et les ont encouragés à accélérer l’achèvement de toutes les activités nécessaires à l’application de l’Accord de Greentree, avec l’appui permanent de la communauté internationale.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel