13/04/2011
Conseil de sécurité
SC/10224
AFR/2163

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA SITUATION EN CÔTE D’IVOIRE


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, M. Néstor Osorio (Colombie), sur la situation en Côte d’Ivoire:


Les membres du Conseil de sécurité se félicitent que M. Alassane Dramane Ouattara, Président de la Côte d’Ivoire, soit à même d’assumer dorénavant toutes ses responsabilités de chef de l’État, conformément à la Constitution ivoirienne et à la volonté des Ivoiriens, telle qu’elle s’est exprimée lors des élections présidentielles du 28 novembre 2010 et telle qu’elle a été reconnue par la communauté internationale.  Ils invitent M. Ouattara à constituer un gouvernement sans exclusive et à large base.


Les membres du Conseil invitent instamment tous les Ivoiriens à s’abstenir de représailles, d’actes de vengeance et de provocations, à faire preuve de la plus grande retenue et à œuvrer ensemble à la réconciliation nationale et à la restauration d’une paix durable par les voies du dialogue et de la consultation.  Ils se réjouissent que M. Ouattara se soit engagé à faire enquête sur les violations des droits de l’homme qui se seraient produites et réaffirment que les responsables de ces violations, quelle qu’ait été leur affiliation, doivent avoir à en répondre.


Les membres du Conseil félicitent M. Ouattara de son appel en faveur de la justice et de la réconciliation en Côte d’Ivoire et de la décision qu’il a prise d’instituer une Commission Vérité et réconciliation.  Ils invitent le Gouvernement ivoirien à collaborer étroitement avec la Commission internationale indépendante d’enquête créée par le Conseil des droits de l’homme.  Ils lui demandent de garantir la sécurité de M. Laurent Gbagbo et de veiller à ce que celui-ci et son entourage soient traités de façon juste et équitable.


Les membres du Conseil se déclarent préoccupés par les informations faisant état d’actes de violence et d’intimidation généralisés à Abidjan et demandent instamment à tous les combattants armés illégaux à déposer leurs armes immédiatement auprès des autorités compétentes.  En outre, ils encouragent l’ONUCI, dans le cadre de son mandat, à aider le Gouvernement à s’acquitter des tâches urgentes de désarmement, à rétablir la sécurité, l’ordre public et l’état de droit dans tout le pays et à faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire.  Ils se déclarent prêts à continuer d’aider l’État ivoirien à reconstruire ses institutions et à mener à terme les aspects inachevés du processus de paix dans le pays.


Les membres du Conseil demandent à l’ONUCI et aux forces françaises qui l’appuient, de continuer à s’acquitter de leur mission de protection des civils conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.  Ils expriment leur gratitude à l’Organisation des Nations Unies, à l’Union africaine et à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest pour leur contribution inestimable au règlement du conflit qui a éclaté en Côte d’Ivoire à la suite des élections, et ils leur demandent de continuer à participer à l’ensemble du processus politique qui doit être mené à bien dès que possible.


Les membres du Conseil demandent à la communauté internationale d’apporter d’urgence une aide humanitaire efficace aux populations touchées et aux réfugiés en Côte d’Ivoire et dans les pays voisins, en particulier au Libéria.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel