22/02/2011
Conseil de sécurité
SC/10180
AFR/2120

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA LIBYE


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois de février, Mme Maria Luiza Ribeiro Viotti (Brésil), sur la Libye:


Les membres du Conseil de sécurité ont entendu un exposé sur la situation en Libye présenté par M. Lynn Pascoe, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, et par le Représentant permanent de la Jamahiriya arabe libyenne, dont la Mission avait demandé une réunion du Conseil de sécurité.


Les membres du Conseil ont accueilli avec satisfaction la déclaration faite par la Ligue des États arabes le 22 février 2011.


Les membres du Conseil se sont déclarés gravement préoccupés par la situation en Libye.  Ils ont condamné la violence et l’usage de la force contre des civils, ont regretté vivement la répression exercée à l’encontre des manifestants pacifiques et ont déploré profondément la mort de centaines de civils.  Ils ont appelé à la cessation immédiate de la violence et demandé que des mesures soient prises pour tenir compte des exigences légitimes de la population, notamment dans le cadre d’un dialogue national.


Les membres du Conseil ont exhorté le Gouvernement libyen à s’acquitter de la responsabilité qui lui incombe de protéger le peuple libyen.  Ils ont appelé les autorités libyennes à faire preuve de retenue, à respecter les droits de l’homme et le droit international humanitaire et à donner aux observateurs internationaux des droits de l’homme et aux organisations humanitaires un accès immédiat au pays.


Les membres du Conseil ont demandé qu’une aide humanitaire internationale soit apportée au peuple libyen et se sont dits préoccupés par les informations faisant état d’une pénurie de fournitures médicales pour soigner les blessés.  Ils ont vivement engagé les autorités libyennes à veiller à ce que les fournitures médicales et humanitaires et les travailleurs humanitaires puissent entrer dans le pays en toute sécurité.


Les membres du Conseil ont rappelé que le Gouvernement libyen devait respecter la liberté de réunion pacifique et la liberté d’expression, y compris la liberté de la presse, et ont demandé la levée immédiate des restrictions imposées aux médias de tous types.


Les membres du Conseil ont souligné l’importance de l’obligation de rendre des comptes et insisté sur le fait que les auteurs des attaques perpétrées contre des civils devaient être tenus responsables de leurs actes, y compris des attaques menées par des forces placées sous leur contrôle.


Les membres du Conseil se dont déclarés gravement inquiets pour la sécurité des nationaux étrangers en Libye.  Ils ont instamment engagé les autorités libyennes et les parties concernées à garantir la sécurité de tous les ressortissants étrangers et à faciliter le départ de ceux qui souhaitent quitter le pays.


Les membres du Conseil continueront à suivre de près la situation.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel