31/01/2011
Conseil économique et social
ECOSOC/6456
ONG/710

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Comité chargé des ONG

Session ordinaire de 2011

1re et 2e séances – matin et après-midi                      


SAISI DE 352 DEMANDES, LE COMITÉ DES ONG OCTROIE UN STATUT CONSULTATIF

À 24 ORGANISATIONS, AU PREMIER JOUR DE SES TRAVAUX


Le Comité des ONG a ouvert ce matin une nouvelle session, au cours de laquelle il va examiner 352 demandes de représentation auprès du Conseil économique et social (ECOSOC), un nombre sans précédent.  Au premier jour de ses travaux, le Comité a accordé un statut consultatif à 24 organisations.


Élu Président de cette session, M. Aydan Karamanoglu, de la Turquie, a, d’emblée, souligné la nécessité de redoubler d’efforts afin de répondre au nombre croissant de demandes d’accréditations émanant d’ONG désireuses de prendre part aux travaux de l’ECOSOC, qui réserve une part toujours plus importante à la société civile.


Lors de la session ordinaire de 2008, a-t-il fait observer, le nombre total de demandes était de 145; en janvier 2009 de 152; en janvier 2010 de 242; et cette année de 352.  Ces chiffres incluent à la fois les nouvelles candidatures comme celles dont l’examen a été reporté d’une session à une autre.  Le Président a exprimé sa préoccupation devant le volume particulièrement élevé de ces dernières, qui ont augmenté de 350% au cours des trois dernières années, passant de 42 en 2008 à 181 en 2011.


Cette situation est d’autant plus préoccupante que les moyens mis à la disposition du Service des ONG n’ont pas été accrus, a relevé le Directeur du Bureau de l’appui et de la coordination pour l’ECOSOC du Département des affaires économiques et sociales (DESA), Nikhil Seth.  Le Directeur du Service des ONG, M. Andrei Abramov, a lui aussi souligné le manque cruel de ressources humaines et financières pour lui permettre de s’acquitter d’une charge de travail colossale.


M. Seth a vivement engagé les membres du Comité à rationaliser leurs travaux et à « tendre la main » aux ONG, en particulier celles du monde en développement, dont un certain nombre patientent depuis longtemps pour leur accréditation auprès de l’ECOSOC.  M. Abramov a souligné leur capacité à contribuer efficacement dans des domaines où les gouvernements ne peuvent pas agir et relever des défis seuls, comme la pauvreté, l’exclusion sociale, l’insuffisance de services de base, qui sont à la source d’un certain nombre de situations dont celle de la Tunisie et ailleurs.


Le Président a jugé pour sa part que cette accumulation de candidatures rendait indispensable de revenir à l’esprit de la résolution 1996/31, qui demande au Comité d’évaluer la capacité des ONG qui en font la demande de contribuer aux travaux de l’ECOSOC sur la base de leurs mérites, compétences et expertises respectives.  Au cours de la séance d’aujourd’hui, un débat s’est tenu sur la nature des questions que les membres du Comité pouvaient poser aux ONG en séance plénière.


En début de séance, le Comité a élu à ses vice-présidents, M. Mansour Ciss, du Sénégal; M. Marghoob Saleem Butt, du Pakistan; Mme Maria Pavolova Tzotzorkova, de la Bulgarie; et M. Edgard Perez, du Pérou.  Le Rapporteur sera élu ultérieurement.


Le Comité des ONG poursuivra ses travaux demain, mardi 1er février, à 10 heures.



EXAMEN DES NOUVELLES DEMANDES D’ADMISSION AU STATUT CONSULTATIF


Les 24 ONG suivantes se sont vues octroyeraujourd’hui le statut consultatif spécial:


-    Amigos do Protocolo de Kyoto;

-    Associacion Civil ONGD Educacion, Ambiente y Territorio

-    Association burkinabé pour la survie de l’enfance;

-    Azerbaïdjan Turkey Business Association;

-    Azrbaycan Grinin Avro-Atlantika Tkilat;

-    Beijing Children’s Legal Aid and Research Center;

-    Beijing Zhicheng Migrant WorkersLegal Aid and Research Center;

-    China Foundation for Poverty Alleviation;

-    Concern For Environment Development and Research;

-    International Administrative Science Association;

-    Leaders Organization;

-    Livelihood NGO;

-    Organisation Nationale des Donneurs de Sang Bénévoles;

-    Organização das Famílias da Ásia e do Pacífico;

-    Protection de l’environnement et de l’écosystème;

-    Rural Development Centre;

-    Sucardif Association;

-    Sudanese Organization for Education Development;

-    The National Women’s Studies and Information Center Partnership for Development;

-    Think Youth Independent Association;

-    Umid-98" Humanitarian and Social Support Centre;

-    Women for Human Rights, single women group;

-    Istanbul Research Centre on Women;

-    Kadin Adaylari Destekleme ve Egitme Dernegi;


L’ONG Hellenic Research and Educational Institute « Panos Mylonas » for the Road Safety and the Prevention/Reduction of Traffic Accidents a été inscrite sur la Liste.


NOUVELLES DEMANDES D’ADMISSION AU STATUT CONSULTATIF DONT L’EXAMEN A ÉTÉ REPOUSSÉ


En l’attente de renseignements supplémentaires sur leurs activités, le Comité a décidé de reporter l’examen des candidatures présentées par Abibimman Foundation, à la demande de la Belgique, qui a souhaité avoir des éclaircissements sur la raison des faibles dépenses de cette ONG.  Il a pris une décision similaire s’agissant d’Action des Chrétiens activistes des droits de l’homme à Shabunda et de Western Cape Therapeutic Community Centre, à la demande de la représentante du Venezuela.


La délégation du Pakistan s’est intéressée aux modes de financement de Support Group, Gibh Varta Manch et Life Academy of Vocational Studies.  Son homologue du Burundi a souhaité savoir comment les ONG National Council of Child Rights Advocates, Nigeria: South West Zone et Human Rights Law Resource Centre parvenaient à mettre en œuvre leurs projets avec le déficit financier qui est le leur, question reprise par le Pakistan lors de l’examen de la demande de l’organisation National Rural Development Society.


L’examen de la demande de l’ONG Autonomous Women’s Center a donné lieu à un débat au cours duquel les membres du Comité ont affiché leurs divergences sur la nature des questions à poser aux organisations.  Concernant cette ONG en particulier, le représentant du Pakistan, notamment, s’est interrogé sur le rapport entre la question de l’égalité entre les sexes, que promeut cette ONG, et celle des lesbiennes, qui bénéficient de ses services, « alors que l’ONU ne reconnaît pas les femmes comme une catégorie victime de discrimination ».


La demande soumise par les ONG suivantes a également été reportée: Action sensibilisation sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication, Association pour le développement durable et Agence de développement durable de Côte d’Ivoire, à la demande de la représentante du Burundi.  Elle a par ailleurs voulu savoir quelles étaient les femmes auxquelles venait en aide l’organisation Niger Delta Women’s Movement for Peace and Development


De même, elle a tenu à savoir quelle population était représentée par le Cercle d’initiative commune pour la recherche, l’environnement et la qualité.  La représentante burundaise a demandé quelles étaient les autres ONG avec lesquelles travaillait l’organisation Ensemble luttons contre le Sida.  Dans quels autres pays que le Nigéria l’ONG Self-Help Development Facilitators mène-t-elle ses activités, a-t-elle aussi voulu savoir.  Le représentant du Maroc s’est inquiété du caractère non lucratif de cette ONG. 


Poursuivant, la représentante du Burundi a demandé si l’ONG British Columbia Civil Liberties Association comptait étendre ses activités en dehors du Canada, tandis que son collègue de l’Inde s’est interrogé sur ses modes de financement.  Et puisque l’ONG Crowley Children’s Fund a indiqué qu’elle a eu des activités en Chine, la représentante de ce pays a souhaité savoir la nature exacte de ces activités.


Les ONG Agewell Foundation etRural Community Development Programme ont vu leur demande reportée sur requête du Pakistan et de l’Inde, Global Economist Forum et SOS Education, à la demande du Venezuela et Aid the Children Network, après les commentaires du Sénégal, du Maroc et du Panama


Enfin, Batool Welfare Trust Rawalpindi Pakistan, Children's Human Rights Centre of Albania, Foco Foro Ciudadano De Participación Por La Justicia y los Derechos Humanos, Global Conscience Initiative, STEER Foundation; Trust for Sustainable Livelihoods; Udyama Univers de Solidarité et de Développement; Women Advocates Research and Documentation Center; Young People We Care; Youth Empowerment Synergy et A Better Life Foundation et Mental Health Initiative for Africans in Crisis ont vu également l’examen de leur demande repoussée à une date ultérieure, le temps de répondre à une série de questions, allant des demandes d’éclaircissements sur leur statut jusqu’à la nature exacte de leurs activités, en passant par des renseignements portant sur leurs certificats d’enregistrement.



ÉCHANGE AVEC LES ONG


Durant l’heure traditionnellement consacrée à un échange avec les ONG présentes dans la salle de conférence, le Comité a entendu les représentants de Agewell Foundation et Asociación Nacional de Empresarios de Colombia.


Le représentantd’Agewell Foundation a expliqué que son ONG était une organisation bénévole qui œuvre au bien-être des personnes âgées à travers l’Inde.  Il a apporté des précisions sur les sources de financement de l’ONG, expliquant qu’elle ne recevait aucun fonds du Gouvernement et que les anciens fonctionnaires qui ont rejoint les rangs de l’association sont des retraités sans rapport avec l’État. 


Sur demande de la Chine, le représentant de l’ONG Asociación Nacional de Empresarios de Colombia a assuré qu’il ferait réactualiser son site Internet pour qu’il reflète la terminologie employée par les Nations Unies.  Il a expliqué que son ONG avait été créée il y a 67 ans pour mettre les entrepreneurs colombiens au service de la lutte contre la pauvreté dans le pays.


Le Comité octroie trois types de statut; le statut consultatif général, le statut consultatif spécial et l’inscription sur la Liste. 


Le statut consultatif général concerne les ONG qui poursuivent des activités couvrant la plupart des domaines d’action du Conseil économique et social.  Ces ONG sont ainsi autorisées à soumettre au Conseil des communications écrites et des pétitions, et à proposer l’inscription de points à l’ordre du jour du Conseil et de ses organes subsidiaires.  Le statut consultatif spécial concerne, quant à lui, des ONG internationalement reconnues pour leur compétence particulière dans certains domaines d’activité du Conseil.  Ces ONG peuvent également soumettre des communications écrites et des pétitions.  L’inscription sur la Liste concerne les ONG qui contribuent de temps à autre aux travaux du Conseil.  Celles-ci ne peuvent soumettre au Conseil que des communications écrites.


Pour des informations complémentaires, prière de consulter le site Internet suivant: http://www.un.org/esa/coordination/ngo/.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel