1/11/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU SECRÉTAIRE GENERAL SUR L’ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS


Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a prévenu contre l’accès limité des populations aux services énergétiques qui pourrait constituer une entrave à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), notamment celui de la réduction de la pauvreté d’ici à 2015, et accélérer un dangereux réchauffement de la planète.


Lors d’une conférence de presse, dans la mi-journée, à l’auditorium de la Bibliothèque Dag Hammarskjöld, au Siège de l’ONU, à New York, M. Ban a dévoilé sa vision en vue d’une riposte appropriée aux défis de l’énergie durable pour tous, laquelle vient en appoint de l’Initiative sur l’énergie durable pour tous, qu’il a lancée en septembre dernier.


Cette Initiative, a-t-il dit, visait à atteindre trois objectifs d’ici à 2030, lesquels peuvent aider à éradiquer la pauvreté, notamment en assurant « un accès universel aux services énergétiques modernes », et en faisant « doubler le taux d’amélioration de l’efficacité énergétique, ainsi que la part des énergies renouvelables dans l’approvisionnement énergétique mondial ».


En outre, le Secrétaire général a annoncé la création d’un Groupe de haut niveau sur le développement durable pour tous, qui comprend une trentaine d’éminents membres issus notamment du monde des affaires, de la société civile et de gouvernements.  Ce groupe, a-t-il précisé, devrait mettre au point un programme d’action d’appui à la mise en œuvre des objectifs de l’Initiative sur l’énergie durable pour tous, lesquels devraient être atteints d’ici à 2030.


Intervenant par vidéoconférence depuis Freetown, la capitale de la Sierra Leone, le Président du Groupe de haut niveau sur le développement durable pour tous, M. Kandeh Yumkellah, Président d’ONU-Énergie et Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), a assuré que les membres du Groupe avaient à cœur de se mettre au service des plus pauvres en leur proposant des mesures et des actions concrètes, en vue de leur accession aux sources d’énergie.


M. Yumkellah a souligné que le Groupe dont il assure la présidence est composé d’experts qui considèrent la problématique de l’énergie comme « la question du siècle ».


De son côté, le Sous-Secrétaire général à la planification des politiques, M. Robert Orr, a insisté sur le rôle essentiel du secteur privé en vue de mobiliser les ressources pour résoudre les problèmes liés à l’énergie.  Se félicitant de ce que le Secrétaire général allait évoquer la question de l’énergie au Sommet du G-20 à Cannes, en France, M. Orr a annoncé que l’année 2012 décrétée par l’ONU comme « l’Année internationale de l’énergie durable pour tous », donnerait lieu à une série d’événements et de discussions au sein des plus grandes instances des Nations Unies.


Répondant à un journaliste sur la corruption dans les pays en développement comme obstacle aux projets de développement, le Secrétaire général a indiqué que l’ONU encourageait la transparence et la bonne gouvernance dans la gestion des ressources disponibles, insistant sur la nécessité d’éviter voire de mettre fin aux gaspillages.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel