21/10/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PATRIARCHE MARONITE DU LIBAN, SA BÉATITUDE BECHARA PETER RAI


Le patriarche maronite, sa Béatitude Bechara Peter Rai, a prêché aujourd’hui, lors d’une conférence de presse organisée par la Mission permanente d’observation du Saint-Siège auprès des Nations Unies, sur le thème de « la liberté religieuse au Moyen-Orient », un message d’amour et de communion, lançant un appel à la communauté internationale à œuvrer à la sauvegarde de la présence des chrétiens au Moyen-Orient, en vue de matérialiser la démocratie et de concrétiser la séparation de l’État et de la religion dans les pays de cette région. 


Actuellement en tournée pastorale aux États-Unis, le patriarche maronite du Liban a déclaré avoir, tout au long de son séjour, rappelé aux Américains que les chrétiens libanais et du Moyen-Orient, considérés à tort comme une minorité, étaient des pionniers en matière de renforcement de la démocratie, du dialogue, de la paix, de la justice et des droits de l’homme.  Leur présence, a-t-il souligné, est essentielle aux sociétés de cette partie de la planète, surtout dans le contexte du « printemps arabe ».


Le patriarche maronite du Liban s’est dit favorable à ce vent de changement stimulé par le « printemps arabe » et qui a ouvert la voie à un changement profond du système de gouvernance dans le Moyen-Orient.  Il a, cependant, exprimé ses inquiétudes quant à la tournure que ce mouvement pourrait prendre s’il est mal canalisé.  « Il ne faut pas que ces événements débouchent sur une guerre civile comme celle qu’a connue l’Iraq et favorisent l’émergence de nouveaux dirigeants, pires que les précédents », a-t-il averti. 


Le chef religieux a également annoncé qu’il allait avoir un entretien avec le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, pour lui faire part de ses préoccupations concernant la paix au Moyen-Orient, en particulier au Liban, ainsi que des efforts en vue de préserver la coexistence pacifique dans ce pays.  Le choix du Siège de l’ONU, a-t-il souligné, n’est pas fortuit puisque l’Organisation est le centre par excellence de la recherche de la paix.  Le patriarche maronite a également indiqué avoir l’intention, au cours de sa rencontre avec le Secrétaire général de l’ONU, de soulever la question des territoires palestiniens occupés par Israël.  


S’agissant de la crise israélo-palestinienne, le Chef de l’Église maronite a déclaré qu’il est possible d’y mettre fin en accélérant la mise en œuvre de la résolution 43/177 de l’ONU, qui rappelait la création de deux États, juif et arabe, vivant côte à côte et pacifiquement. 


À la question d’un journaliste qui l’interrogeait sur un éventuel « soutien » au Président syrien, Bashar al-Assad, le patriarche maronite du Liban a répondu qu’il faudrait « donner un peu plus de temps au dirigeant syrien pour s’acquitter de ses réformes et engager un dialogue avec l’opposition ».  


Pour autant, a-t-il précisé, il n’est guère question d’appuyer le Gouvernement.  Le plus important, a-t-il souligné, est d’éviter à la Syrie le chaos qu’ont connu nombre de pays, dont l’Iraq où des milliers de chrétiens ont dû fuir les violences. 


La tournée américaine du patriarche maronite du Liban, entamée le 1er octobre, se poursuivra jusqu’au 23 octobre.  


Sa Béatitude Bechara Peter Rai a été portée à la tête de l’Église maronite du Liban le 15 mars 2011. 


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel