3/06/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI ET DE LA SANTÉ DE LA FRANCE, M. XAVIER BERTRAND


Le Ministre du travail, de l’emploi et de la santé de la France, M. Xavier Bertrand, a souligné aujourd’hui que le G-20, que préside actuellement son pays, a fait du renforcement de la dimension sociale de la mondialisation l’une de ses priorités.


À l’occasion d’une conférence de presse au Siège de l’ONU, M. Bertrand a expliqué que sa présence à New York était motivée par la volonté de rencontrer les États Membres pour leur assurer « qu’il existe une convergence d’action entre un G-20 inclusif et les Nations Unies ». 


Le Ministre a évoqué, à ce sujet, la réunion informelle que l’Assemblée générale a tenue ce matin sur le thème de la dimension sociale de la mondialisation.  « Au cours des deux heures de débat que nous avons eues en présence du Président de l’Assemblée, M. Joseph Deiss, nous avons reconnu ensemble qu’après la crise financière dans le monde de 2008, il ne sera plus possible de séparer progrès économiques et progrès sociaux », a-t-il noté.


Revenant sur son exposé devant les États Membres, il a fait observer que, pour la présidence française du G-20, l’emploi et la formation professionnelle devaient accompagner la sortie de crise « dans tous les pays ».  M. Bertrand a également indiqué qu’au cours de la discussion, les États Membres s’étaient montrés favorables à la création d’un groupe de travail sur l’emploi qui participerait aux réunions du G-20. 


Il a préconisé que cette idée soit développée en s’appuyant sur les conclusions que doit rendre, dans les prochaines semaines, le Groupe consultatif sur le socle de protection sociale établi par l’Organisation internationale du Travail (OIT) et dirigé par l’ancienne Présidente du Chili Mme Michelle Bachelet. 


Pour M. Bertrand, cette initiative irait dans le sens de l’action de la France en matière de promotion des droits sociaux: « La France associe l’OIT à chacune des étapes de la présidence française du G-20 et a organisé les premières réunions de ministres du travail dans ce cadre », a-t-il dit. 


M. Bertrand a insisté qu’ilétait important pour  les organisations internationales, l’OIT « mais aussi l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la Banque mondiale -qui prépare une stratégie sur la protection sociale- et le Fonds monétaire international (FMI) », d’œuvrer aux côtés du G-20, lequel « tire sa légitimité de ce que les pays le constituant représentent 85% du PIB mondial », à la régularisation sociale de la mondialisation. 


Il a estimé que cette synergie devrait permettre de mieux coordonner une action collective s’appuyant sur un même constat, à savoir que « la sortie de crise doit être synonyme d’emplois ».  « Nos concitoyens, qui endurent les mesures d’austérité mises en place dans la plupart des pays pour réduire les déficits budgétaires, ne nous pardonneraient pas que le renforcement des droits sociaux et de l’accès à l’emploi ne fassent pas partie des solutions durables à la crise », a-t-il estimé. 


Le Ministre du travail, de l’emploi et de la santé de la France a encore relevé que l’une des principales leçons de la crise était que les organisations internationales avaient un rôle clef à jouer pour faire avancer collectivement les solutions.  Il a préconisé, à cette fin de compléter la mise en œuvre des politiques économiques et sociales des pays par des programmes communs. 


C’est en ce sens qu’il a annoncé que la prochaine Réunion des Ministres de l’économie et des finances de la zone euro, qui aura lieu le 14 juin, serait l’occasion de réfléchir, notamment, à la forme à donner aux réflexions du Groupe de travail dirigé par Mme Bachelet. 


M. Bertrand a considéré que des « indicateurs agrées par tous » permettraient d’avancer collectivement tout en respectant le rythme d’application des politiques nationales.


Cette conférence de presse faisait suite à celle qu’avait donnée, en février dernier, le Ministre français de l’agriculture, M. Bruno Le Maire, qui était également venu, à l’invitation de M. Deiss, présenter les priorités de la présidence française du G-20 en matière agricole.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel