4/05/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE SUR LE LANCEMENT DU RAPPORT DE WATCHLIST « UN AVENIR INCERTAIN?

- ENFANTS ET CONFLIT ARMÉ EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE »


Après une mission de quatre semaines en République centrafricaine (RCA), le réseau d’organisations non gouvernementales (ONG) WatchList a trouvé des preuves montrant qu’au moins quatre des six abus graves faisant l’objet d’une surveillance dans le cadre de la résolution 1612 (2005) du Conseil de sécurité sont toujours commis contre des enfants centrafricains, à savoir l’enlèvement d’enfants, le recrutement ou l’emploi d’enfants soldats, les attaques contre des écoles et le refus d’autoriser l’accès des organisations humanitaires aux enfants*.


C’est ce qu’a révélé, aujourd’hui, la Directrice du réseau d’ONG « Watchlist », Eva Smets, en lançant au cours d’une conférence tenue au Siège de l’ONU à New York, le rapport intitulé « Un avenir incertain? – Enfants et conflit armé en République centrafricaine ».  Elle était accompagnée d’une spécialiste de la RCA, d’un représentant du Conseil danois pour les réfugiés et du Président de la « Configuration République centrafricaine » de la Commission de consolidation de la paix (CCP).


S’appuyant sur des informations recueillies en janvier et février 2011 en RCA, Mme Smets a affirmé que les enfants continuent d’être recrutés ou enlevés par l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), mais aussi par le groupe rebelle, Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) et les groupes d’autodéfense, et ce, parfois dès l’âge de 12 ans.


Elle a jugé urgent que la communauté internationale engage les moyens nécessaires pour aider les enfants affectés par le conflit en RCA et a insisté, en particulier, sur la responsabilité de l’ONU de mettre en œuvre la résolution 1612.


La Directrice de Watchlist a indiqué que son réseau compte, dès la semaine prochaine, saisir le Conseil de sécurité de son rapport.  « Nous voulons sensibiliser les grands du Conseil à l’urgence d’agir », a-t-elle précisé. 


La réélection au mois de janvier dernier du Président François Bozizé offre l’occasion de renforcer le processus de paix et de parvenir à une paix durable permettant aux enfants de jouir de leurs droits, a souligné Laura Pérez, Chercheure sur la RCA.   Elle a rappelé que la dernière attaque de la LRA de mars 2011 s’est soldée par l’enlèvement de 50 enfants. 


Quelque 1 000 enfants sont recrutés actuellement par les groupes civils d’autodéfense dans le nord-ouest du pays, a-t-elle prévenu, en estimant que la disparition de ces groupes ne viendra que du déploiement de l’armée. 


Chargé de la protection au Conseil danois pour les réfugiés,

Patrice Effeby a noté que malgré l’absence d’un accord avec l’Armée populaire pour la restauration de la République et de la Démocratie « APRD », le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et ses partenaires, ont pu, grâce à l’appui du Fonds de consolidation de la paix, obtenir la démobilisation de 525 enfants. 


Cette action a été facilitée par le Conseil danois pour les réfugiés et l’« International Rescue Committee » (IRC).  Les enfants reçoivent une formation mais la durée de cette assistance est telle qu’elle ne permet pas d’assurer une réinsertion durable, a prévenu M. Effeby qui a rappelé aux donateurs les Principes de Paris sur le désarmement, la démobilisation et la réintégration de toutes les catégories d’enfants associés à des groupes armés.  


Les normes sont importantes mais elles ne suffisent pas à protéger les enfants, a ajouté le Président de la « Configuration République centrafricaine » de la CCP et Représentant permanent de la Belgique auprès des Nations Unies.  M. Jan Grauls a appelé à des cadres de protection, à la formation des acteurs et à la mobilisation des ressources.  Il a espéré que la prochaine conférence des donateurs pour la RCA apportera une réponse déterminante. 


De retour d’un voyage en RCA, M. Grauls a indiqué qu’il a discuté de la situation des enfants avec le Gouvernement et le Parlement auxquels il a suggéré la création d’un conseil national pour la protection des enfants.  Il a exprimé le souci de la CCP de ramener la sécurité sur l’ensemble du territoire par le désarmement et la démobilisation des rebelles et leur réintégration dans la société. 


Il s’est dit persuadé d’une prise de conscience internationale, notamment au Département d’État américain, sur la nécessite d’entreprendre quelque chose de manière urgente contre la LRA.  


M. Grauls a salué l’importance du rapport de Watchlist qui paraît au moment même où le Secrétaire général de l’ONU vient de publier son propre rapport sur les enfants et le conflit armé en RCA dont il doit saisir le Conseil de sécurité.   


*Les deux autres sont l’assassinat ou la mutilation d’enfants; et le viol d’enfants ou autres actes graves de violence sexuelle à leur égard.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel