21/03/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE SUR LES CONCLUSIONS DES TRAVAUX DE LA HUITIÈME SÉANCE

PLÉNIÈRE DU GROUPE DE CONTACT SUR LA LUTTE CONTRE LA PIRATERIE EN SOMALIE


« Il faut une approche globale pour lutter contre la piraterie au large des côtes somaliennes, qui prenne en compte les causes terrestres et maritimes de ces activités, en combinant des activités militaires, de renforcement des capacités de répression des infractions et de promotion du développement », a déclaré M. Ertuğrul Apakan, Représentant permanent de la Turquie auprès des Nations Unies, au cours d’une conférence de presse tenue cet après-midi au Siège de l’ONU.   


En sa qualité de Président de la huitième séance plénière du Groupe de contact sur la lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes, dont les travaux se termineront ce soir, à 18 heures, avec la publication d’un communiqué récapitulatif, M. Ertuğrul Apakan a présenté les principales conclusions auxquelles est parvenu ce Groupe, à la mi-journée des travaux de cette séance plénière, conclusions dans lesquelles figure la nécessité d’aborder de manière globale les causes terrestres de la piraterie.


Nous sommes particulièrement inquiets en raison de l’escalade du nombre d’attaques, de l’étendue de plus en plus grande de la zone d’activités des pirates et de l’aggravation du niveau de violence dont sont victimes les otages, a souligné M. Apakan.  


Dans ce contexte, il a indiqué que le Groupe de contact a mis l’accent sur la nécessité d’adopter des approches multiples, afin d’augmenter les capacités de la communauté internationale de poursuivre, d’intercepter et d’incarcérer les pirates, y compris leurs dirigeants et ceux qui les financent, par le biais de mécanismes innovants comme le développement de réseaux de partage d’informations.  Le Groupe de contact, a ajouté M. Akapan, a également souligné la nécessité de promouvoir les capacités carcérales en Somalie et d’obtenir des accords sur le transfert des prisonniers pour s’assurer que les pirates jugés puissent purger leur peine en Somalie.   


Un autre point, a-t-il dit, consiste à élargir la base des contributions au Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour développer les compétences régionales, y compris somaliennes, en matière de lutte contre la piraterie.  Le représentant de la Turquie a dit que ce Fonds est une source de ressources décisive pour pouvoir soutenir les initiatives déployées par les États pour lutter contre la piraterie et mettre fin à l’impunité des pirates. 


Il a également souligné la nécessité de renforcer les moyens mis à la disposition des propriétaires de navires pour leur permettre d’adopter et de promouvoir de meilleures pratiques de gestion de leurs affaires, afin de décourager les attaques et prévenir les abordages.  Il a rappelé la responsabilité qu’a l’industrie du transport maritime de prendre un maximum de précautions pour se protéger contre les pirates, prévenir et éviter les détournements, et ainsi réduire les opportunités que pourraient avoir les pirates de demander de nouvelles rançons qui, elles-mêmes, sont autant de sources de financement et d’encouragements de la piraterie.  Le Groupe de contact s’est aussi accordé sur la nécessité de donner une réponse militaire robuste aux activités de piraterie qui sont sans cesse croissantes dans une zone de plus en plus étendue, a-t-il dit. 


M. Akapan a mis l’accent sur la responsabilité qu’a la communauté internationale de fournir les capacités militaires et les moyens nécessaires à la lutte contre la piraterie, y compris ses causes terrestres.  Le Groupe de contact exhorte les autorités somaliennes à mettre en place la législation nécessaire en matière de piraterie et de s’assurer de l’aptitude du système judiciaire somalien à s’acquitter de ses fonctions.  La question des poursuites judiciaires est déterminante et fera l’objet des débats qu’aura le Groupe de contact cet après-midi, a-t-il ajouté avant de souligner le caractère décisif du Fonds d’affectation spéciale, créé pour soutenir les initiatives prises par les États contre la piraterie au large des côtes somaliennes. 


Répondant à la question d’un journaliste sur la nouvelle « chambre de haute sécurité », inaugurée par le Kenya pour juger les affaires de piraterie et autres crimes graves, M. Ertuğrul Apakan a indiqué que les questions juridiques seront au centre des réflexions de plusieurs groupes de travail cet après-midi.  En conclusion, il a invité les journalistes à s’appuyer sur le communiqué final qui sera publié par le Groupe de contact ce soir à 18 heures, et qui retracera les conclusions et les priorités arrêtées par le Groupe durant cette huitième séance plénière de ses travaux. 


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel