02/03/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ POUR LE MOIS DE MARS, M. LI BAODONG DE LA CHINE


Le Représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies, M. Li Baodong, a annoncé devant la presse, cet après-midi, que le Conseil de sécurité qu’il préside tout au long du mois de mars consacrerait deux débats publics à la Somalie et à l’Afghanistan. 


Les quinze membres suivront de près la situation en Libye, a-t-il ajouté.  Celle de la Côte d’Ivoire, elle, fera l’objet, demain, de consultations; le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Alain Le Roy, devant présenter un exposé sur les derniers événements survenus dans le pays.


Les principes de « justice » et de « neutralité » guideront la Présidence chinoise, a déclaré M. Li, qui dévoilait le programme de travail mensuel du Conseil de sécurité, lors d’une conférence de presse au Siège des Nations Unies, à New York. 


La Chine « s’attachera à travailler de façon efficace et pragmatique », en coordination avec les États non membres du Conseil de sécurité et d’autres organes des Nations Unies, a-t-il dit.  Il a, de même, promis de « coopérer étroitement » avec la presse, « seizième membre du Conseil de sécurité », a-t-il commenté ironiquement.


« La situation en Somalie est très préoccupante et mérite une attention constante de la part du Conseil de sécurité », a affirmé M. Li, soulignant que le débat du 10 mars porterait sur une « stratégie globale pour la réalisation de la paix et de la sécurité en Somalie ».  La réunion couvrira les aspects politique, sécuritaire, économique et social de la situation, avec un accent particulier sur la piraterie et le chômage.


Le représentant a expliqué que le terme du Gouvernement fédéral de transition interviendrait en août et que le Conseil de sécurité devait anticiper cette échéance.  « Nous ne pouvons avoir de solution partielle, a-t-il affirmé.  Nous devons avoir une stratégie globale et la traduire en actes. » 


« Beaucoup de choses peuvent être faites », a-t-il poursuivi, insistant sur la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays, et soutenant le rôle que peut jouer l’Union africaine pour faciliter la paix et élaborer la constitution.


Le débat sur l’Afghanistan aura lieu le 17 mars, soit cinq jours avant le renouvellement du mandat de la Mission d’assistance des Nations Unies (MANUA), a indiqué le Président du Conseil, précisant que le Représentant spécial du Secrétaire général ferait un exposé des activités de la Mission.


M. Li a en outre souligné que la réunion mensuelle d’information sur le Moyen-Orient, y compris la question de Palestine se déroulerait le 22 mars, soit une semaine après une réunion du Quatuor.  Le 29 mars, lors de consultations, le Coordonnateur spécial pour le Liban fera un exposé sur la mise en œuvre de la résolution 1701 (2006).


Des consultations seront également consacrées, le 15 mars, à la question de Chypre, au cours desquelles le Conseil examinera le rapport du Secrétaire général sur sa mission de bons offices, et, au cours du mois, les travaux de ses organes subsidiaires sur les sanctions concernant le Soudan, l'Iran, la Somalie et l'Érythrée.


Les Représentants spéciaux du Secrétaire général et les Présidents des formations Libéria et Sierra Leone de la Commission de consolidation de la paix (CCP) présenteront leurs exposés, respectivement les 16 et 24 mars.  Le 23 mars, le Conseil de sécurité examinera le rapport annuel de la CCP.


La situation en Haïti, où doit se dérouler en mars le deuxième tour de l’élection présidentielle, sera suivie attentivement, a assuré l’Ambassadeur chinois.


En réponse aux questions des journalistes, M. Li a indiqué qu’aucune proposition d’instaurer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye n’avait pour l’instant été officiellement présentée.  Il a réaffirmé la position de son pays concernant cette crise, basée sur le respect de la souveraineté, de l’indépendance et de l’intégrité territoriale du pays.


Le représentant de la Chine a souligné la nécessité de trouver une « solution pacifique », préservant la sécurité des Libyens et des ressortissants étrangers.  « La position de la Chine tient compte de celles des pays arabes et africains », a-t-il poursuivi.


Enfin, M. Li a estimé que le règlement de la question de la dénucléarisation de la Péninsule coréenne et du maintien de la paix et de la sécurité dans la région passait par les Pourparlers à Six.  Il a appelé à la mise en œuvre de la Déclaration conjointe du 19 septembre 2005.  «  Dans le but de renforcer la paix et la sécurité, toutes les parties doivent rétablir la confiance et trouver une solution par le dialogue », a conclu M. Li.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel