21/06/2011
Assemblée générale
AG/11102

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante-cinquième session

101e séance plénière - après-midi


PAR ACCLAMATION, L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE RECONDUIT BAN KI-MOON AU POSTE DE SECRÉTAIRE

GÉNÉRAL DES NATIONS UNIES POUR UN NOUVEAU MANDAT DE CINQ ANS


Ban Ki-moon, dont le deuxième mandat ira du 1er janvier 2012

au31 décembre 2016, engage les États Membres à trouver « l’unité dans l’action »


L’Assemblée générale a décidé, cet après-midi, par acclamation, de nommer M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, pour un second mandat de cinq ans à ce poste, commençant le 1er janvier 2012 et se terminant le 31 décembre 2016.


« Par la décision que vous venez de prendre cet après-midi, vous me faites un très grand honneur qui va au-delà des mots.  Votre confiance m’inspire un sentiment de profonde humilité », a déclaré M. Ban Ki-moon après avoir prêté serment sur la copie originale de la Charte des Nations Unies, qui a été prêtée pour l’occasion par le Service des archives nationales des États-Unis d’Amérique.


« En agissant de manière décisive pour renouveler mon mandat, vous m’avez fait le don du temps, du temps qui est nécessaire pour poursuivre le travail important que nous avons commencé ensemble », a déclaré Ban Ki-moon.


Évoquant l’esprit du nouveau multilatéralisme, conçu comme « un nouvel esprit pour l’action collective », sous lequel il avait placé son premier mandat, M. Ban est revenu sur certaines des actions les plus décisives lancées par l’ONU au cours de quatre dernières années et demie.  Il a notamment évoqué les changements climatiques, se félicitant que cette question figure aujourd’hui au cœur des préoccupations de la communauté internationale, comme le sont les progrès réalisés en matière de désarmement nucléaire et dans le domaine de la santé.  Le Secrétaire général a aussi commenté l’action de l’ONU en Haïti, au Pakistan et au Myanmar.


« Plus que jamais auparavant, l’ONU est présente en première ligne, protégeant ceux qui en ont besoin et soutenant l’instauration de la paix.  Nous nous sommes battus pour la démocratie, la justice et les droits de l’homme», a ajouté le Secrétaire général.


« En Côte d’Ivoire, en Afrique du Nord et ailleurs », a-t-il poursuivi, nous avons taillé une place au principe de la responsabilité de protéger », a-t-il souligné. 


M. Ban est aussi revenu sur la création d’ONU-Femmes, « pour que partout, les femmes aient davantage de moyens d’action, y compris dans le système des Nations Unies ».


Le Secrétaire général a évoqué en outre l’approche de la date butoir de 2015 pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), et il a parlé de la tenue, l’an prochain, de la Conférence Rio+20, ainsi que la Réunion de haut niveau sur la sureté nucléaire qui doit avoir lieu en septembre, ajoutant qu’il présenterait la vision à long terme de l’ONU au cours de la prochaine Assemblée générale.


« Ensemble, à force de bonne volonté et de confiance mutuelle, nous avons jeté des bases solides pour l’avenir », s’est félicité le Secrétaire général, intervenant en français.  « De la compétition des idées, nous devons trouver l’unité dans l’action.  Quand nous sommes ensemble, aucun défi n’est trop grand à relever.  Ensemble, rien n’est « impossible », a-t-il dit en langue française.


Le Président de l’Assemblée générale, M. Joseph Deiss, a rendu hommage à la loyauté, à la discrétion et à la conscience de Ban Ki-moon en lui déclarant que ce sont « des valeurs, qui, au jour le jour, depuis cinq ans, ont véritablement guidé votre action ».  Dressant le bilan du premier mandat du Secrétaire général à la tête de l’Organisation des Nations Unies, M. Deiss a notamment salué, dans le domaine de la sécurité et du maintien de la paix, la création du Département de l’appui aux missions de maintien de la paix, et, en matière de désarmement et de réduction des arsenaux nucléaires mondiaux, l’organisation d’une réunion sur la question en marge de l’Assemblée générale en septembre dernier.


« Vous resterez, Monsieur le Secrétaire général, comme l’homme qui a œuvré à la création de l’entité « ONU-femmes », a ajouté M. Deiss, avant de mettre également en avant la création, par le Secrétaire général, de la Stratégie mondiale pour la santé des femmes et des enfants. 


Après avoir souligné l’engagement de M. Ban en faveur de la lutte contre les changements climatiques, du développement durable, et de la sécurité dans l’utilisation du nucléaire civil, M. Deiss a déclaré, concernant « le printemps arabe », que le monde avait besoin d’une ONU « solide et crédible ».  Le Président de l’Assemblée générale a jugé que ce second mandat permettra à M. Ban d’intensifier encore son action en faveur des valeurs fondamentales de la Charte. 


Les représentants des cinq grands groupes régionaux auxquels appartiennent les États Membres de l’ONU sont également intervenus au cours de cette réunion pour faire part de leur « sentiment de satisfaction générale » et pour saluer la manière « énergétique et efficace » avec laquelle le Secrétaire général Ban Ki-moon a su faire face aux « problèmes contemporains les plus pressants ».


« Le bilan de M. Ban Ki-moon au cours de son premier mandat est empreint de succès qui nous font espérer que cette réélection lui permettra de parachever ses nombreuses réalisations », a notamment affirmé le représentant du Sénégal, au nom du Groupe des États d’Afrique.


Intervenant en sa capacité de représentante du pays hôte, la représentante des États-Unis a salué l’« altruisme » de M. Ban, un dirigeant qui, a-t-elle affirmé, est a l’écoute de ceux qui sont dans l’incapacité de s’exprimer, les sans-voix; que ce soit des réfugiés, des enfants en attente d’un vaccin, et tous ceux à qui à travers le monde l’ONU vient en aide.


« Nous avons la chance d’avoir un Secrétaire général qui est un bâtisseur de passerelles », s’est félicitée la représentante des États-Unis, qui a par ailleurs salué l’engagement de M. Ban en faveur du développement durable, de la défense des droits des homosexuels et des personnes transgenres, et d’une plus grande transparence et discipline budgétaire au sein de l’ONU, entre autres. 


Elle a également évoqué le sacrifice qu’a bien voulu faire la famille de Ban Ki-moon pour le bien commun des peuples du monde.


Également présent, le Ministre des affaires étrangères et du commerce de la République de Corée, M. Hwan Kim-Sung a fait part de « l’intégrité, de la diligence et des efforts inlassables » du Secrétaire général, ajoutant que M. Ban est une figure de légende dans son pays d’origine, la République de Corée.


M. Hwan a notamment commenté le travail entrepris par le Secrétaire général en Côte d’Ivoire, ainsi que son engagement en faveur du multilatéralisme qui, a-t-il observé, « a permis d’inscrire les changements climatiques à la tête de l’agenda international ».


« Secrétaire général des Nations Unies, c’est sans doute l’emploi le plus difficile et la mission la plus impossible à remplir de la planète Terre », a-t-il par ailleurs commenté, non sans humour.


En adoptant la résolution intitulée « Nomination du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies »*, qui était présentée par le Représentant permanent du Gabon auprès des Nations Unies et Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin 2011, les membres de l’Assemblée générale ont suivi la recommandation contenue dans la résolution 1987 (2011) du Conseil de sécurité, qui a été adoptée par acclamation le 17 juin dernier au cours d’une séance à huis clos du Conseil.


Selon l’Article 97 de la Charte de l’ONU, le Secrétaire général, le plus haut fonctionnaire de l’Organisation, est en effet nommé par l’Assemblée générale sur recommandation du Conseil de sécurité.


L’actuel mandat de Ban Ki-moon, qui avait pris effet le 1er janvier 2007, prendra fin le 31 décembre 2011


La prochaine réunion de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.


*     A/65/L.80


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel