15/03/2011
Assemblée générale
AG/11055

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante-cinquième session

78e séance plénière - après-midi


L’ASSEMBLÉE OBSERVE UNE MINUTE DE SILENCE POUR LE JAPON ET PRÉCISE LES MODALITÉS

DE LA CONFÉRENCE MONDIALE SUR LA JEUNESSE PRÉVUE LES 25 ET 26 JUILLET PROCHAINS


L’Assemblée générale a précisé aujourd’hui les modalités de la Conférence mondiale de la jeunesse et pourvu les sièges vacants au Comité des contributions après avoir observé une minute de silence à la mémoire des Japonais qui ont trouvé la mort dans « une des plus graves catastrophes naturelles de l’histoire de leur pays », le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars dernier.


Le Président de l’Assemblée générale, Joseph Deiss, a fait observer qu’après la tenue du débat thématique sur la prévention des risques de catastrophes, il y a un mois, les tremblements de terre en Nouvelle-Zélande et au Japon sont venus rappeler l’importance de la prévention mais surtout la difficulté qu’il y a à prévoir les catastrophes.  Même le Japon, le pays le mieux préparé au monde, peut être dévasté, s’est-il alarmé. 


Nous ne connaissons pas encore l’ampleur des pertes en vies humaines et des dégâts matériels mais la communauté internationale doit montrer sa solidarité et offrir son assistance au peuple et au Gouvernement japonais, a dit le Président.  Nos efforts doivent aussi s’étendre aux autres pays de la région affectés par la catastrophe, a-t-il ajouté.


L’Assemblée a ensuite a décidé* que la Conférence mondiale sur la jeunesse se tiendra les 25 et 26 juillet 2011, sous la forme d’une réunion de haut niveau, au Siège de l’ONU, sur le thème: « La jeunesse: dialogue et compréhension mutuelle ». 


À l’issue de ses travaux, la Réunion de haut niveau adoptera un document final concis et pragmatique, dont le texte initial sera élaboré par le Président de l’Assemblée générale en concertation avec les États Membres, et en tenant compte des contributions apportées par les organisations de jeunes. 


La représentante de la Hongrie, s’exprimant au nom de l’Union européenne, a regretté que la résolution adoptée, il y a à peine trois semaines, par la Commission du développement social n’ait pas été intégrée dans le texte adopté aujourd’hui.  Elle s’est également dite surprise que certaines délégations se soient opposées à la proposition de l’Union européenne visant à ce que la Réunion de haut niveau parle du rôle des nouvelles technologies dans la création d’emplois et la lutte contre la pauvreté et le sous-développement.


Les derniers évènements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient montrent qu’il faut vraiment écouter les souhaits et les revendications des jeunes, a-t-elle dit.  Elle a tenu à souligner la grande importance que l’Union européenne attache au Programme d’action mondial pour la jeunesse, « document le plus pertinent pour traiter des questions liées aux jeunes ». 


La représentante a conclu en souhaitant que la Réunion de haut niveau prévoie un cadre approprié pour permettre aux jeunes de parler de leurs préoccupations, de leurs problèmes et de leurs défis.  La Réunion ne doit pas seulement être une réunion sur les questions liées à la jeunesse mais aussi une tribune pour faire entendre la voix des jeunes pendant et après la Conférence mondiale. 


Se félicitant du consensus obtenu difficilement sur ce texte, le représentant de la Suisse a, à son tour, souligné l’importance de la Réunion de haut niveau au regard du rôle que les jeunes ont joué dans les évènements de ces dernières semaines dans le monde.  Il a accepté que le Président de l’Assemblée rédige le texte initial du document final mais à condition qu’il prenne en compte les avis des jeunes et les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). 


L’Assemblée a adopté une autre décision** sur « Les océans et le droit de la mer » par laquelle elle décide de demander au Groupe de travail spécial plénier sur le « mécanisme de notification et d’évaluation systématiques à l’échelle mondiale de l’état du milieu marin, y compris les aspects socioéconomiques », de lui présenter à cette session un rapport sur les travaux de la première session qu’il a tenue du 14 au 18 février 2011.


Enfin, sur recommandation de sa Cinquième Commission chargée des questions administratives et budgétaires, l’Assemblée générale a nommé*** MM. Patrick Haughey du Royaume-Uni et Sun Xudong de la Chine aux sièges devenus vacants au Comité des contributions, après les démissions de MM. Richard Moon et Gang Wu.  Le mandat de ces nouveaux membres prend effet aujourd’hui, 15 mars 2011, et expirera le 31 décembre 2011.


Le Comité des contributions a pour mandat de conseiller l’Assemblée sur la répartition des dépenses de l’Organisation entre les États Membres, d’après un calcul basé approximativement sur leur capacité de paiement.  Il conseille également l’Assemblée sur les mesures à prendre en ce qui concerne l’application de l’Article 19 de la Charte, qui traite des retards de paiement des contributions.


La prochaine réunion de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.


*     A/65/L.63

**    A/65/L.61

***   A/65/653/Add.1


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel