14/01/2011
Assemblée générale
AG/11046

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante-cinquième session

74e séance plénière – matin


L ’ASSEMBLÉE VEUT PLUS DE CONTINGENTS FRANCOPHONES EN MISSION ET PROROGE LE MANDAT   DE PLUSIEURS JUGES DU TPIR ET DU TPIY


L’Assemblée générale a adopté, ce matin, sans vote, une résolution relative à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dans laquelle elle met l’accent sur l’importance d’augmenter l’offre des contingents francophones civils et militaires en mission dans des pays francophones*.


Elle a également décidé de prolonger les mandats de plusieurs juges du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) et du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY)**.


Aux termes de la résolution intitulée « Coopération entre l’Organisation des Nations Unieset l’Organisation internationale de la Francophonie », présentée par la Suisse, l’Assemblée générale encouragenotammentla poursuite du travail réalisé par l’OIF et l’ONU en vue d’augmenter l’offre des contingents francophones civils et militaires en mission dans des pays francophones et de renforcer leurs capacités.


Elle encourage la poursuite d’une collaboration active entre l’OIF et la Commission de consolidation de la paix, et se réjouit de la collaboration entre l’ONU et l’OIF dans les domaines de l’alerte précoce et de la prévention des crises et conflits.


L’Assemblée générale se félicite de l’issue du treizième Sommet de la Francophonie, dit Sommet de Montreux; le prochain devant se tenir en 2012 à Kinshasa, a rappelé le représentant de la République démocratique du Congo (RDC).


La Francophonie, a-t-il affirmé, n’est pas seulement un regroupement de pays ayant en commun l’usage du français, mais aussi un lieu de sympathie et de solidarité entre des peuples de différentes cultures liés par un désir commun et partageant aussi bien leurs bonheurs que leurs malheurs.


L’Observateur permanent de l’OIF a salué la « farouche volonté » du Secrétaire général « d’apprendre, de maîtriser et de valoriser » le français, « cordon ombilical » de l’OIF, et a souhaité que cette « volonté puisse s’emparer des nombreux fonctionnaires et hauts fonctionnaires de l’ONU ».


S’agissant du Tribunal pénal international pour le Rwanda, l’Assemblée générale a autorisé les juges Joseph Asoka de Silva et Taghrid Hikmet à siéger jusqu’à la fin de l’affaire Ndindiliyimanaet consorts, et d’autoriser le juge Joseph Masanche à siéger jusqu’à la fin de l’affaire Hategekimana.


Elle a décidé que le nombre total de juges ad litem siégeant au TPIR pourra parfois temporairement dépasser le maximum de neuf prévu par le Statut du Tribunal, sans jamais être supérieur au nombre de douze, devant être ramené à un maximum de neuf d’ici au 31 décembre 2011.


Pour ce qui est des juges du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, l’Assemblée générale a autorisé les juges Kevin Parker et Uldis Kinis à y siéger jusqu’à la fin de l’affaire Đorđević et de l’affaire Gotovinaet consorts, respectivement.


Après une demande formulée par le Secrétaire général, l’Assemblée générale a inscrit le point subsidiaire « Nomination d’un juge au Tribunal d’appel des Nations Unies » à l’ordre du jour de sa soixante-cinquième session.  Le 11 octobre 2010, la juge Rose Boyko avait annoncé qu’elle quitterait cette instance, le 15 janvier 2011.


La prochaine réunion de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.


*  A/65/L.26/Rev.1

** A/65/L.57-A/65/L.58


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel