04/06/2010
Secrétaire général
SG/SM/12935
PKO/247
FEM/1800

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

L’ÉGALITE ENTRE LES SEXES CONTRIBUE À UNE PLUS GRANDE EFFICACITÉ, DÉCLARE BAN KI-MOON LORS D’UNE RÉUNION SUR L’ACCROISSEMENT DE LA REPRÉSENTATION DES FEMMES DANS LA POLICE DE L’ONU


On trouvera ci-après le texte de la déclaration du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, faite à l’occasion d’une réunion organisée dans le cadre de l’effort global visant à promouvoir la place des femmes policières dans les opérations de maintien de la paix, le 4 juin à New York:


Il y a 10 ans, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 1325 (2000), par laquelle il reconnaissait qu’il importait d’accroître le rôle et la contribution des femmes dans les opérations des Nations Unies sur le terrain.  Le texte insistait particulièrement sur la nécessité d’accroître le nombre d’observateurs militaires, de membres de la police civile, de spécialistes des droits de l’homme et de membres d’opérations humanitaires de sexe féminin.


L’égalité entre les sexes est aussi importante à cet égard que dans tous les domaines inscrits à notre ordre du jour.  Ce n’est pas une fin en soi, mais un moyen de gagner en efficience et en efficacité.


En donnant plus de pouvoir aux femmes à l’ONU, nous ne sommes pas seulement fidèles aux principes que nous défendons.  Nous faisons de cette institution une meilleure Organisation – en particulier lorsque nous accroissons les rangs des femmes policières dans les missions de maintien de la paix.


En démarginalisant les femmes, nous bâtissons des sociétés plus fortes.  Qu’il s’agisse de maîtriser une émeute, d’effectuer une perquisition de domicile ou d’interroger un suspect, la présence d’une femme policière peut désamorcer les tensions et prévenir une infraction.  Lorsque les femmes et les filles sont victimes de violences sexuelles, elles savent qu’elles seront entendues avec bienveillance.  Et lorsqu’elles voient le rôle modèle que jouent les femmes dans le maintien de la paix, elles sont motivées pour s’engager elles-mêmes dans les rangs de la police et suivre leur exemple.


Tous ces facteurs sont essentiels pour une paix durable.  C’est pourquoi nous avons lancé l’année dernière une initiative mondiale visant à porter à 20%, d’ici à 2014, la proportion de femmes dans les opérations de maintien de la paix.  Non seulement parce que déployer davantage de femmes est une question de justice naturelle, non seulement parce que les femmes font un bon travail, mais parce que les femmes ajoutent une dimension à l’une de nos tâches les plus importantes – instaurer la paix, la stabilité et le développement dans les pays qui se relèvent d’un conflit.


Je suis fier d’être des vôtres aujourd’hui.  Tout comme vos collègues militaires et de l’action humanitaire, vous faites passer votre travail au service de l’ONU avant votre confort et votre sécurité personnels, parfois au prix de votre propre vie.


Il y a moins de six mois, nous avons conduit à leur dernière demeure de chères collègues victimes du terrible tremblement de terre qui a ravagé Haïti: Rosa Crespo Biel, He Zhihong, Batipa Agnès Koura, trois femmes qui ont perdu la vie alors qu’elles œuvraient aux côtés de leurs collègues de sexe masculin pour la paix et la justice dans un monde en proie à bien des troubles.


Saluons leur mémoire.  Faisons en sorte que davantage de femmes puissent apporter des changements bénéfiques pour notre monde, dans le cadre de la noble mission de maintien de la paix qui est celle de l’ONU.  Engageons-nous à leur donner le pouvoir de renforcer leur engagement.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel