12/04/ 2010
Conseil de sécurité
SC/9904

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE COMITÉ DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CHARGÉ DES QUESTIONS CONCERNANT LA SOMALIE ET L’ÉRYTHRÉE PUBLIE

UNE LISTE DES PERSONNES ET ENTITÉS VISÉES PAR LE PARAGRAPHE 8 DE LA RÉSOLUTION 1844 (2008)


Le Comité du Conseil de sécurité faisant suite aux résolutions 751 (1992) et 1907 (2009) concernant la Somalie et l’Érythrée a publié aujourd’hui, 12 avril 2010, une liste de personnes et entités qui ont été identifiées en vertu des dispositions du paragraphe 8 de la résolution 1844 (2008).


1.    AL-SHABAAB

Autres noms connus:

AL-SHABAB

SHABAAB

THE YOUTH

MUJAHIDIN AL-SHABAAB MOVEMENT

MUJAHIDEEN YOUTH MOVEMENT

MUJAHIDIN YOUTH MOVEMENT

MYM

HARAKAT SHABAB AL-MUJAHIDIN

HIZBUL SHABAAB

HISB’UL SHABAAB

AL-SHABAAB AL-ISLAMIYA

YOUTH WING

AL-SHABAAB AL-ISLAAM

AL-SHABAAB AL-JIHAAD

THE UNITY OF ISLAMIC YOUTH

HARAKAT AL-SHABAAB AL-MUJAAHIDIIN

HARAKATUL SHABAAB AL MUJAAHIDIIN

MUJAAHIDIIN YOUTH MOVEMENT


Lieu d’activité: Somalie


L’entité Al-Shabaab s’est livrée à des actes qui menacent directement ou indirectement la paix, la sécurité ou la stabilité de la Somalie, notamment des actes mettant en péril l’Accord de Djibouti du 18 août 2008 ou le processus politique, ou menaçant les Institutions fédérales de transition ou la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), ainsi que d’autres opérations internationales de maintien de la paix concernant la Somalie.


Al-Shabaab a entravé l’acheminement de l’aide humanitaire destinée à la Somalie, l’accès à cette aide ou sa distribution en Somalie.


Selon la déclaration faite le 29 juillet 2009 par le Président du Comité du Conseil de sécurité faisant suite aux résolutions 751 (1992) et 1907 (2009) concernant la Somalie et l’Érythrée, aussi bien Al-Shabaab que Hizbul Islam ont publiquement et à maintes reprises revendiqué les attaques menées par leurs forces contre le Gouvernement fédéral de transition et l’AMISOM.  Al-Shabaab avait en outre revendiqué le meurtre de fonctionnaires du Gouvernement fédéral de transition et, le 19 juillet 2009, attaqué et fermé les antennes de l’UNOPS, du Département de la sûreté et de la sécurité de l’ONU et du PNUD dans les régions de Bay et Bakool, en violation de l’alinéa c) du paragraphe 8 de la résolution 1844 (2008).  Al-Shabaab a également maintes fois entravé l’accès à l’aide humanitaire ou la distribution de celle-ci en Somalie.


Les deux paragraphes ci-après sont extraits du rapport du Secrétaire général au Conseil de sécurité sur la situation en Somalie, daté du 20 juillet 2009.  Ils concernent les activités d’Al-Shabaab dans ce pays. 


« Des groupes d’insurgés, tels que Al-Shabaab, racketteraient des sociétés privées et enrôleraient des jeunes, y compris des enfants dans le combat contre le Gouvernement à Mogadiscio.  Al-Shabaab a confirmé la présence de combattants étrangers dans ses rangs et déclaré ouvertement qu’elle travaillait avec Al-Qaida à Mogadiscio afin de renverser le Gouvernement somalien.  Les combattants étrangers, dont un grand nombre viendraient du Pakistan et d’Afghanistan, semblent être bien entraînés et avoir déjà participé à des combats.  Ils ont été vus, cagoulés, dirigeant des opérations offensives contre les forces gouvernementales à Mogadiscio et dans les environs.


Al-Shabaab a intensifié sa stratégie visant à contraindre et à intimider la population somalienne, comme en témoignent les assassinats à “haute valeur”, soigneusement ciblés, et arrêté des notables de clan, dont plusieurs ont été assassinés.  Le 19 juin, le Ministre de la sécurité nationale, Omar Hashi Aden, a été tué lors d’un attentat-suicide de forte puissance à Beletwyne.  Plus de 30 personnes ont été tuées dans l’attentat, qui a été vivement condamné par la communauté internationale et par une grande diversité de représentants de la société somalienne.  »


Selon le rapport de décembre 2008 du Groupe de contrôle sur la Somalie (S/2008/769), Al-Shabaab serait l’auteur d’une série d’incidents violents commis en Somalie au cours des dernières années, dont les suivants:


–  Meurtre et décapitation en 2008 d’un chauffeur somalien travaillant pour le Programme alimentaire mondial;


–  Attentat à la bombe sur un marché du Puntland qui a fait 20 morts et plus de 100 blessés le 6 février 2008;


–  Campagnes d’attentats à l’explosif et d’assassinats ciblés au Somaliland dans le but de perturber les élections parlementaires de 2006;


–  Meurtre en 2003 et 2004 de plusieurs étrangers travaillant pour des organismes d’aide.


Al-Shabaab aurait attaqué les installations des Nations Unies en Somalie le 20 juillet 2009 et publié un décret bannissant trois organismes des Nations Unies des zones qu’elle contrôle dans le pays.  Par ailleurs, les combats livrés les 11 et 12 juillet 2009 par les forces du Gouvernement fédéral de transition contre les insurgés d’Al-Shabaab et de Hizbul Islam ont causé la mort d’une soixantaine de personnes.  Le 11 juillet, au cours de ces affrontements, quatre projectiles de mortier tirés par Al-Shabaab ont atterri dans la Villa Somalia, tuant trois soldats de l’AMISOM et en blessant huit autres.


Selon un article de la BBC en date du 22 février 2009, Al-Shabaab a revendiqué un attentat à la voiture piégée contre une base militaire de l’Union africaine.  Celle-ci a confirmé dans l’article que 11 membres de son personnel de maintien de la paix avaient été tués et 15 autres blessés.


Selon un article de l’agence Reuters en date du 14 juillet 2009, des militants d’Al-Shabaab ont mené avec succès des attaques de guérilla contre les forces somaliennes et celles de l’Union africaine.


Selon un article publié par la Voix de l’Amérique le 10 juillet 2009, Al-Shabaab a participé à une attaque contre les forces gouvernementales somaliennes en mai 2009.


Selon un article en date du 27 février 2009 publié sur le site Web du Council on Foreign Relations, Al-Shabaab est insurgée contre le Gouvernement de transition somalien et ses partisans éthiopiens depuis 2006.  Elle a tué 11 soldats burundais dans l’attaque la plus mortelle menée contre des soldats de la paix de l’Union africaine depuis leur déploiement, et s’est livrée à de violents combats qui ont tué au moins 15 personnes à Mogadiscio.


2.    Yasin Ali Baynah

Autres noms connus:

Yasin Baynah ALI

Yassin Mohamed ALI

Yasin BAYNAH

Yassin BAYNAH

Yasiin Cali BAYNAX

Yasin BEENAH

Yassin BEENAH

Yasin BEENAX

Yassin BEENAX

Yasin BENAH

Yassin BENAH

Yassin BENAX

Yasin BEYNAH

Yassin BINAH

Yasiin Baynax CALI


Lieux de résidence: Rinkeby, Stockholm (Suède) et Mogadiscio (Somalie)

Année de naissance approximative: 1966

Nationalité: somalienne

Autre nationalité: suédoise


Yasin Ali Baynah est l’instigateur d’attentats contre le Gouvernement fédéral de transition et la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM).  Il a mobilisé un soutien et des fonds au nom de l’Alliance pour la seconde libération de la Somalie et de Hizbul Islam, deux entités qui se sont activement livrées à des actes menaçant la paix, la sécurité ou la stabilité de la Somalie, notamment en rejetant l’Accord de Djibouti et en lançant des attaques contre le Gouvernement fédéral de transition et les forces de l’AMISOM à Mogadiscio.


3.    Hassan Dahir Aweys

Autres noms connus:

Sheikh Hassan Dahir Aweys ALI

Hassan Dahir AWES

Shaykh Hassan Dahir AWES

Hassen Dahir AWEYES

Ahmed Dahir AWEYS

Sheikh AWEYS

Sheikh Hassan Dahir AWEYS

Aweys Hassan DAHIR

Mohammed Hassan IBRAHIM

Hassan Tahir OAIS

Hassan Tahir UWAYS

Sheikh HASSAN


Lieu de résidence: Somalie et Érythrée

Année de naissance: 1935

Citoyenneté: somalienne

Nationalité: somalienne


Hassan Dahir Aweys a été et reste un haut responsable politique et idéologique de divers groupes d’opposition armés auteurs de multiples violations de l’embargo général et complet sur les armes ou se livrant à des actes qui menacent l’Accord de paix de Djibouti, le Gouvernement fédéral de transition et les forces de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM).  De juin 2006 à septembre 2007, il a présidé le comité central de l’Union des tribunaux islamiques; en juillet 2008, il s’est autoproclamé président de la faction d’Asmara de l’Alliance pour la seconde libération de la Somalie; et, en mai 2009, il a été nommé président de Hizbul Islam, coalition de groupes opposés au Gouvernement fédéral de transition.  Dans chacun de ces rôles, Hassan Dahir Aweys a manifesté –par ses déclarations et par ses actes– l’intention résolue et persistante d’abolir le Gouvernement fédéral de transition et d’expulser l’AMISOM de la Somalie par la force.


4.    Hassan Abdullah Hersi Al-Turki

Autres noms connus:

AL-TURKI, Hassan

TURKI, Hassan

TURKI, Hassan Abdillahi Hersi

TURKI, Sheikh Hassan

XIRSI, Xasan Cabdilaahi

XIRSI, Xasan Cabdulle


Lieu de résidence: Somalie

Année de naissance approximative: 1944

Lieu de naissance: région d’Ogaden (Éthiopie)

Nationalité: somalienne


Haut responsable d’une milice armée depuis le milieu des années 1990, Hassan Abdullah Hersi Al-Turki a agi à maintes reprises en violation de l’embargo général et complet sur les armes.  En 2006, il a contribué en fournissant des forces à la prise de Mogadiscio par l’Union des tribunaux islamiques; il participe au commandement militaire de son groupe, allié d’Al-Shabaab.  En septembre 2007, il est apparu dans un reportage vidéo d’Al-Jezira qui montrait l’entraînement de milices sous ses ordres.


5.    Ahmed Abdi aw-Mohamed

Autres noms connus:

Muktar Abdirahman ABU ZUBEYR

Muktar Abdulrahim ABUZUBAIR

Ahmed Abdi AW MOHAMMED

Ahmed Abdi AW-MOHAMUD

« GODANE »

« GODANI »

« Shaykh MUKHTAR »

« Abu ZUBEYR »


Date de naissance: 10 juillet 1977

Lieu de naissance: Hargeysa (Somalie)

Nationalité: somalienne


Ahmed Abdi Aw-Mohamed est un haut responsable d’Al-Shabaab, officiellement nommé émir de l’organisation en décembre 2007.  Il assure le commandement des opérations d’Al-Shabaab en Somalie.  Il a dénoncé le processus de paix de Djibouti, qu’il qualifie de conspiration de l’étranger, et admis, dans un enregistrement audio destiné aux médias somaliens, que ses forces venaient de participer à des combats à Mogadiscio.


6.    Fuad Mohamed Khalaf

Autres noms connus:

Fuad Mohamed Khalif

Fuad Mohamed Qalaf

Fuad Mohammed Kalaf

Fuad Mohamed Kalaf

Fuad Mohammed Khalif

Fuad Khalaf

Fuad Shongale

Fuad Shongole

Fuad Shangole

Fuad Songale

Fouad Shongale

Fuad Muhammad Khalaf Shongole


Nationalité: somalienne

Autre nationalité: suédoise

Lieu de résidence: Mogadiscio

Autre lieu de résidence: Somalie


Fuad Mohamed Khalaf a contribué au financement d’Al-Shabaab; en mai 2008, il a organisé deux levées de fonds pour cette organisation dans des mosquées de Kismayo (Somalie).  En avril 2008, il a dirigé avec d’autres personnes des attentats, au moyen d’engins explosifs improvisés placés dans des véhicules, contre des bases éthiopiennes et des éléments du Gouvernement fédéral de transition à Mogadiscio.  En mai 2008, avec un groupe de combattants, il a pris d’assaut un poste de police à Mogadiscio, tuant et blessant plusieurs hommes.


7.    Bashir Mohamed Mahamoud

Autres noms connus:

Bashir Mohamed Mahmoud

Bashir Mahmud Mohammed

Bashir Mohamed Mohamud

Bashir Mohamed Mohamoud

Bashir Yare

Bashir Qorgab

Gure Gap

« Abu Muscab »

« Qorgab »


Année de naissance: entre 1979 et 1982

Autre année de naissance: 1982

Nationalité: somalienne

Lieu de résidence: Somalie


Bashir Mohamed Mahamoud est un commandant militaire d’Al-Shabaab.  Il faisait partie des quelque 10 membres composant le conseil de direction d’Al-Shabaab fin 2008.  Il est responsable avec un associé de l’attaque au mortier menée le 10 juin 2009 contre le Gouvernement fédéral de transition à Mogadiscio.


8.    Mohamed Sa’id

Autres noms connus:

« Atom »

Mohammed Sa’id Atom

Mohammed Siad Atom


Année de naissance: vers 1966

Lieu de naissance: Galgala (Somalie)

Lieu de résidence: Galgala (Somalie)

Autre lieu de résidence: Badhan (Somalie)


Mohammed Sa’id « Atom » s’est livré à des actes qui menacent la paix, la sécurité ou la stabilité de la Somalie.  Il a directement ou indirectement fourni, vendu ou transféré des armes en Somalie –avec le matériel et les conseils connexes–, assuré une formation ou une assistance (financement et aide financière notamment) liée à des activités militaires contrevenant au régime de l’embargo sur les armes.  Il a été identifié comme l’un des principaux fournisseurs d’armes et de munitions pour les opérations d’Al-Shabaab au Puntland.  Il dirigerait une milice apparue en 2006 dans l’est de la région de Sanaag dans la Somalie du nord.  Forte de 250 combattants, cette milice a pris part à des enlèvements et des actes de piraterie et de terrorisme et importe ses propres armes en violation de l’embargo.  « Atom » en a fait la présence militaire la plus importante dans la région, avec une base principale près de Galgala et une base secondaire près de Badhan.  Selon certaines sources, il est lié à Al-Shabaab et pourrait recevoir des instructions de Fouad Mohamed Khalaf, le fondateur de cette organisation.


« Atom » participerait au trafic d’armes à destination de la Somalie.  Plusieurs sources indiquent que ses forces reçoivent des armes et du matériel du Yémen et de l’Érythrée.  En décembre 2008, un témoin a décrit six de ces livraisons étalées sur quatre semaines, au début de 2008, et suffisamment importantes pour remplir chacune deux camionnettes avec des armes légères, des munitions et des roquettes.  D’après un négociant de Bossaso qui connaît bien le commerce des armes, on ne retrouve pas sur le marché local les armements que reçoit « Atom », ce qui laisse supposer qu’ils sont réservés à l’usage de sa milice ou transférés à d’autres parties dans la région sud de la Somalie, où Al-Shabaab mène ses opérations.


Les forces d’« Atom » sont impliquées dans l’enlèvement d’un Allemand travaillant pour un organisme humanitaire, l’enlèvement de deux Somaliens près de Bossaso, et un attentat à l’explosif contre des migrants éthiopiens qui a fait 20 morts et plus de 100 blessés à Bossaso le 5 février 2008.  Sa milice pourrait avoir joué un rôle dans l’enlèvement d’un couple allemand capturé par des pirates en juin 2008.



9.    Fares Mohammed Mana’a

Autres noms connus:

Faris Mana’a

Faris Mohammed Manaa


Date de naissance: 8 février 1965

Lieu de naissance: Sadah (Yémen)

Passeport n 00514146, délivré à Sanaa

Carte d’identité no 1417576 délivrée à Al-Amana (Yémen) le 7 janvier 1996


Fares Mohammed Mana’a a directement ou indirectement fourni, vendu ou transféré en Somalie des armes et du matériel connexe, en violation de l’embargo sur les armes.  C’est un trafiquant d’armes notoire.  En octobre 2009, le Gouvernement yéménite a publié une liste noire de vendeurs d’armes, où son nom figurait en première place, dans le cadre d’une initiative visant à enrayer l’afflux d’armes dans ce pays, où elles seraient plus nombreuses que les habitants.  « Faris Manaa est un important trafiquant d’armes: c’est un fait bien connu » a indiqué dans un reportage de juin 2009 un journaliste américain spécialiste du Yémen, auteur d’un rapport semestriel sur ce pays et collaborateur du Jane’s Intelligence Group.  Le Yemen Times, dans un article paru en décembre 2007, fait référence au « trafiquant d’armes Sheikh Fares Mohammed Mana’a », et dans un article de janvier 2008, au « négociant d’armes Sheikh Faris Mana’a ».


Depuis le milieu de l’année 2008, le Yémen sert de plaque-tournante aux expéditions d’armes illégales dans la corne de l’Afrique, en particulier les cargaisons maritimes à destination de la Somalie.  Selon des renseignements non confirmés, Faris Mana’a aurait contribué à l’expédition d’armes en Somalie à de nombreuses occasions.  En 2004, il a participé à des marchés d’armements en provenance d’Europe orientale et apparemment destinées à des combattants somaliens.  Bien que le régime d’embargo concernant la Somalie ait été mis en place par l’ONU en 1992, il semble que Mana’a soit impliqué dans le trafic d’armes à destination de ce pays depuis au moins 2003.  Il a fait une offre d’achat de milliers d’armes provenant d’Europe orientale en 2003, et indiqué qu’il envisageait d’en vendre une partie en Somalie.


La présente liste sera transmise à tous les États, pour information et utilisation, selon qu’il convient, et publiée sur le site Web du Comité, à l’adresse: http://www.un.org/french/sc/committees/751/.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel