16/06/2010
Secrétaire général
DSG/SM/510

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

L’INITIATIVE « UNIS DANS L’ACTION » EST AU CŒUR DE LA RÉFORME EN FAVEUR DE LA COHÉRENCE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES, DÉCLARE LA VICE-SECRÉTAIRE GÉNÉRALE À LA CONFÉRENCE TRIPARTITE


On trouvera ci-après le texte de la déclaration liminaire de la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Mme Asha-Rose Migiro, au débat de haut niveau de la Conférence tripartite de haut niveau sur le thème « Unis dans l’action: leçons tirées des évaluations nationales et voie à suivre », le 16 juin à Hanoï:


Monsieur le Premier Ministre Nguyen Tan Dung, je vous remercie de même que le Gouvernement vietnamien de votre accueil à cette réunion de partenaires de développement. Nous avons pu apprécier votre généreuse hospitalité, notamment au superbe dîner de gala donné hier soir.


Le Viet Nam a été l’un des premiers pays à se rallier à l’initiative « Unis dans l’action », avant même que le Groupe de haut niveau sur la cohérence de l’action du système des Nations Unies ne formule ses recommandations.  L’organisation de cette grande Conférence de haut niveau, en particulier au cours d’une année marquée par la tenue de nombreuses réunions, témoigne de l’importance prioritaire que votre Gouvernement accorde au succès de cette initiative.


Le dynamisme de votre pays et les progrès que vous avez accomplis sont manifestes aux yeux de tous.  Malgré les obstacles à surmonter et les perturbations de l’économie mondiale, votre pays ne se laissera pas décourager.  Vos résultats sont particulièrement impressionnants dans le domaine de la croissance économique et du recul de la pauvreté.


En octobre dernier, beaucoup d’entre nous étions réunis à Kigali, au Rwanda, pour échanger nos données d’expérience et faire le point des progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’initiative « Unis dans l’action ».  Nous nous réunissons à nouveau pour tirer de nouveaux enseignements, cette fois-ci des évaluations indépendantes sous responsabilité nationale.


L’initiative « Unis dans l’action » est au cœur de la réforme visant à améliorer la cohérence des activités opérationnelles de développement à l’échelle du système des Nations Unies.  Les gouvernements, les donateurs, les organismes des Nations Unies et autres partenaires l’ont suivie avec une grande attention.  C’est l’un des cinq domaines prioritaires examinés par l’Assemblée générale dans ses débats sur la cohérence de l’action des organismes des Nations Unies.


L’initiative en est à sa quatrième année de mise en œuvre.  La prochaine évaluation indépendante marquera la fin de la phase pilote.  Toutefois, même si la phase d’étude et d’analyse touche à sa fin, nous n’en sommes à bien des égards qu’au début d’un processus d’innovation, d’apprentissage, de transformation et de réforme.


L’évaluation indépendante viendra étayer l’examen général des activités opérationnelles de développement auquel procédera l’Assemblée générale en 2012.  Les résultats de cette évaluation détermineront la voie à suivre par les organismes des Nations Unies qui s’occupent du développement.


Le Secrétaire général a communiqué le plan d’exécution de l’évaluation aux États Membres.  Ce plan est conforme aux normes requises pour garantir l’indépendance et la crédibilité de l’évaluation.  Un Groupe indépendant d’encadrement de l’évaluation supervisera l’ensemble du processus –qui sera transparent et ouvert à tous– et assurera le contrôle de la qualité.


Cette Conférence tripartite est l’occasion de faire le point.  L’initiative « Unis dans l’action » a été lancée au début de 2007 par ses pays pilotes.  L’objectif était clair: les pays pilotes, œuvrant en coopération avec tous les organismes des Nations Unies qui s’occupent du développement, prépareraient le terrain pour concrétiser la vision du système des Nations Unies au niveau national.


L’objectif est de mobiliser les efforts, les moyens d’action et les contributions de chacun pour mener une action cohérente à l’appui des efforts déployés par les pays en vue d’éliminer la pauvreté et de promouvoir la croissance économique et le développement durable.  Les pays pilotes de l’initiative sont convenus de relever ce défi par des moyens ambitieux et originaux.


La vision reposait sur quatre principes: un responsable unique; un programme unique; un cadre budgétaire unique; et, le cas échéant, un bureau unique.  Mais nous avons souligné qu’un cinquième principe ne s’applique pas, à savoir qu’il n’existe pas de solution unique.


Bien au contraire, nous avons insisté sur la prise en main et l’initiative gouvernementales; l’harmonisation des plans et stratégies de développement nationaux; et la prise en compte du mandat, de l’expérience et des compétences uniques de chaque fonds, programme et organisme des Nations Unies.  Le renforcement des capacités nationales devait être un objectif essentiel dans l’ensemble du système des Nations Unies.


La concrétisation de ce concept a posé de nombreuses difficultés et imposé une rupture radicale avec le passé.  Cela a également demandé un changement de mentalité: pour travailler au sein d’une équipe animée d’objectifs communs et du souci de responsabilité mutuelle, il fallait modifier les attitudes et les perspectives.


Nous avons beaucoup accompli au cours des trois dernières années, comme en témoignent les conclusions de nos réunions de Maputo et Kigali.  Mais il reste beaucoup à faire.  Nombre des changements introduits ne seront durables que s’ils sont institutionnalisés.


En outre, il est possible d’améliorer encore la coordination et l’efficacité dans les pays participant à l’initiative « Unis dans l’action ».  Le Conseil des chefs de secrétariat continue de s’employer à éliminer les principaux obstacles au bon fonctionnement de tous les organismes des Nations Unies, notamment grâce au Plan d’action pour l’harmonisation des modes de fonctionnement.


Tout en portant notre attention sur ces détails opérationnels, nous devons garder une optique globale.  Alors que les pays se préparent pour le Sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le développement qui se tiendra en septembre, il est impératif que nous réfléchissions ici à ce que l’initiative « Unis dans l’action » a accompli et à ce que nous pouvons faire mieux.  Notre tâche est de faire en sorte que cette initiative aide véritablement les pays à répondre à leurs besoins et priorités nationaux de développement, notamment à tenir leurs engagements à atteindre les objectifs de développement convenus sur le plan international.


Cela implique plusieurs choses: une véritable synergie pour unir nos efforts; une action souple, rapide et cohérente pour faire face aux chocs, aux situations d’urgence et aux imprévus, tels que les crises multiples des deux dernières années; la mobilisation des ressources à tous les niveaux du système pour répondre à la demande grandissante d’orientations générales et de conseils techniques; et un appui cohérent – des ressources matérielles et humaines prêtes à être déployées dans l’ensemble du système pour aider les pays qui se trouvent en période de transition après un conflit, qui sont confrontés à des situations politiques complexes ou qui se relèvent d’une catastrophe.


Je sais gré au Groupe des Nations Unies pour le développement, à ses organisations membres et à son secrétariat de l’appui qu’ils ont fourni.  Je remercie les pays qui ont fait de généreuses contributions à cet effort.  Nous espérons que vous continuerez à soutenir vigoureusement l’initiative « Unis dans l’action ».  Aussi et surtout, je salue les efforts déployés par les huit pays pilotes, non seulement pour mettre en œuvre cette initiative, mais aussi pour façonner et guider la réforme de l’Organisation des Nations Unies à l’échelle mondiale.


Lorsque nous sommes unis dans l’action, nous servons les intérêts de tous.  Je vous remercie de votre attachement à cet effort.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel