12/10/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

ConfÉrence de presse du Ministre des affaires ÉtrangÈres du Canada, M. Lawrence Cannon


M. Lawrence Cannon, Ministre des affaires étrangères du Canada, a tenu une conférence de presse aujourd’hui, au Siège de l’ONU, à New York, après le retrait de la candidature du Canada du deuxième tour de l’élection organisée à l’Assemblée générale pour la désignation de cinq membres non permanents du Conseil de sécurité.


Le Ministre des affaires étrangères du Canada a d’abord tenu à féliciter le Portugal et l’Allemagne pour leur élection en tant que membres non permanents au sein du Conseil de sécurité pour un mandat de deux ans. 


Parlant du retrait de la candidature canadienne, M. Cannon a indiqué « qu’il ne s’agit pas d’un désaveu de la politique étrangère du Canada ».  Il a souligné que la liberté, la démocratie, les droits de l’homme et la primauté du droit constituent le fondement de la politique étrangère canadienne.  « Certains diront même que nous avons perdu la course à ce siège au Conseil de sécurité en raison de notre attachement à ces valeurs.  Si c’est le cas, qu’il en soit ainsi », a ajouté le Ministre.


Rappelant que la Canada a mené une politique vigoureuse à l’étranger, M. Cannon a souligné que son pays a renforcé sa souveraineté dans le Nord et a augmenté son aide aux pays qui en avaient le plus besoin.


« La difficulté de ne pas parler d’une voix unifiée a eu un impact négatif », a considéré M. Cannon.  Imputant la défaite du Canada à la division qui règne au sein même du Parlement canadien, il a invoqué, à cet égard, la « responsabilité du chef de l’opposition libérale », M. Michael Ignatieff.  Il a considéré qu’aucun homme politique d’opposition, que ce soit au Portugal ou en Allemagne, n’a agi de la sorte.


Le Ministre a ensuite déclaré que le Canada allait continuer à travailler activement au sein des organes onusiens.  Le Canada veut aussi faire progresser ses intérêts sur la scène internationale au sein d’organismes comme le G-8, le G-20, le Commonwealth, la Francophonie ou l’APEC, a indiqué M. Cannon.


C’est la première fois que le Canada a été candidat mais n’a pas pu remporter un siège de membre non permanent au Conseil de sécurité.  La dernière fois que le Canada a siégé au Conseil remonte à 1998, année où le pays avait remporté un mandat de deux ans couvrant les années 1999 et 2000.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel